Symptômes de grossesse avec don d’ovocytes: signes après une FIV-DO

Le déroulement d’une grossesse après un traitement de fécondation in vitro avec don d’ovocytes (FIV-DO) est le même que lorsque l’on tombe naturellement enceinte, à quelques différences près. Il est possible qu’en cas de réussite de la FIV-DO, les symptômes post transfert changent légèrement en raison du traitement hormonal reçu.

Comme le moment de la fécondation est connu, le test de grossesse pourra être réalisé exactement une douzaine de jours après le transfert, permettant de déterminer la date exacte de début de gravidité. D’une manière générale, le suivi médical, plus constant dans le cas d’une PMA, permet de détecter les tout premiers signes de l’heureux évènement.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Tomber enceinte grâce à un don d’ovocytes

Lorsque des ovules provenant de donneuse sont nécessaires pour tomber enceinte, une fécondation in vitro s’avère indispensable. On extrait les ovocytes matures de la donneuse par une ponction folliculaire.

Il n’est pas possible de les introduire à la receveuse avant fécondation pour pratiquer ensuite une insémination artificielle. La fécondation a donc obligatoirement lieu en laboratoire.

Une fois les ovules fécondés, on les laisse en culture pour que naissent les zygotes (fusion des deux gamètes), qui se diviseront ensuite pour former les embryons. Pour que ceux-ci puissent s’implanter, il est indispensable de préparer l’endomètre de la receveuse.

La grossesse après don d’ovocytes peut sembler facile à obtenir car les ovules de donneuses sont toujours de bonne qualité. Cependant, la première tentative n’est pas toujours la bonne, car d’autres facteurs ont une incidence sur les probabilités de grossesse, comme la qualité des spermatozoïdes et les qualités utérines de la receveuse.

Il est essentiel de réaliser la FIV-DO dans une clinique qui tient compte de vos besoins et de votre situation particulière.

Pour vous aider à trouver le centre de fertilité qui correspond à le mieux à votre profil, nous vous conseillons de remplir gratuitement notre formulaire d’aide au don d’ovocytes : Devis personnalisé de don d’ovocytes et traitements.

Quels sont les taux de réussite post FIV-DO ?

Les cliniques annoncent des taux de succès très élevés de leurs traitement de FIV avec don d’ovocytes, en général aux alentours de 60%. Il faut cependant s’informer auprès de chaque clinique pour savoir si elle prend en compte le taux de grossesses obtenues ou le taux de naissance, car, malheureusement, toutes les grossesses n’arrivent pas à terme.

Il est vrai que la FIV-DO est une technique très efficace, car les critères de sélection appliqués aux donneuses impliquent l’utilisation d’ovules de femmes jeunes, fertiles et en bonne santé. Grâce à cette circonstance, les chances de grossesse avec les ovocytes d’une donneuse atteignent 55-63% environ, contre 35%-43% en cas de FIV avec les ovules de la patiente.

Cela représente donc bien un taux de réussite élevé, surtout si l’on prend en compte que les probabilités de concevoir naturellement, pour des personnes fertiles, se situent en principe aux alentours de 20%-30% de réussite par essai.

Pour plus d’informations, nous vous conseillons la lecture de notre article : Taux de réussite des traitements par don d’ovocytes.

Symptômes de la grossesse après une FIV-DO

Après le transfert et l’implantation (nidation) des embryons dans l’utérus de la receveuse, la libération d’hormone HCG dans le sang commence.

Après environ 15 jours, la valeur de cette hormone pourra être détectée par un test de grossesse, qui confirmera que l’absence de menstruation, le symptôme le plus évident de la grossesse, est dû au début de la gestation.

Le taux d’hormone HCG dans le sang augmentera de manière progressive à partir de la nidation de l’embryon transféré jusqu’à environ la fin du troisième trimestre. L’augmentation de la HCG, ainsi que d’autres changements hormonaux, est la principale responsable des premiers symptômes de la grossesse :

  • Nausées et vomissements
  • Augmentation de l’envie d’uriner
  • Fatigue
  • Sensibilité olfactive accrue
  • Augmentation ou perte de l’appétit

À mesure que la grossesse avance, le corps de la femme changera et s’adaptera à l’état de gestation. Cela peut se traduire en nouveaux symptômes tels que la variation de la taille et de la sensibilité des seins, l’apparition d’acné, de brûlures d’estomac, une augmentation du poids et du volume, une lourdeur générale, etc.

Nous ne devons pas perdre de vue qu’il s’agit là de symptôme généraux, tant de la grossesse naturelle comme de la grossesse fruit d’une FIV avec don d’ovocytes. L’expérience de la grossesse peut être différente pour chaque femme : toutes ne sentiront pas les mêmes symptômes avec la même intensité.

