Par Zaira Salvador (embryologiste), Dr. Elena Izquierdo Trechera (gynécologue) et Dr. Emilio Gómez Sánchez (embryologiste sénior).
Dernière actualisation: 27/08/2018

La stérilité se définit comme l’incapacité à obtenir une grossesse dans un couple et peut être due à des facteurs masculins (environ 30% des cas), féminins (30%), divers (20%) ou inconnus (20%). Cet article nous aidera à comprendre les différentes causes de la stérilité chez l’homme et comment elle se divise.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Les différents types de stérilité chez l’homme

La stérilité masculine peut être occasionnée par différents facteurs, qui peuvent se regrouper en plusieurs catégories:

Facteur pré-testiculaire ou endocrinien
troubles hormonaux qui affectent le développement et/ou fonction testiculaire.
Facteur testiculaire
troubles de la sortie des spermatozoïdes.
Facteur spermatique
troubles de la qualité spermatique directe.

Bien qu’il existe différentes causes, elles influent toutes d’une manière ou d’une autre sur la qualité du sperme éjaculé. Une bonne qualité séminale se détermine par des valeurs de concentration, mobilité, morphologie et vitalité adéquats.

Pour diagnostiquer quelle pourrait être la cause de la stérilité masculine, l’homme devra subir plusieurs examens.

Facteur pré-testiculaire ou endocrinien

Ce type de stérilité est dû à des problèmes de régulation hormonale, qui altèrent la sécrétion d’hormones émanant de l’hypophyse. Certaines de ces hormones sont impliquées dans le développement de plusieurs éléments:

  • Les testicules
  • Les conduits séminifères
  • La spermatogénèse (production de spermatozoïdes)
  • Le développement de l’appareil reproducteur masculin en général

Si la sécrétion de ces hormones est altérée, le développement et/ou la fonction testiculaire, ainsi que la production spermatique seront affectés.

Ces troubles peuvent être dus à des problèmes congénitaux ou être causés par des facteurs externes comme certaines substances ou médicaments, comme les anabolisants, qui affectent directement le système hormonal et produisent des problèmes de fertilité. Pour détecter une cause hormonale de stérilité masculine, une analyse hormonale de sang est requise.

Facteur testiculaire

Lorsqu’on évoque le facteur testiculaire, on fait référence à tout facteur qui affecte directement les testicules. Ce trouble ou défaut peut se produire dès la naissance ou être le fruit d’agents extérieurs au cours de la vie de l’homme. Il peut provenir de troubles congénitaux ou acquis:

Facteurs testiculaires congénitaux
ils sont produits par des troubles génétiques au niveau des chromosomes (comme dans le cas du syndrome de Klinefelter). Ils peuvent également se rencontrer à niveau génétique, comme dans le cas du syndrome de Noonan, ou si apparaissent des maladies produites par des défauts de gènes du chromosome Y.
Défauts acquis au niveau testiculaire
dans cette catégorie se trouvent les effets secondaires produits par des médicaments, comme les traitements de chimiothérapie, la consommation de drogues et les traumatismes.

Si vous cherchez plus d’informations sur ce trouble, vous les trouverez ici: Le facteur testiculaire.

Facteur post-testiculaire

La cause de la stérilité chez l’homme due au facteur post-testiculaire s’étend à tous les cas causés par une obstruction ou des troubles des voies séminales. Ces dernières doivent être parcourues par les spermatozoïdes pour sortir à l’extérieur une fois produits par les testicules: l’épididyme, les canaux déférents et l’urètre.

Ces troubles peuvent être causés par des infections, des obstructions ou des traumatismes. L’incapacité à pouvoir éjaculer est également considérée comme un trouble post-testiculaire.

Facteur spermatique

La stérilité masculine due à un facteur spermatique est la plus répandue. Cette catégorie inclut les troubles des spermatozoïdes qui affectent directement la morphologie, la mobilité, la vitalité ou la concentration. Pour analyser la qualité séminale, on réalise un spermogramme qui permet de diagnostiquer les troubles suivants:

Oligospermie ou oligozoospermie
faible concentration de spermatozoïdes.
Asthénozoospermie
mauvaise mobilité des spermatozoïdes.
Tératospermie ou tératozoospermie
quantité elevée de spermatozoïdes morphologiquement anormaux.
Nécrospermie ou nécrozoospermie
quantité élevée de spermatozoïdes morts.
Azoospermie
absence de spermatozoïdes dans l’éjaculat.

Vous trouverez plus d’informations dans cet article: L’asthénozoospermie.

