Faible réponse ovarienne: conséquences et traitement

La faible réponse à la stimulation ovarienne est un problème que rencontrent de 7 à 24 % des patientes qui se soumettent à des traitements de fécondation in vitro. Ce pourcentage augmente s’il s’agit de femmes de plus de 38 ans, en raison du vieillissement ovarien et la diminution de la réserve ovarienne.

Qu’est-ce que la réponse ovarienne?

La faible réponse ovarienne fait référence à la faible obtention d’ovules matures après la ponction folliculaire lors d’un traitement de FIV.

Afin de déterminer s’il existe une faible réponse ovarienne, une série de facteurs doit être analysée:

Le nombre de follicules dans l’ovaire
l’échographie endovaginale observe 5 follicules antraux ou moins.
Nombre d’ovules récupérés
de 3 à 5 ovules ou moins.
Protocole de stimulation
on considère que la réponse ovarienne est faible lorsqu’on récupère un faible nombre d’ovules avec une dose de FSH inférieure à 3.000 UI.
Concentration d’oestradiol (E2)
Inférieure à 500 pg/ml après un protocole de stimulation.

Femme avec mauvaise réponse ovarienne ou « mauvaises répondeuses »

On considère qu’une femme présente une mauvaise réponse ovarienne lorsqu’après avoir subi deux cycles de stimulation ovarienne, on obtient 3 follicules ou moins pour chaque cycle et les niveaux d’oestradiol sont inférieurs à 500 pg/ml le jour de l’injection de hCG.

Ce type de femmes requièrent un soutien psychologique continu, car parfois il est nécessaire d’annuler le cycle, et de recommencer le traitement de stimulation un plus grand nombre de fois. De plus, il est important d’appliquer un traitement personnalisé lors du cycle de FIV de chaque patiente.

L’âge ovarien ne correspond pas exactement à l’âge biologique. Il y a des femmes qui naissent avec un nombre d’ovules inférieur, tandis que d’autres sont capables de développer un plus grand nombre de follicules dans chaque cycle.

Comment la prédire?

Les cas de faible réponse ovarienne sont confirmés après avoir réalisé une stimulation ovarienne. Cependant, il existe des examens capables de la diagnostiquer de manière précoce, ce qui permet d’orienter le protocole du traitement.

Il existe plusieurs facteurs qui peuvent indiquer la faible réponse ovarienne chez une patiente:

  • Âge.
  • Observation par échographie basale de moins de 5 follicules préantraux.
  • Hormone antimüllérienne inférieure à 1 ng/ml.
  • FSH basale supérieure à 10 mUI/ml.
  • Oestradiol basale supérieure à 50 pg/ml.
  • Quotient FSH/LH.
  • Inhibine B: des niveaux inférieurs à 45 pg/ml sont un signe précoce de vieillissement ovarien.
  • Autres: test de citrate de clomifène, volume ovarien.
  • Avoir eu un cycle antérieur avec faible réponse ovarienne.

Des taux élevés de FSH ne présagent pas uniquement une faible réponse ovarienne, mais aussi une mauvaise qualité ovocytaire, ce qui réduit le taux de grossesse et augmente les fausses couches.

Les causes

Les principales causes de la faible réponse ovarienne sont les suivantes:

  • Âge: facteur inverse de la réserve ovarienne. Plus l’âge est avancé, moins les ovules sont nombreux.
  • Procédé auto-immune: les récepteurs de la FSH dans les cellules de la granulosa sont bloquées par les anticorps.
  • Réduction de la masse ovarienne par chirurgie ou endométriose.
  • Vieillissement ovarien.

Vous trouverez plus d’informations sur notre article: La réserve ovarienne.

Conséquences dans un cycle de FIV

La finalité d’un traitement de FIV est de provoquer une stimulation ovarienne contrôlée qui permette de récupérer un nombre d’ovules suffisants pour pouvoir transférer un embryon.

La faible réponse ovarienne a donc des conséquences indésirables, car le nombre d’ovules obtenus pour la fécondation est faible et réduit la probabilité de grossesse. Le risque ajouté est l’annulation du transfert d’embryons.

