Par Zaira Salvador (embryologiste), Dr. Elena Izquierdo Trechera (gynécologue), Dr. Elena Martín Hidalgo (gynécologue), Dr. Miguel Dolz Arroyo (gynécologue) et Dr. Emilio Gómez Sánchez (embryologiste sénior).
Dernière actualisation: 27/08/2018

Lorsqu’une femme se soumet à un traitement de fertilité, il est nécessaire qu’elle commence un traitement pour stimuler ses ovaires. C’est ce qu’on appelle la stimulation ovarienne contrôlée.

Les médicaments utilisés pour la stimulation ovarienne contiennent des hormones qui agissent de manière naturelle sur le cycle menstruel et leur rôle est de provoquer la maturation de plus d’un ovocyte.

Selon le traitement de fertilité et le nombre d’ovocytes obtenu, un ou deux lors de l’insémination artificielle (IA) et plusieurs lors de la fécondation in vitro (FIV), la stimulation sera plus ou moins légère. Elle est contrôlée par le dosage hormonal et un contrôle par échographie.

Comment fonctionne un ovaire?

Au début de chaque cycle menstruel, il se produit naturellement une phase de croissance de quelques follicules à l’intérieur de l’ovaire. Les follicules sont de petites structures remplies d’un liquide où se produit la maturation d’un ovule dans chacun d’eux.

Ensuite, commence le recrutement folliculaire en fonction des niveaux hormonaux. Cela signifie que seulement un des follicules est capable de répondre au traitement hormonal et se développer jusqu’à être converti en un follicule préovulatoire de plus grande taille. Le reste de follicules dégénère et les ovules qui étaient à l’intérieur sont détruits.

L’hormone FSH est l’hormone chargée de stimuler le développement folliculaire. Après 7-8 jours de croissance des follicules, le niveau FSH diminue et seulement l’un d’eux est capable de survivre et de continuer sa maturation.

À mi-cycle, aux alentours du quatorzième jour, le taux d’hormone LH augmente, c’est ce qu’on appelle le pic de LH, qui provoque l’ovulation: le follicule de l’ovaire se rompt et l’ovule est expulsé jusqu’à la trompe de Fallope, où il est susceptible d’être fécondé.

Traitement pour la stimulation ovarienne

La procréation médicalement assistée (PMA) consiste à imiter le processus naturel mais à une plus grande échelle, de façon à ce que plusieurs follicules arrivent à maturité à la fois. Un traitement hormonal contenant l’hormone FSH permet de mener à bien ce procédé. La stimulation ovarienne est bilatérale: les follicules grandissent dans les deux ovaires à la fois.

Le nombre de follicules nécessaires dépend du type de traitement, selon lequel on devra obtenir un nombre plus ou moins important d’ovules:

  • Insémination artificielle: 1 ou 2 ovules
  • FIV: de 6 à 8 ovules

Il est difficile de prédire quelle sera la réponse ovarienne au traitement, particulièrement lors d’un premier cycle de PMA. On retrouve deux types de femmes:

  • À faible réponse ovarienne: elles obtiennent peu d’ovules.
  • À forte réponse ovarienne: elles développent de nombreux ovules et courent le risque de souffrir d’hyperstimulation ovarienne.

L’hyperstimulation ovarienne peut également être due à une dosage du traitement trop important.

Vous trouverez des informations sur cet article: Le syndrome d’hyperstimulation ovarienne (HSO).

Par conséquent, les spécialistes doivent ajuster le dosage hormonal et la durée du traitement en fonction de la réaction de la patiente. De plus, certaines caractéristiques de la femme sont également à prendre en compte comme l’âge, le poids et les taux d’hormone naturels.

Suivi médical

Le traitement hormonal doit commencer lors des premiers jours des règles (entre le premier et le troisième jour). Une échographie vaginale est réalisée pour vérifier que l’ovaire est bien au repos, et ainsi commencer la stimulation.

