Par Andrea Rodrigo (embryologiste).
Dernière actualisation: 10/12/2015

La Fédération de Russie est un pays très avancé en procréation assistée qui dispose d’une législation sur la réalisation des différentes techniques reproductives.

Par ailleurs, les techniques de procréation assistée coûtent moins cher là-bas que dans d’autres pays, ce qui fait de la Russie une destination très demandée par ces personnes qui ont recours au tourisme procréatif.

Coût du traitement

En général, lorsqu’on annonce le prix d’un traitement de procréation assistée, certains frais sont à rajouter, comme une consultation supplémentaire ou le prix du traitement médicamenteux qui n’est pas inclus.

En fonction du traitement réalisé, la femme devra s’administrer différents médicaments. Le traitement le plus cher est celui administré aux patientes ayant recours à un cycle de FIV avec leurs propres ovocytes en raison de la stimulation ovarienne, ce qui coûte environ 1 600 euros. Même si le traitement pour l’insémination artificielle nécessite une stimulation ovarienne, celle-ci peut être obtenue avec de très faibles doses, et coûte un tiers du traitement de FIV, environ 530€.

Par ailleurs, un traitement est également nécessaire afin de préparer l’endomètre pour le transfert des embryons. Aussi bien les patientes qui ont recours à la FIV qu’à l’insémination artificielle devront prendre de la progestérone pour faire grossir leur endomètre.

Les patientes qui réalisent un traitement d’ovodonation ou de don d’embryons, peuvent utiliser leur cycle naturel ou bien le contrôler grâce à des médicaments. Généralement, les médecins prescrivent des médicaments, de cette manière ils savent comment va réagir le corps de la femme et savent qu’il n’y aura aucun retard suite à un dysfonctionnement ou une altération ponctuelle.

Dans ce cas, il est possible d’utiliser un contraceptif un mois avant, afin de réguler le cycle et par la suite administrer des hormones, semblables à la GnRH, des œstrogènes et de la progestérone. Ce traitement est également moins cher que la FIV, son prix est proche de celui de l’insémination artificielle.

Prix de l’ovodonation et du don de sperme

Les traitement les plus chers sont ceux qui font appel au don d’ovocytes car le prix à payer à la clinique inclus le traitement de la donneuse, ainsi que la compensation financière qui lui est versée.

Le prix de ce traitement varie en fonction de la clinique et du nombre d’ovocytes que la donneuse cède à la receveuse. En général son prix se situe entre 4 400€ et 9 000€.

Étant donné que dans les cliniques russes la donneuse peut être une proche de la receveuse, aucune compensation ne serait nécessaire, ce qui réduirait considérablement le prix du traitement.

Par ailleurs, le don de sperme est beaucoup plus économique. Afin de calculer le coût du traitement d’insémination artificielle ou de FIV, il faudrait rajouter environ 200-500 euros au prix de base.

De plus, il faut savoir que les cliniques de la Fédération de Russie proposent également des programmes d’assurance-grossesse grâce auxquels, si les patients n’arrivent pas à obtenir de grossesse après plusieurs cycles, la clinique leur rembourse les frais.

Les patients internationaux peuvent également bénéficier des programmes pour les patients étrangers qui incluent le transport de l’aéroport à la clinique, ainsi qu’une aide au logement grâce aux accords entre la clinique et les compagnies hôtelières.

La FIV avec don d’ovocytes est le traitement qui génère le plus de déceptions et de doutes. La transparence est l'un de nos critères rigoureux lors de la recommandation de cliniques. Vous pouvez utiliser "Le Calculateur" pour filtrer les cliniques qui répondent à nos critères de sélection et obtenir également un rapport avec tous les détails pour résoudre vos doutes et éviter les mauvaises surprises.

Enfin, vous serez informé de l'existence de promotions ou de prix spéciaux des cliniques pour ce type de traitement.

Auteurs et collaborateurs

 Andrea Rodrigo
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) d'un Master Universitario en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée, par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Diplômée comme Expert en Génétique Médicale. Plus d'informations

Un commentaire

    1. Mèl

      Je ne savais que la donneuse pouvait être connue, je croyais que c’était comme en France, anonyme ! En tout cas je me renseigne depuis quelques temps sur les pays dans lesquels il est le plus avantageux de faire son traitement et la Russie est un des premiers de ma liste ! Merci pour cet article !