Transfert d’embryons en Ukraine

Le transfert d’embryons, la dernière étape d’un traitement de fécondation in vitro, consiste à introduire le ou les embryons sélectionnés à l’intérieur de l’utérus de la mère au moyen d’une canule. Ainsi, tous les embryons seront déposés dans le fond utérin et pourront s’implanter pour continuer à se développer.

Après leur culture en laboratoire, que ce soit jusqu’à 3 jours ou 5 jours, il est nécessaire de sélectionner les embryons de meilleure qualité qui seront ceux qui serviront pour le transfert. Le nombre d’embryons à transférer dépendra de la législation du pays, des recommandation du médecins et d’autres facteurs déterminants.

La procédure est simple, indolore, et ne dure que quelques minutes. La femme se repose ensuite 20-30 minutes à la clinique et peut reprendre une vie normale. Elle devra seulement veiller à ne pas faire de trop efforts.

Nombre d’embryons à transférer

En Ukraine, la loi stipule qu’il est possible de transférer jusqu’à 3 embryons maximum, à condition que la femme ou que le couple signe un formulaire de consentement.

Le texte régissant les procédures de procréation médicalement assistée recommande de ne transférer que 1 ou 2 embryons, car en en transférant plus, on augmente considérablement les risques de grossesse multiple. On essaye d’éviter ce type de grossesse à cause des risques qu’il entraîne pour le fœtus et pour la mère.

Le nombre d’embryons à transférer dépendra de :

Le médecin prendra ces paramètres en compte afin d’estimer les chances d’implantation des embryons, et prendra également en compte le risque de grossesse multiple. C’est pourquoi il est important de suivre ses recommandations.

Si la qualité des embryons et la réceptivité endométriale sont bonne, de grandes chances d’implantation seront attendues. Dans ce cas, seul un embryon ne sera transférer. Si, au contraire, les chances d’implantation sont basses, plusieurs embryons seront transférés.

Préparation de l’endomètre

Afin d’augmenter les chances d’implantation des embryons, il est nécessaire de préparer l’endomètre au moyen d’un traitement hormonal, bien qu’il soit également possible de réaliser le transfert lors d¡un cycle naturel.

Les hormones habituellement administrées pendant la phase de préparation endométriale sont des œstrogènes et de la progestérone. Les œstrogènes peuvent être administrés en patchs tandis que la progestérones est généralement administrée sous forme d’ovules vaginaux.

La progestérone devra être prise même après le transfert car il s’agit d’une hormone chargée de maintenir la grossesse pendant les premier mois. De manière naturelle, cette hormone est sécrétée dans l’ovaire par le corps lutéal, la structure restante du follicule une fois l’ovocyte expulsé.

Afin de vérifier que l’endomètre se développe correctement, il est nécessaire de faire des contrôles échographies réguliers. Le transfert embryonnaire est programmé une fois que l’endomètre a atteint une grosseur de 7-10 mm.

La femme pourra faire un test de grossesse 12-16 jours après le transfert. La date de l’analyse sanguine de l’hormone hCG dépendra de la clinique, mais dans tous les cas, il faudra attendre les indications du personnel de la clinique.

Si la femme ne parvient pas à tomber enceinte, elle arrêtera la progestérone et ses règles reviendront.

Un commentaire

  1. usuario
    Léna

    Je pensais pas qu’on pouvait reprendre notre vie normalement après, je pensais que le temps de repos était d’au moins quelques jours ! Mais quand on y réfléchis, une femme enceinte naturellement ne sait pas qu’elle est enceinte dès le début, et elle ne s’empêche pas de vivre ^^

Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.   Accepter