La médication est administrée par injections sous-cutanées quotidiennes dans la zone abdominale. Après plusieurs jours d’injection, la patiente devra se rendre à la clinique pour évaluer le stade de développement des follicules par échographie. Ce contrôle doit être répété tous les deux jours environ.

Combien de temps dure la stimulation ovarienne ?

Selon le Dr. Elena Martín, elle dure normalement entre 8 et 14 jours, selon la réponse de la patiente au traitement. Ce que nous essayons d’obtenir, c’est le développement du follicule où se développe l’ovule, que nous observons et mesurons grâce à des échographies. Une fois atteinte la taille de 17-18 mm, nous nous préparons à la fécondation ou à l’insémination.

Pendant le suivi médical, les follicules qui grandissent sont comptés et leur taille contrôlée. Si nécessaire, le gynécologue ajuste le dosage du médicament afin d’obtenir une plus grande réponse ovarienne.

La taille idéale que doivent atteindre les follicules est de 18 mm environ. De plus, il est nécessaire de contrôler le niveau d’oestradiol, qui doit être entre 200-300 pg / ml pour chaque follicule mature.

Une fois les paramètres réunis, la ponction ovarienne est programée pour récupérer les ovules et procéder à la FIV. Dans le cas d’une IA, les ovules ne sont pas extraits, on programme simplement l’ovulation et l’insémination.

Si vous devez faire un traitement de fécondation in vitro pour devenir maman, nous vous recommandons d'utiliser "Le Calculateur". En 3 étapes simples, qui vous permettra de connaître les cliniques à l’étranger qui répondent à nos critères de qualité rigoureux. En outre, vous recevrez un rapport contenant des conseils utiles avant de réaliser des visites dans les cliniques.

Préparation de l’endomètre

Bien qu’il ne fasse pas partie de la stimulation ovarienne, les femmes qui se soumettent à un cycle de PMA doivent également prendre un traitement pour la préparation de l’endomètre.

Les médicaments utilisés dans ce but se composent principalement de progestérone et commencent à être administrés juste après la ponction folliculaire. La progestérone augmente naturellement après l’ovulation afin de préparer la couche interne de l’utérus où sera implanté l’embryon.

Une fois le transfert des embryons terminé, il est nécessaire qu’il y ait une nidation (implantation dans l’utérus). L’épaisseur de l’endomètre joue un rôle très important dans le processus pour obtenir une grossesse.

Question: Quel est le traitement nécessaire pour un épaississement de l’endomètre?

Selon le Dr. Miguel Dolz, plusieurs traitements ont pour but de provoquer un épaississement de l’endomètre. La meilleure solution serait de ne rien prendre, car le cycle naturel est le plus réceptif de tous, mais ce n’est pas toujours possible. Il est important de savoir qu’il existe plusieurs solutions pour améliorer la réceptivité de l’endomètre ou utérine chez les patientes qui en montrent une déficience.

En tenant compte du fait que le sujet de l’endomètre est fondamental, nous avons mis en place une série de stratégies et de traitements afin d’en améliorer la réceptivité chez les 25% des femmes qui souffrent d’une déficience. On utilise des médicaments pour faire un apport d’oestrogènes, de vasodilatateurs ou d’autres substances permettant l’amélioration de la qualité de l’endomètre.

Vos questions fréquentes

Donne-t-on toujours la même dose de Cetrotide ?

Par Dr. Elena Izquierdo Trechera (gynécologue).

La dose de cétrotide est la même, ce qui varie d’un patient à l’autre en fonction c’est la durée du traitement avec ce médicament en fonction des jours de stimulation ovarienne.

Quels sont les effets secondaires les plus fréquents du Puregon ?

Par Dr. Manuel Aparicio Caballero (gynécologue).

Puregon est un médicament utilisé lors de la stimulation ovarienne de patientes en cours de traitements de procréation médicalement assistée. Son principal ingrédient actif est la follitropine bêta, une hormone connue sous le nom d’hormone folliculostimulante (FSH) obtenue en laboratoire (FSHr).