De plus, la qualité des ovules est souvent réduite, ce qui engage la survie des embryons en laboratoire.

Solutions

Heureusement, les options et alternatives pour les femmes à faible réponse ovarienne sont nombreuses:

Pré-traitement avec androgènes

Après avoir eu un cycle avec faible réponse ovarienne, les médecins peuvent conseiller un pré-traitement avec des androgènes pour obtenir un plus grand nombre de follicules pendant la stimulation.

Ces traitements peuvent être à base de testostérone par voie cutanée ou DHEA, bien que son efficacité dans ces cas-là ne soit pas démontrée.

Conversion d’un cycle de FIV en un cycle d’IA

En cas de développement d’un ou deux follicules seulement, on envisage la possibilité de changer un cycle de FIV pour un cycle d’insémination artificielle, en prenant en compte le reste des facteurs et l’absence d’un facteur masculin sévère.

Protocoles de stimulation ovarienne modifiés

Pour ces patientes, les médecins tentent toujours de proposer un traitement plus personnalisé afin d’obtenir le plus grand nombre d’ovules possible.

Le protocole court avec antagonistes de la GnRH connu comme « flare-up » offre de meilleurs résultats pour les femmes à faible réponse ovarienne, car il évite la suppression ovarienne profonde et profite de l' »effet flare-up« .

Flare-up: libération immédiate de FSH et LH au début du traitement, dont l’effet s’ajoute à celui des hormones administrées de manière exogène.

Accumulation des ovules avec les cycles de vitrification

Afin d’obtenir un plus grand nombre d’ovules en laboratoire et ainsi augmenter la probabilité d’obtenir des embryons de qualité pour le transfert, plusieurs cycles d’accumulation d’ovules sont réalisés.

Ils consistent à vitrifier tous les ovules obtenus lors de chaque cycle jusqu’à arriver à un nombre optimal. Ils sont alors décongelés, et ajoutés aux ovules obtenus lors de la dernière ponction. Ensuite, les médecins utilisent l’ICSI pour les féconder.

Don d’ovocytes

Lorsque plusieurs cycles de FIV ont été annulés en raison de la faible réponse, l’alternative la plus commune est de recourir au don d’ovocytes. Une jeune femme donne ses ovocytes à une autre et ces derniers sont fécondés par le sperme du mari de la réceptrice.

Face à une maternité qui est de plus en plus retardée, le don d’ovocytes est largement utilisé dans toutes les cliniques de PMA car, l’âge de la femme augmentant, la qualité des ovocytes est de plus en plus basse. C’est pourquoi, si une femme n’a pas préservé ses ovocytes, elle devra avoir recours aux ovocytes d’une jeune femme pour devenir mère.

Vous trouverez plus d’informations sur notre article: Bénéficier du don d’ovocytes.

Vous avez besoin d’un don d’ovocytes pour réaliser votre rêve d’être mère ? PMA Fertilité peut vous envoyer une estimation des coûts détaillée et vous obtenir des prix spéciaux de cliniques internationales de fertilité.

Remplissez juste le questionnaire suivant pour obtenir un rapport personnalisé : Calculateur de coût pour une FIV avec don d’ovocytes.

Vos questions fréquentes (FAQ)

Quelles sont les chances de grossesse naturelle avec une faible réponse ovarienne?

Les femmes qui présentent une faible réponse ovarienne sont des femmes qui ont déjà eu recours aux cliniques de PMA car elles n’arrivaient pas à tomber enceintes naturellement. Par conséquent, il est très difficile en raison de la diminution de la réserve ovarienne et du vieillissement ovarien qu’elles tombent enceintes naturellement.

Le DPI est-il la solution à une faible réponse ovarienne?

Non, le DPI est une méthode pour détecter des anomalies génétiques chez les embryons. Par conséquent, il ne suppose aucun avantage pour les femmes qui obtiennent peu d’ovules pour être fécondés.

Vous trouverez plus d’informations dans cet article: Le DPI.

L’Omifin est-il recommandé pour la faible réponse ovarienne?

