Par Andrea Rodrigo (embryologiste).
Dernière actualisation: 14/03/2016

En Grèce, la loi stipule que le don d’ovocytes est anonyme, par conséquent, c’est la clinique de fertilité où va être réalisé le traitement de fécondation in vitro (FIV) qui se charge de la sélection des donneuses.

L’anonymat est l’une des raisons qui poussent les femmes à devenir donneuses. Cela permet d’avoir un plus grand nombre de candidates et de permettre ainsi une meilleure sélection.

Candidate au don

Lorsqu’une femme se rend dans une clinique de procréation médicalement assistée ou dans une banque de donneuses avec le souhait de venir en aide à des patients infertiles pour leur permettre d’avoir un enfant, elle se soumet à une série d’examens médicaux et psychologiques qui détermineront si elle est apte ou non à devenir donneuse.

Les examens les plus importants sont :

  • Examen psychologique (test et entretien avec un spécialiste).
  • Échographie abdominale et vaginale.
  • Analyse de sang afin de vérifier l’absence de toute infection et maladies sexuellement transmissibles comme l’Hépatite B, le VIH, etc.
  • Analyse de sang pour étudier son profil hormonal.
  • Antécédents familiaux de maladies génétiques et autres altérations sévères de la santé.
  • Antécédents sexuels de la donneuse.
  • Antécédents d’abus de drogue ou de substances toxiques.
  • Caryotype pour déterminer que sa dotation chromosomique est normale.

Ce n’est que si tous ces examens confirment le bon état de santé physique et émotionnelle de la candidate que celle-ci pourra faire partie dans la base de données de donneuses du centre de procréation. Une fois admise, la donneuse se soumettra à la stimulation ovarienne et à la ponction folliculaire pour le prélèvement de ses ovocytes.

Les ovocytes obtenus peuvent être utilisés directement ou être cryoconservés pour un usage ultérieur. Contrairement au don de sperme, la loi grecque autorise l’utilisation d’ovocytes aussi bien frais que congelés.

Le traitement avec don d’ovocytes frais peut s’avérer plus compliqué en raison de la complexité du processus de synchronisation des cycles de la donneuse et de la receveuse.

Aspects légaux du don d’ovocytes

La loi grecque régissant l’application de techniques de procréation médicalement assistée (loi 3305/2005) insiste sur le fait que le don d’ovocytes doit être anonyme et altruiste. Par conséquent, les futurs parents n’auront pas accès aux informations personnelles de la donneuse d’ovocytes. La donneuse n’aura aucune information non plus sur la famille receveuse.

Toutefois, la clinique pourra donner à la receveuse des informations générales sur la donneuse, telles que sa taille, son poids, son niveau d’études, son groupe sanguin, la couleur de ses cheveux, de ses yeux ou de sa peau.

Comme mentionné ci-dessus, la clinique sera chargée de la sélection de la donneuse la plus adaptée à chaque patiente, sélection qui sera réalisée en cherchant la plus grande similitude et complémentarité entre les caractéristiques physiques et immunologiques de la donneuse et de la patiente. À aucun moment les patients ne pourront faire part de leurs préférences à la clinique ou apporter leur propre donneuse, c’est-à-dire une proche ou une amie.

Bien que la loi 3305/2005 stipule que les donneuses peuvent avoir jusqu’à 35 ans, de nombreuses cliniques fixent une limite d’âge bien inférieure à celle-ci afin d’assurer une meilleure qualité d’ovocytes.

La loi limite également à 10 naissances par donneuse le nombre de dons autorisés.

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Auteurs et collaborateurs

 Andrea Rodrigo
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) d'un Master Universitario en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée, par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Diplômée comme Expert en Génétique Médicale. Plus d'informations
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.

Un commentaire

    1. Naya

      J’habite en France mais je suis grecque et quand j’habitais là-bas j’ai été donneuse. Les examens sont très strictes, tout est très contrôlé. C’est bien pour les réceptrices, au final elles sont assurées que les ovocytes qu’elles auront sont de bonne qualité.