Par Zaira Salvador (embryologiste), Dr. Ana Mª Villaquirán Villalba (gynécologue), José Luis de Pablo (embryologiste clinique senior) et Patricia Recuerda Tomás (embryologiste).
Dernière actualisation: 27/08/2018

Le transfert embryonnaire est l’étape finale du processus de fécondation in vitro (FIV). Si le traitement de fertilité a été un succès, après 15 jours, la femme pourra réaliser un test de grossesse.

Le choix du jour du transfert embryonnaire dépend de l’évolution de tout le processus de FIV en général. C’est le spécialiste qui évalue les avantages à effectuer le transfert lors du 3e ou du 5e jour de développement embryonnaire.

La tendance actuelle est de transférer un seul embryon au stade de blastocyste afin d’éviter dans la mesure du possible les grossesse multiples.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Qu’est-ce qu’un transfert d’embryons?

Le transfert embryonnaire consiste à déposer un ou plusieurs embryons fécondés en laboratoire à l’intérieur de l’utérus de la mère.

Le spécialiste doit prendre deux décisions importantes au début du procédé qui vont déterminer son succès en fonction de la patiente, il devra choisir:

Le nombre d’embryons à transférer
la loi française autorise le transfert de trois embryons au maximum bien que des recherches récentes privilégient le transfert d’un seul embryon pour éviter la grossesse multiple, qui peut présenter des risques pour la mère et le foetus.
Le meilleur jour pour le transfert d’embryons
il est possible de les transférer à n’importe quel moment, du jour 1, où l’on évalue si la fécondation s’est produite, jusqu’au jour 6 ou 7. En revanche, le transfert est habituellement effectué en jour 2-3 ou en jour 5-6, car ce sont les moments où la qualité embryonnaire est la plus facile à analyser.

Par la suite, nous vous expliquons les raisons qui poussent les médecins à réaliser le transfert en jour 3 ou en jour 5.

Le transfert embryonnaire est source de controverse, car certains spécialistes préfèrent le réaliser à J3 et d’autres à J5.

La majorité des spécialistes préfèrent avoir recours au transfert embryonnaire personnalisé, à savoir au choix du jour de transfert en fonction de la situation de chaque patiente.

Transfert embryonnaire en jour 3 (J3)

Lors d’une grossesse naturelle, la fécondation a lieu dans les trompes de Fallope et l’embryon arrive dans l’utérus aux alentours du jour 5-6 et se produit la nidation dans l’endomètre.

Cependant, lorsqu’une patiente a recours à un traitement de PMA, les embryons sont cultivés en laboratoire dans des conditions différentes à celles du conduit de l’utérus. C’est pourquoi le temps que les embryons passent en laboratoire (temps de culture embryonnaire) est réduit au maximum.

Voici les avantages et les inconvénients du transfert en jour 3:

Avantages

L’avantage principal du transfert embryonnaire précoce est qu’on obtient un plus grand nombre d’embryons.

À mesure que passent les jours de culture en laboratoire, certains embryons mettent fin à leur développement et ne sont plus viables. C’est pourquoi certains spécialistes préfèrent les transférer le 3e jour, quand l’embryon possède entre 6 et 8 cellules.

Par conséquent, le risque d’annulation du transfert est moindre à J3 qu’en laissant les embryons en culture jusqu’à J5 ou J6. De plus, le nombre d’embryons à vitrifier est plus important et ils pourront être utilisés pour de futurs transferts embryonnaires.

Inconvénients

Les paramètres morphologiques utilisés pour mesurer la qualité embryonnaire à J3 ne sont pas suffisants pour pouvoir sélectionner l’embryon qui sera capable de s’implanter.

Bien qu’il s’agisse de l’embryon qui présente les meilleures caractéristiques, rien ne prouve qu’il ne va pas arrêter de se développer dans l’utérus après le transfert. Il existe donc un risque d’échec d’implantation.

