Par Andrea Rodrigo (embryologiste).
Dernière actualisation: 28/12/2015

Les États-Unis sont un pays très vaste divisé en 50 états où il n’existe pas de loi générale sur l’application de la procréation assistée, c’est-à-dire que chaque état établit ses propres règles sur les traitements de l’infertilité.

C’est pourquoi il est important de savoir quelle loi est en vigueur dans chaque état si vous souhaitez vous rendre aux États-Unis pour réaliser un traitement de procréation assistée.

La décision doit être prise d’un point de vue médical, mais il est également important de prendre en compte l’aspect sociale et culturel ainsi que le temps libre dont vous disposerez car la durée du séjour peut varier selon le traitement de procréation nécessaire.

Sur l’ensemble du territoire des États-Unis, il existe près de 465 cliniques de procréation assistée ce qui rend le choix de la destination un peu compliqué.

La FIV avec don d’ovocytes est le traitement qui génère le plus de déceptions et de doutes. La transparence est l'un de nos critères rigoureux lors de la recommandation de cliniques. Vous pouvez utiliser "Le Calculateur" pour filtrer les cliniques qui répondent à nos critères de sélection et obtenir également un rapport avec tous les détails pour résoudre vos doutes et éviter les mauvaises surprises.

Traitement de procréation assistée aux États-Unis

Bien qu’en général la procréation assistée soit appliquée sur la quasi totalité du territoire des États-Unis, le don d’ovocytes est de sperme n’est quant à lui, pas autorisé dans tous les états. De plus, chaque ville a une expérience différente en la matière.

  • États dont la législation autorise le don de sperme et d’ovocytes : Alabama, Delaware, Nouveau-Mexique, Dakota du Nord, Texas, Utah, Washington, Wyoming.
  • États autorisant le don de sperme mais pas le don d’ovocytes : Alaska, Géorgie, Idaho, Kansas, Minnesota, Missouri, Montana, Nevada, New Jersey, Caroline du Nord, Oregon, Wisconsin.
  • États ne faisant aucune mention du don d’ovocytes : Indiana, Iowa, Kentucky, Maine, Massachusetts, Michigan, Mississippi, Nebraska, Pennsylvanie, Rhode Island, Caroline du Sud, Dakota du Sud, Vermont, Virginie-Occidentale.
  • États ne régissant pas la procréation assistée : Arizona.
  • États faisant mention du don d’ovocytes couvert par l’assurance maladie : Arkansas, Illinois, Maryland.

Villes les plus visitées des États-Unis

La Californie est l’un des états les plus visités, notamment ses deux villes les plus connues, San Francisco et Los Angeles. En Californie, aussi bien le don d’ovocytes et le don de sperme que la gestation pour autrui sont autorisés pour tout type de famille. C’est donc une des destination de procréation assistée les plus connues. La Californie compte également quelques-unes des banques de sperme les plus importantes du pays.

New York est une autre des destinations de procréation assistée et l’un des lieux les plus touristiques des États-Unis. Le don y est autorisé et la loi stipule même que la donneuse n’est nullement responsable de la maternité.

Le Colorado figure parmi le top 10 des états les plus visités des États-Unis, notamment pour ses importantes montagnes rocheuses. Sa législation sur la procréation assistée insiste sur le fait que la mère qui entame un programme de fécondation in vitro avec don d’ovocytes sera la mère naturelle du nouveau né et si elle est mariée, son mari agira en tant que père de l’enfant.

Jacksonville, Miami ou encore Orlando sont les villes les plus touristiques de la Floride. En ce qui concerne le don d’ovocytes, la législation de l’état de Floride stipule que si le mari et la femme ont tous deux signé un formulaire de consentement pour la réalisation d’un processus de fécondation in vitro avec don d’ovocytes pour concevoir un enfant, alors celui-ci sera légalement le leur.

Les autres villes et états connus pour leur attractivité touristique ainsi que pour leur efficacité et expérience en termes de procréation assistée et don d’ovocytes et de sperme sont : Connecticut, Virginie, Nevada, Chicago (Illinois), New Hampshire, Oregon ou Saint-Louis (Missouri).

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Auteurs et collaborateurs

 Andrea Rodrigo
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) d'un Master Universitario en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée, par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Diplômée comme Expert en Génétique Médicale. Plus d'informations
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.

Un commentaire

    1. Gaëlle

      Même si ça paraît logique, c’est très bien que la législation de New-York inclue que la donneuse n’est pas responsable de la grossesse de la receveuse. Je réfléchis encore mais je pense que que c’est là-bas que j’irai pour ma fécondation in vitro.