Par ailleurs, il est courant que la femme qui nécessite un traitement de FIV-DO soit biologiquement assez âgée (plus de 35 ans). Cela peut être cause d’une intensification des symptômes car le corps ne tolère plus aussi bien les changements hormonaux.

Assumer la réalité du don d’ovules

Recourir à des ovules de donneuse pour pouvoir tomber enceinte implique de renoncer à transmettre son héritage génétique. Ce n’est pas forcément facile à assumer et peut générer des doutes et des problèmes émotionnels pendant la grossesse.

Pour cette raison, il est recommandé de ne commencer le traitement de FIV suite à un don d’ovocytes qu’une fois que l’on est certain d’en avoir bien compris les implications physiques et émotionnelles. Il est important de méditer suffisamment avant de prendre la décision en soumettant tous les doutes et les craintes avec des professionnels, qu’ils soient médecins ou psychologues.

La grande majorité des cliniques de procréation médicalement assistée disposent d’un département de psychologues spécialistes qui peuvent se révéler d’une aide importante, tant durant le traitement de FIV comme durant le suivi de la grossesse.

En réalité, à mesure que la gestation avance et, surtout, après la naissance du bébé, la plus grande partie des inquiétudes et des peurs que pourraient avoir les parents concernant le don d’ovocytes disparaissent.

L’arrivée de l’enfant après l’accouchement fait comprendre aux parents débutants que la paternité se définit par l’éducation et les soins prodigués à l’enfant et pas seulement par son héritage génétique.

Vos questions fréquentes (FAQ)

Comment calcule-t-on la DPA (date prévue d’accouchement) après une FIV-DO ?

En principe, en cas de don d’ovocytes, on comptabilise les semaines de grossesse en ajoutant deux semaines à la date du transfert embryonnaire. Ainsi, on peut imiter le calcul traditionnel, dans lequel on compte à partir de la date des dernières règles (DDR). La date du début de grossesse (DDG) se produit environ 2-3 semaines après le premier jour des dernières règles.

Le succès de la FIV-DO est-il garanti ?

Il faut être conscient que les ovocytes proviennent de donneuses jeunes et en bonne santé, et sont donc de qualité. Pour cette raison, les probabilités de tomber enceinte sont élevées bien que, comme nous le commentions plus haut, cela dépendra également de l’influence des autres facteurs (qualité du sperme, préparation de l’endomètre, qualités de la receveuse, etc.).

Y a-t-il plus de risques de grossesse multiple en cas de don d’ovocytes ?

Cela dépend surtout du nombre d’embryons transférés. Si deux embryons sont transférés à la fois, la possibilité d’une grossesse gémellaire sera plus haute. En transférant un seul embryon, il est très peu probable que la grossesse soit multiple.

Quel est le prix d’une grossesse par don d’ovocytes ?

Le coût économique du succès de la grossesse par le biais d’une procédure de FIV-DO va dépendre du nombre de tentatives qui auront été nécessaires. Un traitement de FIV avec don d’ovocytes a un coût approximatif d’entre 4500 et 9000 euros.

De nombreuses clinique offrent des réductions sur les tentatives ultérieures. Vous pouvez calculer votre budget en suivant ce lien : Devis personnalisé.

La génétique de la maman a-t-elle son rôle à jouer en cas de grossesse par FIV-DO ?

Des études récentes ont démontré que la génétique du bébé né par don d’ovocytes se voit influencée par l’ADN de la mère. Ce phénomène est connu comme épigénétique, qui est l’étude des changements de l’expression génétique en fonction du contexte (dans ce cas, la grossesse).

Il a été prouvé que les altérations épigénétiques peuvent influencer et/ou modifier l’activité de certains gènes. En somme, il existe un mécanisme qui fait que le matériel génétique de la mère exerce d’une certaine manière une influence sur les gènes de l’embryon.

2 commentaires

  1. usuario
    saritahh

    Bonjour, y-t-il des précautions extra à prendre en cas de grossesse avec FIV-DO?

    • avatar
      Isabelle GuttonConseillère en fertilité

      Bonjour saritahh,

      À moins que des complications ne se présentent, les recommandations pour une grossesse après FIV-DO ne diffèrent pas de celles pour une grossesse obtenue naturellement. Vous pouvez prendre connaissance des consignes usuellement données aux femmes enceintes dans notre article : Soins pendant la grossesse.

      La seule différence est que, contrairement à ce qui arrive généralement lorsque l’on tombe enceinte sans recours à la PMA, vous saurez exactement la date de la fécondation et vous bénéficierez d’un suivi médical programmé avant, pendant et après la fécondation.

      Bonne journée

Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.   Accepter