Stérilité masculine: traitements et solutions

Les techniques de procréation assistée ont permis de résoudre quelques-uns de ces problèmes de stérilité, tant masculine que féminine. L’amélioration des procédés médicaux associée à une meilleure connaissance des causes de stérilité devrait permettre de réduire encore le pourcentage d’échec. Voici quelques traitements qui peuvent être appliqués:

Opération chirurgicale
dans certains cas de stérilité, et la présence de varicocèles (varices au niveau du testicule) qui perturbent la production des spermatozoïdes par élévation de la chaleur locale , les médecins peuvent recourir à la ligature.
Traitement médicamenteux
lorsque l’absence ou insuffisance de production de spermatozoïdes peut parfois être stimulée avec des hormones appropriées. Les résultats restent cependant aléatoires. En cas de maladie sexuellement transmissible (MST), l’homme peut se voir proposer une antibiothérapie.
Une fécondation in vitro (FIV)
elle est proposée en cas d’échec des précédents traitements. La rencontre des spermatozoïdes et de l’ovule étant organisée dans les meilleures conditions, un certain nombre de troubles de sperme pourraient être contournés.

Si vous devez faire un traitement de fécondation in vitro pour devenir maman, nous vous recommandons d'utiliser "Le Calculateur". En 3 étapes simples, qui vous permettra de connaître les cliniques à l’étranger qui répondent à nos critères de qualité rigoureux. En outre, vous recevrez un rapport contenant des conseils utiles avant de réaliser des visites dans les cliniques.

Vos questions fréquentes

Quels sont les principaux symptômes de l’infertilité masculine ?

Par Dr. Elena Izquierdo Trechera (gynécologue).

L’infertilité masculine survient généralement de manière asymptomatique et les causes qui la provoquent sont diagnostiquées après avoir évalué l’historique clinique du patient ayant des antécédents personnels et familiaux et demandé les tests complémentaires indiqués.

Quelle est la raison d’une diminution de la qualité séminale au cours des dernières années ?

Par Dr. Emilio Gómez Sánchez (embryologiste sénior).

Il existe de nombreuses études scientifiques qui affirment que la qualité séminale a été considérablement réduite au cours des 50-80 dernières années. Ainsi, une étude récente indique que cette diminution serait de 52% dans la concentration de sperme par millilitre et de 59% dans la quantité totale dans l’éjaculat.
Ces études indiquent également que cette réduction est plus importante dans les pays industrialisés que dans ceux qui ne le sont pas.

Bien que ce phénomène ait plusieurs causes, il semble que la principale raison réside dans l’environnement et qu’il s’agisse des perturbateurs endocriniens. Les substances chimiques agissent en imitant l’effet des hormones et envoient des messages confus au corps provoquant divers dysfonctionnements, entre autres la réduction de la production de sperme.

Les perturbateurs endocriniens font partie intégrante de nombreux produits de consommation, tels que les plastiques, les produits d’hygiène personnelle, les produits de nettoyage, les insecticides, les assainisseurs d’air et peuvent être présents dans les aliments.
Certains perturbateurs endocriniens sont déjà reconnus tel que le DDT, le bisphénol A, le phtalate, le styrène, certains solvants, le résorcinol, etc.

L’âge est-il important pour la fertilité masculine ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

L’âge de l’homme peut affecter la qualité spermatique, mais on n’observe généralement pas de baisse de fertilité aussi marquée que chez la femme. À partir de 40 ans, la fertilité de l’homme diminue et avec l’âge, la réduction lente mais progressive du volume séminal, une baisse de la concentration spermatique et une hausse du stress oxydant.

De plus, la probabilité de trouble génétique sur les spermatozoïdes augmente. Cependant, un homme peut continuer à être fertile à 50, 60 ou même 70 ans.

La stérilité masculine peut-elle se soigner avec une alimentation saine ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Une alimentation saine, riche en antioxydants comme les vitamines ou les oméga 3, peut aider, dans certains cas, à améliorer la qualité séminale. Cependant, dans les cas de stérilité les plus graves, il n’y aura aucune amélioration visible et il sera nécessaire de recourir à des traitements de procréation assistée pour obtenir la grossesse.

Les traitements de chimiothérapie influent-ils sur la stérilité masculine ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

L’effet de la chimiothérapie sur la qualité séminale dépend du médicament qui a été utilisé lors du traitement, étant donné que tous les médicaments n’altèrent pas la spermatogenèse de la même manière. De plus, le traitement affecte différemment tous les patients. Afin de savoir si un patient a été atteint au niveau testiculaire, il sera indispensable de réaliser une étude de fertilité.

Le résultat du spermogramme indique que je souffre d’azoospermie. Je ne pourrais donc pas être le père biologique de mes enfants ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

L’azoospermie est l’absence de spermatozoïdes dans l’éjaculat, mais il peut être dû à plusieurs facteurs. Le pronostic dépend de la cause de l’azoospermie.

S’il s’agit d’un facteur post-testiculaire (azoospermie obstructive), la production de spermatozoïdes n’est pas altérée et ils pourront alors être prélevés directement dans le testicule. Cependant, s’il s’agit d’un trouble de production spermatique (azoospermie sécrétoire), il est peu probable que des spermatozoïdes puissent être extraits du testicule.

La rédaction vous recommande

La stérilité chez l’homme est toujours un terme un peu délicat et on tend parfois à le confondre avec l’infertilité masculine. Pour bien les différencier, je vous propose de lire cet article: Différences entre infertilité et stérilité.

Les facteurs de stérilité masculine sont particulièrement nombreux et peuvent être liés à plusieurs causes. Vous pourrez trouver plus d’informations ici: L’hydrocèle.