Oui, l’Omifin est un médicament composé de citratre de clomifène qui peut être utilisé comme traitement d’appoint. Voici ses avantages:

  • Il permet une croissance folliculaire modérée.
  • Il n’y a pas de bloquage de la FSH et LH endogènes./li>
  • Il permet d’augementer les niveaux d’oestradiol.
  • Le nombre d’injections sur la patiente est réduit.
  • Le prix est plus économique.

Le cycle naturel est-il une bonne option pour la faible réponse ovarienne?

Le cycle naturel entraîne un développement folliculaire sans stimulation ovarienne et programmation de ponction. Certaines cliniques parient pour cette méthode chez les femmes présentant une faible réponse ovarienne, car même si un seul follicule se développe dans l’ovaire, on obtient un embryon de bonne qualité et la préparation endométriale est meilleure.

L’inconvénient est la haute probabilité d’annulation par ovulation spontanée.

La rédaction vous recommande

La stimulation de l’ovulation est la première étape d’un traitement de PMA. Elle s’effectue avec la prescription de citrate de clomifène ou gonadotrophines (FSH et LH), qui peuvent avoir différents noms commerciaux, à faible doses à partir du 2ème ou 3ème jour du cycle (on considère le jour 1 du cycle le premier jour des menstruations).

Nous vous conseillons de lire notre article: La stimulation ovarienne.

Quand la ponction ovarienne est programmée, on fait un calcul approximatif du nombre d’ovocytes qui pourront être extraits. Vous trouverez des informations ici: Nombre d’ovules obtenus.

Lors du procédé de stimulation ovarienne, la patiente risque de développer un syndrome appelé HSO. Connaissez-vous ses risques? Nous vous les expliquons ici: Le syndrome d’hyperstimulation ovarienne.

3 commentaires

  1. usuario
    Marianne

    Mes bilans hormonaux sont bons. Notre souci est que je suis tombée enceinte 4 fois en 3 ans naturellement et à chaque fois j’ai fais des fausses couches. Mon gygy en a déduit qu’il s’agissait de « mauvais oeufs » et que la fiv permettrait de pousser les embryons au stade blastho , ce qui permettrait une certaine sélection.

    Le premier traitement a été stoppé car je n’avais que 2 follicules. Mon gygy m’avait dit que l’on tenterait une ponction avec 3 follicules si la fois suivante n’était pas top.On verra comment cela évolue puisque j’y retourne demain.

    Y a -t-il une solution à la faible réponse ovarienne?

    • avatar
      Jessica EscuderoConseillère en fertilité

      Bonjour Marianne,

      Si votre spécialiste estime que le résultat après stimulation n’est pas suffisant pour procéder à la ponction, il vous orientera sans doute vers le don d’ovocytes. Il s’agit d’une solution pour pouvoir tomber enceinte malgré votre faible réponse ovarienne.

      Après ponction de la donneuse, le spécialiste transfèrera le ou les embryons obtenus à partir du sperme de votre conjoint et des ovocytes d’une donneuse dans votre utérus.

      Parfois, le recours au don est la méthode la plus efficace après de nombreux échecs de traitements de stimulation.

      Bon courage,

  2. usuario
    apmp1507

    Bonjour,

    Ma fille, âgée de 26 ans 1/2 vient de faire une 1ère FIV après une stimulation ovarienne (kystes polykytisques). Les réponses n’étaient pas très bonnes. Seul un ovule a pu être implanté sans succès. Elle a eu un petit problème d’insuffisance respiratoire. Existe t il une alternative à la stimulation ovarienne ou un traitement complémentaire qui peut améliorer les taux de réponse à la stimulation pour augmenter le taux de réussite de la FIV ?? Son mari avait, lui, un problème de qualité de sperme qui a été amélioré considérablement après un long traitement d’anti-oxydants. Cette 1ère FIV a été réalisée avec des spermatozoides « naturels ». D’autres ont fait l’objet d’une congélation. J’ai besoin de précisions pour la rassurer et être rassuré quant à l’issue d’une prochaine FIV. Merci de votre retour. Cordialement, Une maman inquiéte

Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.