Les effets indésirables les plus fréquents chez la femme, qui aparraissent chez 1 femme sur 10, sont les suivants:

  • Réactions dans la zone d’injection: rougeur, ecchymose, enflure, douleur et démangeaison.
  • Maux de tête, douleurs au niveau du bassin et/ou dans l’estomac.
  • Distension abdominale (ventre gonflé).
  • Syndrome d’hyperstimulation ovarienne (SHSO).

Ces réactions sont transitoires et de nature légère. Le syndrome d’hyperstimulation ovarienne pourrait déclencher des problèmes plus graves si la ponction folliculaire n’est pas annulée une fois détectée. Par conséquent, on conseille dans ce cas d’annuler le cycle et d’attendre les règles pour la disparition totale de ce syndrome.

Les effets indésirables peu fréquents, qui touchent 1 femme sur 100, sont les suivants :

  • Gêne au niveau du sein: tension, douleur et/ou engorgement des seins.
  • Diarrhée ou constipation.
  • Maux de tête et nausées.
  • Réaction d’hypersensibilité: éruption cutanée, rougeur, urticaire et démangeaisons.
  • Élargissement de l’ovaire.
  • Kystes ovariens et/ou torsion ovarienne.
  • Augmentation de la taille utérine.
  • Saignement vaginal.

Il est important de souligner que, si l’un de ces effets indésirables est observé, il est nécessaire de consulter le médecin pour pouvoir prendre les mesures nécessaires.

Il peut aussi se produire des réactions rares, chez 1 femme sur 1000 : une thromboembolie ou une thrombose veineuse comme la conséquence d’un SHO sévère. Il s’agit de l’apparition de caillots à l’intérieur des vaisseaux sanguins, ce qui peut déclencher une crise cardiaque dans le pire des cas.

Des effets indésirables peuvent également survenir chez les hommes en raison de l’utilisation de Puregon. Voici les plus courants :

  • Réactions dans la zone d’injection: rougeur, ecchymose, enflure, douleur et démangeaison.
  • Maux de tête.
  • Acné et éruption cutanée.
  • Gynécomastie: développement des seins.
  • Kystes testiculaires ou épididymaires.

Bien que ces effets indésirables aient été décrits comme fréquents, il faut garder à l’esprit que ces études ont été réalisées chez un plus petit nombre d’hommes que de femmes.

Le traitement de stimulation ovarienne est-il remboursé par l’Assurance Maladie ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

En France, les bilans et les soins pour la fertilité peuvent être pris en charge à 100 %, demandez conseil à votre médecin traitant. La stimulation ovarienne est totalement remboursée si la patiente remplit les conditions en vigueur.

Les actes de PMA sont pris en charge jusqu’au 43e anniversaire de la femme, sous accord préalable.
Sont également pris en charge :

  • Une seule insémination artificielle par cycle, avec un maximum de six pour obtenir une grossesse
  • Quatre tentatives de fécondation in vitro pour obtenir une grossesse

Comment stimuler les ovaires naturellement ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Vous pouvez augmenter votre niveau de progestérone en consommant certains aliments. Évitez les aliments et les plantes qui augmentent les niveaux d’œstrogène. En effet, les taux d’œstrogène et de progestérone chez une femme sont d’une extrême importance pour la santé.

L’excès d’œstrogène et de faibles niveaux de progestérone peuvent contribuer à de nombreuses troubles psychologiques et physiques, y compris l’infertilité. Si vous avez été diagnostiqués avec une dominance d’œstrogène et une insuffisance de progestérone, vous devez éviter tous les aliments qui peuvent augmenter les niveaux d’œstrogène.

Nous recommandons la consommation de zinc (foie de veau, crustacés, crabe, pois chiches…), de magnésium (épinard, céréales et noix),de vitamines B6 et C (bananes, haricots, etc).
Il est également important de contrôler le niveau de stress, car il est nocif pour la fertilité.