Et ici: La cryptorchidie.

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

G.R. Dohle, T. Diemer, A. Giwercman, A. Jungwirth, Z. Kopa, C. Krausz (2010). Guía clínica sobre la infertilidad masculina. European Association of Urology 2010 (actualización en abril de 2010)

Griffin DK, Finch KA (2005). The genetic and cytogenetic basis of male infertility. Human Fertil;8(1);19-26

Guzick DS, Overstreet JW, Factor-Litvak P, Brazil CK, Nakajima ST, Coutifaris C, et al. (2001). Sperm morphology, motility, and concentration in fertile and infertile men. N Engl J Med; 345: 1388-1393.

Juárez de Diego JF (1999). Principales causas de infertilidad masculina. En: Arrondo JL. Actualización en Andrología. Publimed Comunicación SL. Pamplona.

Male infertility best practice policy committee of the American Urological Association (AUA) (2010). The optimal evaluation of the infertile male. AUA Best Practice Statement. Revised,.

Matorras R, Hernández J (eds.) (2007): Estudio y tratamiento de la pareja estéril: Recomendaciones de la Sociedad Española de Fertilidad, con la colaboración de la Asociación Española para el Estudio de la Biología de la Reproducción, de la Asociación Española de Andrología y de la Sociedad Española de Contracepción. Adalia, Madrid.

Pierik FH, Van Ginneken AM, Dohle GR, Vreeburg JT, Weber RF (2000). The advantages of standardized evaluation of male infertility. Int J Androl; 23(6): 340-6.

Sociedad Española de Fertilidad (SEF) (2011). Manual de Andrología. Coordinador: Mario Brassesco. EdikaMed, S.L. ISBN: 978-84-7877.

World Health Organization (WHO) (2000). WHO Manual for the Standardized Investigation, Diagnosis and management of the infertile male. Cambridge: Cambridge University Press.

Voir plus

Auteurs et collaborateurs

 Zaira Salvador
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) et embryologiste spécialiste en Médecine Reproductive, Master en Biotechnologie de la Procréation Assistée par l'Universidad de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Plus d'informations
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 3185-CV
Dr. Elena Izquierdo Trechera
Diplômée en médecine de l'Université Complutense de Madrid, spécialisée en obstétrique et gynécologie, et en reproduction humaine de l'Université Rey Juan Carlos et de l'IVI. Actuellement, elle est directrice médicale de la clinique de fertilité Velazquez. Plus d'informations
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 282866949
Dr. Emilio  Gómez Sánchez
Embryologiste Sénior
Diplôme de biologie de l'Université de Séville. Il est titulaire d'un doctorat en biologie de l'Université de Valence. Il possède une vaste expérience en tant qu’embryologiste spécialisé en médecine de la reproduction et est actuellement directeur du laboratoire de FIV à Tahe Fertility. Plus d'informations
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 14075-MU
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.

4 commentaires

    1. jack

      Bonjour, je suis un homme de 35 ans et j’ai un problème de fertilité.
      En effet, je voudrais faire un spermogramme. Le problème est que je n’obtiens pas de sperme par masturbation (seulement en faisant des rapport sexuel).
      Est ce normal? sinon que dois je faire pour obtenir du sperme par masturbation?
      Merci pour votre aide?

      • Isabelle Gutton

        Bonjour jack,

        Je vous ai répondu dans le sujet suivant du forum, où vous aviez posé la même question : Infertilité masculine.

        Comme je vous le suggérais dans cette réponse, la meilleure alternative à la masturbation, dans votre cas, pourrait être le recueil du sperme lors d’un rapport sexuel grâce à un préservatif spécialement conçu. Parlez-en à votre médecin.

        Cordialement

    2. Gisèle7_7

      On vient de diagnostiquer à mon mari azoospermie et vous imaginez le drame… Ses zozos n’arriveront jamais à mon ovule, en tout cas c’est mal parti. Quel est le moyen d’obtenir une grossesse avec infertilité masculine? Comment faire? Aidez-moi

      • Jessica Escudero

        Bonjour Gisèle,

        Tout d’abord il faudrait que vous fassiez, si ce n’est déjà fait, un prélèvement de sperme, après 3 jours d’abstinence, en vue d’un spermogramme. Le sperme est obtenu par masturbation, puis il est recueilli dans un bocal en verre pour être rapidement examiné. Ce recueil de sperme est simple, rapide, indolore et absolument fondamental. Dans le cas d’une azoospermie obstructive, la chirurgie permet dans la plupart des cas de rétablir un transport normal des spermatozoïdes.

        Les azoospermies d’origine sécrétoire ont pendant de nombreuses années, été considérées comme incurables, causant une stérilité définitive. Cependant, des études récentes ont démontré qu’il était possible de retrouver dans 40 à 50% des cas, quelques rares spermatozoïdes lors de biopsies testiculaires.

        Bonne nouvelle donc, tout n’est pas perdu et si le diagnostic s’avère positif en azoospermie, il y a des solutions qui s’offrent à vous. Courage, et bonne chance,