Transfert d’embryons en République tchèque

Le transfert d’embryons est la dernière étape du processus de fécondation in vitro au cours de laquelle les embryons qui se sont développés en laboratoire sont déposés dans l’utérus de la femme.

Pour que les embryons transférés puissent s’implanter dans l’endomètre, la muqueuse qui recouvre l’utérus, et qu’ils puissent ensuite donner lieu à une grossesse, il est nécessaire qu’aussi bien la qualité des embryons que celle de l’endomètre soit bonne.

Avant le transfert embryonnaire, il est nécessaire de décider du nombre d’embryons à introduire dans l’utérus et à quel moment du développement embryonnaire il sera réalisé.

Combien d’embryons à transférer ?

En République tchèque, la loi n’établie aucune limite quant au nombre maximum d’embryons à transférer. Il y est simplement indiqué qu’il est autorisé de transférer autant d’embryons nécessaires pour assurer la réussite du traitement de fécondation in vitro.

Avant de prendre cette décision, il est important d’évaluer le risque et les avantages de transférer plus d’un embryon. En effet, transférer deux ou plus de deux embryons augmente considérablement le risque d’une grossesse multiple et les complications qu’elle implique. Par ailleurs, si seul un embryon est transférer, les chances de grossesse diminuent.

Le nombre d’embryons à introduire dans l’utérus lors du transfert dépendra des facteurs suivants :

  • De l’âge de la patiente
  • De la quantité d’embryons disponibles
  • De la qualité des embryons
  • De la cause de l’infertilité
  • De la réceptivité endométriale

Ainsi, si la qualité des embryons et la réceptivité endométriale sont bonnes, la capacité d’implantation sera importante et seul un embryon pourra être transféré. Cela arrive notamment quand la patiente est jeune.

Généralement, lorsque la mère est plus âgée, sa qualité embryonnaire et la réceptivité de son endomètre sont moins bonnes ce qui peut provoquer des problèmes empêchant l’implantation. Par conséquent, dans ce cas-là, on transférera deux ou plus de deux embryons.

Transfert à 3 jours ou 5 jours ?

En général le transfert embryonnaire a lieu au 3ème ou au 5ème jours du développement embryonnaire, mais il peut être fait à tout moment tant que la fécondation a eu lieu mais pas après 6-7 jours.

Normalement au 5ème jour on peut sélectionner le ou les meilleurs embryons à transférer puisque on dispose d’assez d’informations quant à leur morphologie et leur développement. Attendre jusqu’à 5ème jour permet également une meilleure synchronisation avec l’endomètre puisque lors d’une grossesse naturelle, l’embryon arrive dans l’utérus 5 à 6 jours après la fécondation dans les trompes de Fallope.

Néanmoins, il est possible que le développement embryonnaire s’arrête et qu’il soit nécessaire de déprogrammer le transfert. C’est pour cela qu’à de nombreuse occasions le transfert à lieu au 3ème jour.

Il est essentiel d’évaluer chaque cas de manière à ce que le traitement de procréation assistée soit adapté à chacun. Le moment opportun pour réaliser le transfert sera décidé en fonction de la quantité et de la qualité des embryons, des résultats des précédents cycles de FIV, des conditions du laboratoire et de la réceptivité endométriale, entre autres.

La nécessité de faire un DPI, technique d’analyse génétique autorisée en République tchèque dans certains cas afin d’éviter des maladies ou des conditions génétiques graves, peut également influer sur la décision.

Un commentaire

  1. usuario
    Dalila

    Bonjour, je suis française mais dans un mois je pars vivre en Rép tchèque parce que mon mari s’est fait muté là-bas. ça nous est “tombé dessus” alors qu’on comptait commencer un traitement de FIV. Est-ce que en étant français on me laissera faire le traitement là-bas? Ou il faut être tchèque pour y avoir le droit ?

Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.   Accepter