Quels effets secondaires après une stimulation ovarienne ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Les patientes ne sont pas totalement à l’abri de grossesses multiples, même si les médecins prennent de plus en plus de précautions. Le principal effet secondaire, que l’on redoute beaucoup, c’est l’hyperstimulation ovarienne. Elle peut être à l’origine de problèmes rénaux, tels qu’une thrombophlébite. Mais il est très important de rappeler aux patientes que les médecins cherchent par tous les moyens à atténuer les contraintes et les effets indésirables.

La rédaction vous recommande

Comme nous l’avons vu antérieurement, les hormones sont celles qui déterminent la fertilité de la femme. Ces hormones sont celles chargées de réguler le cycle reproductif chez les femmes et les hommes. Elles agissent en régulant les actions des gonades masculines (testicules) et les gonades féminines (ovaires et endomètre).

Vous pourrez trouver plus d’informations ici: Les hormones sexuelles.

L’un des médicaments les plus connus et utilisés lors de la stimulation ovarienne est Ovitrelle. Savez-vous comment elle fonctionne? L’ovitrelle.

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Allegra A, Marino A, Coffaro F, Scaglione P, Sammartano F, Rizza G, Volpes A (2007). GnRH antagonist-induced inhibition of the premature LH surge increases pregnancy rates in IUI-stimulated cycles. A prospective randomized trial. Hum Reprod; 22: 101 – 108.

Arici A, Byrd W, Bradshaw K, Kutteh WH, Marshburn P, Carr BR (1994). Evaluation of clomiphene citrate and human chorionic gonadotropin treatment: a prospective, randomized, crossover study during intrauterine insemination cycles. Fertil Steril;61:314 – 318.

Balasch J, Ballescà JL, Pimentel C, Creus M, Fàbregues F, Vanrell JA (1994). Late low-dose pure follicle stimulating hormone for ovarian stimulation in intrauterine insemination cycles. Hum. Reprod.; 9: 1863– 1866.

Bhattacharya S, Harrild K, Mollison J, Wordsworth S, Tay CCK, Harrold A, McQueen D, Lyall H, Johnston L, Burrage J et al. (2008). Clomifene citrate or unstimulated intrauterine insemination compared with expectant management for unexplained infertility: pragmatic randomised controlled trial. BMJ;337:716 – 723.

Coroleu B, Devesa M, y Alvarez M. Guía 18. Estimulación ovárica para FIV-ICSI en los ciclos con presunción de baja respuesta. Servicio de Medicina de la Reproducción Departamento de Obstetricia, Ginecología y Reproducción Hospital Universitario Quirón Dexeus, Barcelona. Sociedad Española de Fertilidad (SEF) y Sociedad Española de Ginecología y Obstetricia (SEGO)

Ferraretti AP et al. (2011). ESHRE consensus on definition of poor response to ovarian stimulation for in vitro fertilization: the Bologna criteria. Hum Reprod; 26: 1616-24.

Griesinger G. y col. (2006). GnRH-antagonists in ovarian stimulation for IVF in patients with poor response to gonadotropins, polycystic ovary syndrome, and risk of ovarian hyperstimulation: a meta-analysis. Reproductive BioMedicine Online; 13: 628-638.

Hamdine O. et al. (2015). Ovarian response prediction in GnRH antagonist treatment for IVF using anti-Müllerian hormone. Hum. Reprod.; 39: 170-8.

Lehert P, Kolibianakis EM, Venetis CA. y col. (2014). Recombinant human follicle-stimulating hormone (r-FSH) plus recombinant luteinizing hormone versus r-FSH alone for ovarian stimulation during assisted reproductive technology: a systematic review and meta-analysis. Reproductive Biology and Endocrinology; 12: article 17.

Nelson SM (2013). Biomarkers of ovarian response: current and future applications. Fertil. Steril.; 99: 963-9.

Reproducción Asistida ORG. Video: ¿Cuánto tiempo dura la estimulación ovárica?, par Dr. Elena Martín Hidalgo, 29/12/2015. [Voir vidéo originale en espagnol].

