Taux de réussite du don d’ovocytes et de sperme à Chypre

La réussite d’un traitement de procréation médicalement assistée suppose la naissance d’un enfant sain qui est ce pourquoi les patients débutent un traitement de fertilité.

Toutefois, lorsqu’on parle de taux de réussite, on ne fait pas toujours référence aux mêmes aspects. Il est donc important de prendre cela en compte afin de pouvoir comparer les taux de réussite de différentes cliniques de PMA ou de différents pays.

  • Taux de grossesse (test de grossesse positif)
  • Taux de grossesse évolutive
  • Taux d’accouchement ou de nouveau-né vivant

Malheureusement, tomber enceinte n’est pas toujours la dernière étape du processus. En effet, de nombreuses grossesses ne parviennent pas à se développer et s’arrêtent prématurément, causant une fausse couche. Bien que plus rare, il arrive également que le bébé naisse sans vie.

Par ailleurs, les données varieront en fonction de la clinique de procréation assistée. En effet, chaque centre a sa propre manière de travailler, des procédures différentes, sa propre manière d’élaborer des statistiques, etc. Il ne faut pas non plus oublier le nombre de patients qui entrent dans ses données statistiques.

Les taux de réussite peuvent varier considérablement en fonction de la quantité de cycles ou de traitement analysés. C’est pourquoi il est important de ne pas se focaliser sur ces données et de les considérer seulement comme des données utiles pour mieux comprendre le processus.

FIV avec don d’ovocytes

Quelle que soit la base prise pour déterminer le taux de réussite des traitements de PMA, le don de gamètes suppose généralement une amélioration des résultats.

La principale raison à cela est que les ovocytes sont généralement d’excellente qualité car ils proviennent de femmes jeunes et saines, sans problèmes génétiques ni de problèmes reproducteurs.

Bien que la qualité des gamètes soient un facteur essentiel pour parvenir à une grossesse évolutive, la qualité de la cavité utérine est tout aussi importante afin de déterminer le taux de réussite. Ainsi, l’âge de la receveuse est également crucial, mais certes, moins crucial que l’âge ovarien.

Vous trouverez ci-dessous les taux de réussite des cliniques chypriotes:

  • Taux de grossesse chez les femmes entre 30 et 34 ans : 82%
  • Taux de grossesse chez les femmes entre 35 et 39 ans : 76%
  • Taux de grossesse chez les femmes entre 40 et 44 ans : 66%
  • Taux de grossesse chez les femmes de plus de 45 ans : 61%

Pour obtenir ces taux, seuls ont été pris en compte les traitements lors desquels 2 ou 3 embryons ont été transférés, pas ceux qui n’en ont nécessité qu’un seul.

De manière générale, on pourrait dire que les taux de FIV avec les propres ovocytes des patientes avoisinent les 40% tandis qu’avec un don d’ovocytes, ces taux de grossesse varient entre 60 et 75%.

Don de sperme

Lorsqu’on parle de don d’ovocytes, on fait nécessairement référence à la fécondation in vitro (FIV) tandis que quand on parle de don de sperme, deux techniques reproductives sont possibles: la FIV ou l’insémination artificielle.

Les taux de réussite de l’insémination artificielle sont généralement bas, même en utilisant du sperme de bonne qualité tel que du sperme provenant de donneurs (jeunes et sains). Cela tient au fait que dans l’insémination artificielle, c’est le spermatozoïde lui-même qui doit parcourir le long trajet jusqu’aux trompes de Fallope et parvenir à féconder l’ovocyte. L’assistance “artificielle” est moindre; il s’agit d’une technique proche du processus naturel.

Pour la FIV au contraire, on tente d’augmenter les chances de réussite grâce à la stimulation ovarienne. Ainsi, on obtient le plus grand nombre d’ovocytes possible afin de pourvoir obtenir plus d’embryons de grande qualité capables de d’implanter.

Il existe deux principales méthodes de fécondation in vitro: la FIV conventionnelle ou l’injection intra-cytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI). En fonction des caractéristiques de chaque situation, on obtiendra de meilleurs résultats en appliquant soit la FIV, soit la ICSI.

Un commentaire

  1. usuario
    Vaness

    J’ai vécu à Chypre plusieurs années et clairement quand je vois les taux de réussite plutôt élevés je n’hésiterai pas à y aller pour tenter d’avoir un deuxième enfant (le premier ayant été conçu de manière naturelle il y a 11 ans) !

Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.   Accepter