Sélection la donneuse d’ovocytes en Russie

En Russie, le don d’ovocytes peut être réalisé de différentes manières. D’une part, la législation russe autorise la donneuse d’ovocytes à recevoir une compensation financière, ou bien à faire un don de manière altruiste.

D’autre part, plusieurs options sont envisageables en ce qui concerne l’identité de la donneuse :

  • Don anonyme
  • Don non anonyme ou connu

En fonction de l’option choisie, ce seront soit les futurs parents, soit la clinique ou le centre de fertilité où sera réalisé la fécondation in vitro (FIV) qui se chargeront de la sélection de la donneuse d’ovocytes.

Choisir la candidate parfaite pour le don

En général, les processus de don d’ovocytes se font de manière anonyme. En effet, de nombreux centres de procréation médicalement assistée n’autorisent que ce type de dons.

Étant donné que les futurs parents n’ont pas le droit de connaître l’identité de la donneuse et que cette dernière ne peut recevoir aucune information concernant la femme ou le couple receveur de ses ovocytes, c’est le personnel de la clinique de fertilité qui se charge de sélectionner la candidate idéale.

Bien que les receveurs de pourront jamais avoir accès aux informations personnelles de la donneuse, ils pourront néanmoins connaître les informations générales la concernant, parmi lesquelles :

  • Son groupe sanguin
  • Son facteur Rh
  • Ses caractéristiques physiques telle que la couleur et la forme de ses yeux, sa couleur et son type de peau, sa taille, son poids…
  • Son niveau d’études
  • Le nombre d’enfant qu’elle a déjà eu
  • Sa date de naissance

Certains centres de procréation assistée proposent également aux receveurs une photo des enfants de la donneuse. La législation russe n’autorise ni les agences de donneurs ni les cliniques de fertilité à donner une photo de la donneuse d’ovocytes.

Il est important de savoir que toutes les candidates au don sélectionnées doivent avoir entre 18 et 35 ans, avoir déjà eu au moins un enfant sain et avoir passé une série d’examens médicaux et psychologiques qui confirment leur bon état de santé.

La donneuse est un membre de la famille

Bien que la majorité des dons d’ovocytes soient anonymes, la législation russe autorise les patients à connaître la femme qui les aidera à devenir parents grâce au don de ses ovocytes.

Si la femme ou le couple qui se soumet au traitement souhaite connaître la femme qui agira en tant que donneuse, il leur faudra prouver le lien familial ou amical qui les unit. Par conséquent, si les receveurs connaissent l’identité de la donneuse, celle-ci ne pourra pas être une personne étrangère au couple.

Comme indiqué si-dessus, les donneuses devront passer une série d’examens médicaux qui confirmeront leur bon état de santé et qu’elles sont prêtes pour le don. En cas de don non anonyme, les donneuses, même si ce sont les amies ou des membres de la famille des receveurs, devront également passer ces examens pour pouvoir continuer le traitement.

Une analyse de maladies infectieuses (hépatite B et C, VIH, syphilis), des échographies, un caryotype, une cytologie urinaire, des tests psychologiques, sont quelques-uns des examens réalisés aux donneuses anonymes et non anonymes.

Un commentaire

  1. usuario
    Bérénice Lautier

    On doit prouver qu’on est amie avec la donneuse ? Mais comment ? Avec des photos et ce genre de choses ?

Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.   Accepter