Le moment où l’embryon passe de 8 cellules (J3) à blastocyste (J5) est un changement délicat qui peut compromettre sa viabilité.

Dans le cas du transfert d’embryons à J3, étant donné la fragilité des cellules, il est recommandé de transférer deux ou même trois embryons afin de maximiser les possibilités de nidation. C’est pourquoi le risque de grossesse multiple est accru ainsi que les risques pour la future mère et les futurs bébés.

Transfert de blastocystes à jour 5 (J5)

La culture séquentielle consiste à maintenir des embryons jusqu’à 5 jours en laboratoire, moment où ils passent au stade de blastocystes. Il s’agit d’une méthode délicate car il faut prendre en compte les besoins métaboliques des embryons qui commencent à changer après le 3e jour.

Comme dans le cas précédent, le transfert à J5 présente une série d’avantages et d’inconvénients:

Avantages

Lorsqu’on obtient une multitude d’embryons après la fécondation, la culture séquentielle est la meilleure option. Elle permet une sélection naturelle de l’embryon et une meilleure capacité d’implantation car la majorité des embryons qui présentent des anomalies chromosomiques ne sont pas capables d’atteindre les stades corrects de développement.

D’autre part, la sélection morphologique de l’embryon à J5 est plus précise qu’à J3, car les paramètres morphologiques des blastocystes ont une meilleure corrélation avec la qualité embryonnaire.

Évaluer l’évolution d’un embryon en fonction de certains paramètres morphologiques et morphocinétiques permet de sélectionner particulièrement l’embryon qui présente le plus grand potentiel implantatoire.

Le transfert de blastocystes permet également une meilleure synchronisation avec l’endomètre, car naturellement, les embryons ne s’implantent pas dans l’utérus avant 5 jours. Par conséquent, la réceptivité endométriale est majeure.

Enfin, pouvoir sélectionner plus précisément un embryon qui serait capable de s’implanter permettrait de réaliser un transfert unique sans réduire le taux de réussite et en évitant la grossesse multiple.

Inconvénients

Malgré les nombreux avantages, il existe un risque que les embryons génétiquement normaux ne puissent pas atteindre le stade de blastocyste en raison des conditions de culture en laboratoire.

Dans des conditions naturelles, l’embryon parcourt la cavité utérine le 4e jour de développement et se retrouve en contact direct avec les cellules de l’endomètre qui sécrètent des molécules pour leur nutrition. Par conséquent, il est nécessaire de réunir des conditions de température optimales, d’humidité et de lumière, afin de favoriser la croissance des embryons.

Le principal inconvénient de la culture séquentielle est le risque d’annulation du transfert embryonnaire, surtout si les ovules obtenus après la ponction folliculaire sont peu nombreux.

Personnaliser le traitement de FIV

Indépendamment de leur position sur le jour de transfert, tous les embryologistes et spécialistes en PMA coïncident sur le fait qu’il est nécessaire d’individualiser chaque traitement.

Il est important de choisir le moment du développement embryonnaire le plus adéquat pour le transfert en fonction de chaque patiente et des conditions de chaque situation d’infertilité. Voici certains de ces aspects:

  • Nombre d’embryons obtenus
  • Qualité embryonnaire
  • Caractéristiques des cycles de FIV précédents
  • Techniques complémentaires: DPI, don d’ovocytes, test ERA…
  • Conditions en laboratoire

Dans le cas de la FIV avec DPI, la biopsie embryonnaire est réalisée en jour 3 et les analyses génétiques mettent entre 24 et 48 heures pour obtenir le résultat. Par conséquent, le transfert embryonnaire est réalisé en jour 5-6 lorsque les embryons ont atteint le stade de blastocyste.

Lors d’une FIV-DO, on utilise plutôt la culture séquentielle et le transfert à J5 car le nombre d’embryons est plus élevé et de meilleure qualité.

Enfin, si des problèmes de réceptivité endométriale sont détectés et on pratique un test ERA, le transfert embryonnaire aura lieu au moment le plus favorable de la fenêtre implantatoire, comme l’indique le test.

