Par Laura Garrido (embryologiste).
Dernière actualisation: 24/12/2014

Les techniques de procréation assistée consistent en une série de traitements destinés à aider artificiellement la réalisation de la fécondation de l’ovocyte par le spermatozoïde et la future implantation de l’embryon, afin d’obtenir la grossesse désirée. Nous allons parler du Transfert Intratubaire de Zygotes (ZIFT).

Définition

Il existe plusieurs techniques dont l’objectif est de solutionner les problèmes d’infertilité. Il peut s’agir de procédés relativement simples, comme l’insémination artificielle, ou de processus plus complexes, comme l’injection intra-cytoplasmique de spermatozoïde (ICSI).

Le transfert intrafallopien de zygotes ou ZIFT fait partie des techniques de procréation assistée les moins utilisées, étant donné qu’il s’agit d’une méthode très invasive. Cette technique est la combinaison d’une fécondation in vitro et d’un transfert intratubaire de gamètes (GIFT).

Le Transfert Intratubaire de Zygotes (ZIFT) est une technique de procréation assistée peu commune parce qu'elle est assez invasive.

Conditions

Pour pouvoir mener à bien cette technique, il est nécessaire que la patiente ne présente aucun type d’obstruction des trompes et qu’au moins l’une d’entre elles soit perméable, afin que l’implantation puisse avoir lieu. Il est déconseillé d’utiliser ce type de technique chez des patientes qui souffrent de problèmes utérins et qui ont des antécédents de grossesses extra-utérines.

Quant à l’homme, la qualité de son sperme doit être adéquate pour qu’il puisse féconder l’ovule. Dans le cas de patients avec une qualité séminale très basse, cette technique peut être combinée avec une injection intra-cytoplasmique de spermatozoïde.

Processus

Pour réaliser le transfert intrafallopien de zygotes, une stimulation ovarienne contrôlée est nécessaire, comme dans le cas d’une fécondation in vitro, afin d’obtenir un plus grand nombre d’ovocytes. Lorsque les follicules ont atteint la taille adéquate, on procède à la ponction folliculaire sous sédatif. Les ovocytes obtenus sont incubés avec les spermatozoïdes du partenaire ou du donneur et, après quelques heures, on vérifie la fécondation. Les ovocytes fécondés ou zygotes obtenus sont alors transférés dans les trompes de la patiente.

Le transfert des zygotes est effectué au moyen d’une laparoscopie. On réalise une petite incision sous le nombril et on y introduit un tube qui va jusqu’aux trompes de Fallope. A travers ce tube, on introduit un à quatre zygotes qui se déposeront dans les trompes et se déplaceront jusque dans l’utérus où aura lieu l’implantation de l’embryon ou des embryons obtenus.

La ponction ovarienne, tout comme en FIV, fait partie du processus de la technique de procréation ZIFT.

Avantages et désavantages

Il y a plusieurs avantages au transfert intrafallopien de zygotes, surtout par rapport au transfert tubaire de gamètes ou GIFT. L’avantage principal est qu’il améliore les taux de grossesse puisqu’on n’introduit pas les gamètes séparément mais qu’on s’assure que la fécondation ait eu lieu. Les défenseurs ou pratiquants de cette technique mettent l’accent sur le fait qu’il s’agisse d’un procédé plus semblable au processus physiologique, étant donné que l’embryon reste moins longtemps hors de son milieu et est donc de meilleure qualité.

Cependant, cette technique comporte de nombreux points négatifs. L’un des inconvénients majeurs est que cette méthode engendre un taux plus élevé de grossesses extra-utérines. En outre, une chirurgie invasive est nécessaire, ce qui suppose une difficulté et un risque plus élevés. Il est également important de mentionner qu’étant donné qu’on peut introduire plus d’un zygote, la probabilité de grossesse multiple, de fausse couche et autres complications durant la grossesse est plus grande qu’avec un autre type de techniques.

Succès

On estime que les probabilités de grossesse chez les patientes soumises à un ZIFT peuvent atteindre 36%. Parmi ces 36%, environ 29% arrivent à l’accouchement – il existe un certain pourcentage de fausses couches.

Le taux de grossesse est assez élevé lorsque l'on utilise cette technique de procréation assistée.

Etant donné qu’avec cette technique on introduit jusqu’à 4 zygotes, il y a beaucoup de cas de triplés et même de grossesses de plus de trois sacs.

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Auteurs et collaborateurs

 Laura  Garrido
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Pablo de Olavide (UPO), avec un Master Universitaire en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée par l'Universidad de Valencia (UV) et l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Expérience en laboratoires de FIV, andrologie et analyses générales. Plus d'informations
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.