Par Cristina Mestre (embryologiste).
Dernière actualisation: 13/11/2014

Malgré que l’insémination artificielle soit une technique sure et que les centres s’efforcent d’améliorer les protocoles de sécurité pour qu’il n’existe aucun problème, il peut se passer une série de complications.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Risques de la technique

Les risques dérivés de la technique sont :

  • Les infections: 1,8 femmes sur 1 000 inséminées artificiellement développent une infection. La probabilité de développer une infection est de 0,07% par cycle d’insémination.
  • Les allergies: on peut développer un type d’allergie aux composants du lavage séminal, même si les probabilités sont infimes. Il est possible que cela soit l’inconvénient que les patientes aient le moins lorsqu’elles subissent une insémination artificielle.
  • Des réactions immunologiques: la création d’anticorps anti-spermatozoïdes chez les femmes soumises à l’insémination artificielle. L’unique population de femmes avec un certain risque sont celles qui ont déjà des anticorps antispermatiques. La probabilité est de moins de 5%.

Coloration de spermatozoïdes

Risques de la stimulation ovarienne

Les risques principaux de l’insémination dérivent de la stimulation ovarienne qui est effectuée par la femme. Malgré qu’elle soit assez douce et si elle est correctement contrôlée, cela ne devrait pas arriver, mais il peut se produire :

  • Le syndrome d’hyperstimulation ovarienne: lors de l’insémination artificielle, ce risque est minime et se résout rapidement avec l’annulation du cycle d’insémination.
  • Des grossesses multiples: cela arrive entre 12 et 30% des cas , en étant plus fréquent chez les jeunes femmes, avec plus de 5 follicules ovariens supérieurs à 16mm et inséminées avec plus de 30 millions de spermatozoïdes.

Ovaire avec syndrome d'hyperstimulation ovarienne

Risques de la grossesse

Les risques liés à la grossesse sont :

  • L’avortement naturel ou fausse couche: on calcule qu’il se produit dans 20-22% des cas. La plupart des fausse-couches se passent dans les premières semaines de grossesse.
  • Une grossesse ectopique (extra-utérine): la statistique dit que 4 femmes sur 100 soumises à une insémination artificielle peuvent avoir une grossesse extra-utérine. Lors d’une insémination naturelle, la probabilité es de 0,8%. Comme nous le voyons, les probabilités de tous les problèmes qui peuvent être liés à cette technique sont réellement faibles.
  • Grossesse ectopique

  • Les grossesses multiples: produites naturellement. Cela vient, en partie, également de la stimulation du cycle ovarien.
En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Auteurs et collaborateurs

 Cristina Mestre
Embryologiste
Diplômée en Sciences Biologiques, Génétique et Procréation Médicalement Assistée par l'Universidad de Valencia (UV). Master Universitaire en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée par l'UV avec l'lnstituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Embryologiste à IVI Barcelona. Plus d'informations
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.