Si vous devez faire un traitement de fécondation in vitro pour devenir maman, nous vous recommandons d'utiliser le Rapport sur la fertilité. En 3 étapes simples, qui vous permettra de connaître les cliniques à l’étranger qui répondent à nos critères de qualité rigoureux. En outre, vous recevrez un rapport contenant des conseils utiles avant de réaliser des visites dans les cliniques.

Vos questions fréquentes

Vaut-il mieux transférer en jour 3 ou en jour 5 ?

Par Patricia Recuerda Tomás (embryologiste).

Les données actuelles indiquent que la culture embryonnaire jusqu’au 5e et 6e jour du développement permet d’accroître le taux de gestation à la fois lors du transfert frais et du transfert des embryons cryopréservés. En effet, les embryons à transférer et / ou à vitrifier sont mieux sélectionnés, car les embryons qui atteignent le stade du blastocyste ont une plus grande capacité d’implantation. On obtient ainsi une plus grande synchronisation entre l’embryon et l’endomètre.

Il faut tenir compte du fait qu’environ 50% des embryons viables au troisième jour du développement embryonnaire arrêteront leur développement et n’arriveront pas jusqu’au stade de blastocyste.

Je suis passée par plusieurs fausses couches, quel jour est le plus conseillé pour faire le transfert embryonnaire ?

Par José Luis de Pablo (embryologiste clinique senior).

Le fait d’avoir eu des fausses couches répétées n’a rien à voir avec le jour du transfert embryonnaire. Dans la majorité des cas, c’est la dotation chromosomique des embryons.

C’est pourquoi le traitement le plus adéquat dans ces cas-là est une fécondation in vitro avec Diagnostic Préimplantatoire (DPI). Le DPI consiste à analyser 6/8 cellules de chaque embryon et à les analyser. Grâce à cette technique, nous saurons quels embryons sont normaux et quels embryons ne le sont pas.

Puis-je transférer en jour 3 si mes embryons proviennent d’un DPI ?

Par Dr. Ana Mª Villaquirán Villalba (gynécologue).

Actuellement, plus de 90% des biopsies embryonnaires lors d’un DPI sont réalisées au jour 5, ce qui rend impossible le transfert des embryons au jour 3. Cependant, dans les cas où la biopsie est effectuée au jour 3, le résultat ne sera pas disponible avant le jour 5, donc les embryons seront transférés au stade du blastocyste au jour 5.

Quand peut-on réaliser un transfert embryonnaire le 6e jour ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Lorsque les spécialistes décident de réaliser une culture séquentielle et que les embryons évoluent au stade de blastocyste, le transfert embryonnaire a lieu le 5ejour. Cependant, il existe des cas où le développement embryonnaire est un peu plus lent et où il est nécessaire d’attendre jusqu’au 6e jour pour pouvoir évaluer la qualité des blastocystes.

Est-il recommandé de faire un transfert d’embryons de bonne qualité à J3 ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Le meilleur jour pour le transfert doit être évalué en fonction de la situation de chaque patiente, comme nous l’avons vu précedemment. D’autre part, si le spécialiste détermine qu’il est plus judicieux de transférer deux embryons au lieu d’un seul, le 3e jour présente plus d’avantages car il n’y a plus de risque d’annulation en raison d’un nombre insuffisant d’embryons.

Le transfert d’embryons peut-il se faire le 4e jour ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Le transfert à J4 n’est pas recommandé car les embryons sont encore au stade de morula. Il est difficile de déterminer la qualité embryonnaire des morulas et donc, de connaître les probabilités exactes de grossesse.

Cependant, dans certains cas, le transfert est réalisé à J4. Lorsque les embryons sont décongelés à J3 par exemple, et ils sont maintenus en culture pendant un jour afin de contrôler leur taux de survie.