Reproducción Asistida ORG. Video: Medicación necesaria para engrosar el endometrio, par Dr. Miguel Dolz Arroyo, 02/04/2015. [Voir vidéo originale en espagnol].

Rodríguez Gálvez, I., Tocino Díaz, A., Fernández Sánchez, M. Fármacos en la estimulación ovárica: clomifeno, gonadotropinas, análogos GnRH, hCG. En: Unidad 06, Bloque I: Esterilidad femenina. Máster en Reproducción Humana de la Universidad Rey Juan Carlos y el Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI).

Voir plus

Auteurs et collaborateurs

 Zaira Salvador
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) et embryologiste spécialiste en Médecine Reproductive, Master en Biotechnologie de la Procréation Assistée par l'Universidad de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Plus d'informations
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 3185-CV
Dr. Elena Izquierdo Trechera
Diplômée en médecine de l'Université Complutense de Madrid, spécialisée en obstétrique et gynécologie, et en reproduction humaine de l'Université Rey Juan Carlos et de l'IVI. Actuellement, elle est directrice médicale de la clinique de fertilité Velazquez. Plus d'informations
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 282866949
Dr. Elena Martín Hidalgo
Diplômée en Médecine et Chirurgie par l'Universidad de Salamanca, spécialisée en Gynécologie et Obstétrique à l'Hôpital Virgen de la Salud de Toledo. Spécialiste en Médecine Reproductive avec plus de 20 ans d'expérience. Elle est enseignante collaboratrice de la Société Espagnole de Fertilité (SEF) et s'occupe de la formation pratique des élèves du Master en Procréation Médicalement Assistée et directrice médicale de Reprofiv. Plus d'informations
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 28454504653
Dr. Miguel Dolz Arroyo
Diplômé de Médecine et Chirurgie de l'Universidad de Valencia en 1988 et Doctorat en Médecine en 1995 avec la spécialisation en Gynécologie et Obstétrique. Il est Expert en Médecine Reproductive avec plus de 20 ans d'expérience dans le domaine. Il est actuellement le directeur et fondateur de FIV Valencia. Plus d'informations
Affiliation à l'Ordre des Médecins: 464614458
Dr. Emilio  Gómez Sánchez
Embryologiste Sénior
Diplôme de biologie de l'Université de Séville. Il est titulaire d'un doctorat en biologie de l'Université de Valence. Il possède une vaste expérience en tant qu’embryologiste spécialisé en médecine de la reproduction et est actuellement directeur du laboratoire de FIV à Tahe Fertility. Plus d'informations
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 14075-MU
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.

2 commentaires

    1. Vaness Lahille

      Bonjour,

      cela fait 8 mois que nous attendons une grossesse et j’entame un cycle avec stimulation. Alors j’aimerais connaître vos expériences! Au bout de combien de cycles de stimulation cela a t-il marché? Avez-vous eu un bébé ou 2 (le gynéco me répète régulièrement qu’il est possible d’avoir une grossesse multiple).
      Merci d’avance de me donner du baume au coeur!

      • Jessica Escudero

        Bonjour Vaness,

        Effectivement le risque de la stimulation ovarienne est d’avoir une grossesse multiple en raison du fait que les ovaires expulsent plusieurs ovules à la fois suite au traitement. Les patientes ne sont pas totalement à l’abri de grossesses multiples, même si les médecins prennent de plus en plus de précautions et n’implantent qu’un seul embryon à la fois.

        La durée du traitement reste très variable et sera en fonction des causes de l’infertilité, des antécédents de la femme, de son âge ou de son état de santé. Cependant, en pratique, les gynécologues constatent qu’un traitement dure en moyenne 3 mois avant d’obtenir un résultat vers le 4ème mois. Chez certaines femmes, la stimulation ovarienne peut durer de 3 mois à 6 mois, mais ne dépasse pas généralement 12 mois (12 cycles).

        Bon courage et bonne journée,