Docteur / spécialiste: .
Dernière actualisation: 19/12/2014

La réussite d’une FIV ou fécondation in vitro, autrement dit l’obtention de la grossesse, pourra être prédite au moyen d’un test.

Une nouvelle méthode développée par des chercheurs de l’Université de Stanford pourrait prévoir le succès de la fécondation in vitro après une tentative échouée réalisée par le passé.

Grâce à ce nouveau système, on pourra éviter aux couples l’angoisse et le coût élevé des tentatives multiples d’avoir des enfants au moyen de cette technique de procréation assistée.

Réussite de la fécondation in vitro

Durant le processus de la fécondation in vitro ou FIV, l’union de l’ovule avec le spermatozoïde a lieu en laboratoire, après obtention de tous les ovules que l’ovaire aura été capable de développer. Une fois la fécondation réalisée, les embryons se déposeront dans l’utérus afin de poursuivre leur développement.

La réussite de la technique dépend en grande partie de l’âge de la femme, de la réponse ovarienne et de la qualité des embryons.

Les probabilités de grossesse sont plus élevées avec ce procédé qu’avec d’autres techniques, mais le couple ne sait pas si la grossesse va être obtenue avant de commencer un cycle. C’est pour cette raison qu’un groupe d’universitaires a conçu un test qui combine une série de facteurs et permet de prédire les possibilités que la femme tombe enceinte suite à la fécondation in vitro. Cela permettrait de réduire la nervosité des couples qui ont recours à ce type de traitements – ces techniques engendrent en effet une anxiété tant au niveau émotif que financier.

Pour mener à bien ce test prédictif, 52 facteurs de plus de 1 500 cycles réalisés entre 2003 et 2006 ont été étudiés à l’Hôpital de Stanford. Parmi les facteurs étudiés qui peuvent prédire le succès de la technique, on trouve, entre autres: l’âge de la patiente, l’indice de masse corporelle, la réponse ovarienne face au traitement hormonal, le rythme de division des embryons et les conditions de l’endomètre au moment du transfert embryonnaire.

Etant donné que ce modèle utilise des données cliniques de tentatives antérieures, un traitement de fécondation in vitro échoué par le passé constituera un outil très utile pour pronostiquer de futurs cycles.

Les inventeurs de ce modèle ont créé une compagnie pour commercialiser ce produit sur le marché américain dès l’automne 2010.

Auteurs et collaborateurs

Conseillère en fertilité
Conseillère en fertilité.