La rédaction vous recommande

Actuellement, on considère une série de critères morphologiques et morphocinétiques pour choisir les embryons qui vont être transférés. Vous trouverez plus d’informations sur ce lien: Qualité embryonnaire.

Une fois la fécondation réalisée, on procède à la culture des embryons. Pendant qu’ils demeurent en culture, on évalue leur qualité pour décider des plus aptes à la nidation.

Savez-vous sur quels critères décide-t-on d’implanter un embryon? Nous vous l’expliquons ici: Le transfert embryonnaire.

Les conditions de culture doivent être réunies pour que les embryons se développent en laboratoire. Voici comment on les cultive: Qu’est-ce que la culture d’embryons?

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Auteurs et collaborateurs

 Zaira Salvador
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) et embryologiste spécialiste en Médecine Reproductive, Master en Biotechnologie de la Procréation Assistée par l'Universidad de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Plus d'informations
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 3185-CV
Dr. Ana Mª Villaquirán Villalba
Diplômée en médecine de l'Universidad del Valle en Colombie, avec une spécialité en obstétrique et gynécologie, et une maîtrise en reproduction humaine de l'Université de Valence et de l'IVI. Actuellement, elle est directrice médicale de la clinique de fertilité de Tahe. Plus d'informations
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 303007571
 José Luis de Pablo
Embryologiste Clinique Senior
Double diplôme en Biologie et Biochimie à l'Universidad de Navarra. Master sur la base théorique et les processus de laboratoires de Procréation Médicalement Assistée à l'Universidad de Valencia. Titre de Senior Clinical Embryologist de l'ESHRE et certification de ASEBIR en embryologie clinique. Plus de 15 ans d'expérience à la direction de laboratoires de fécondation in vitro. Plus d'informations
 Patricia Recuerda Tomás
Diplômé en Biologie de l'Université d'Alcalá de Henares. Elle est titulaire d'une maîtrise en laboratoire théorique et procédures du laboratoire de reproduction assistée de l'Université de Valence. Elle possède une vaste expérience dans plusieurs laboratoires de procréation médicalement assistée. Plus d'informations
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 19882M
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.

4 commentaires

    1. tatine

      Bonjour,

      J’ai besoin d’un avis. Suite à ma 2 ème fiv. Je n’ai eu que 1 seul embryon. Ce dernier est à j5 mais 7 cellules seulement. Le biologiste veut attendre j6 pour prendre une décision. Ma question c’est de savoir comment l’embryon est arrivé jusqu’à 5 jours avec un développement si lent. Et si à j6 on décide de faire un transfert y a t il des risques si grossesses ?
      Merci pour votre avis

      • Jessica Escudero

        Bonjour Tatine,

        Si l’embryon arrive jusqu’au transfert, il ne présente pas plus de risques que lors d’une grossesse classique. C’est au biologiste de déterminer la qualité et de juger s’il peut être transféré ou non. Certains embryons ont un développement plus lent que d’autres.

        Bonne journée!

    2. Mélissandre47

      bonjour j’ai 24 ans je souffre de syndrome des ovaires polykystiques et j’ai une seule trompe et un seul ovaire. Mon mari a les spermatozoïdes faibles.

      Nous avons fait un traitement de FIV et la médecin m’a dit que les embryons étaient un de 12 cellules et l’autre de 10.
      Qu’es-ce que ça veut dire? Ils sont de bonne , de mauvaise ou de moyenne qualité? Y a -t-il possibilité de nidation? merci

      • Jessica Escudero

        Bonjour Mélissandre,

        Il est difficile de vous répondre étant donné que vous apportez peu de précisions sur la qualité de vos embryons. Il existe des paramètres à prendre en compte comme la symétrie, la fragmentation, le nombres de noyaux, etc. De plus, il faut savoir les jours de développement depuis qu’ils ont été fécondés.

        Les embryons peuvent tout à fait s’implanter même s’ils ont une mauvaise qualité embryonnaire.

        J’espère vous avoir aidée,