Par Laura Garrido (embryologiste).
Dernière actualisation: 23/12/2014

Le Dr. Manuel Fernández, directeur de la clinique IVI Sevilla, lève quelques-uns de nos doutes sur la grossesse multiple. Le docteur parie sur le transfert d’un embryon unique.

Question- Nous avons pu observer tout au long de l’histoire de la médecine procréative de nombreux cas de grossesses multiples. Comment pouvons-nous éviter ce type de grossesses?

Réponse- Beaucoup de moyens sont à notre disposition et certains d’entre eux sont mis en oeuvre avec un succès sans cesse croissant. En fécondation in vitro: éviter le transfert de 3 embryons et miser sur le transfert d’un embryon unique dans les cas de bons pronostics. Cela nécessite une meilleure conscientisation des couples en traitement, mais aussi des professionnels. Le « succès » d’une technique de procréation assistée ne s’arrête pas à l’obtention de la grossesse. Nous devons être davantage conscients que l’objectif est de donner naissance à un enfant sain à terme, autrement dit qui ne soit pas prématuré. Même si modifier cette façon de penser demande du temps et de la persévérance, il est essentiel d’insister sur l’importance d’éviter des grossesses multiples.

Q- La législation espagnole sur ce sujet permet de transférer deux ou trois embryons, croyez-vous qu’il serait bénéfique de la changer?

R- Mon opinion personnelle est qu’il faudrait modifier cette loi de façon à ce qu’il ne soit plus permis en aucun cas de transférer trois embryons, mais jusqu’à présent il semble souhaitable d’autoriser le transfert de deux embryons. Le problème est que tous les centres ne disposent pas d’un programme de congélation embryonnaire qui leur permette d’obtenir les mêmes probabilités de succès en transférant 2 embryons à la fois qu’en en transférant un seul, reportant le second à un autre cycle en le congelant. Les nouvelles techniques de vitrification apportent une aide énorme à ces politiques en matière de transfert de l’embryon unique et, dès qu’elles seront plus standardisées dans les centres qui n’obtiennent pas encore de bons résultats, le moment sera venu de proposer un changement de loi – si pas une interdiction, au moins encourager le transfert d’un embryon unique, comme c’est déjà le cas dans d’autres pays du nord de l’Europe.

Docteur Manuel Fernández

Q- Quels sont les dangers et les risques de ce type de grossesses?

R- Bien que les dangers pour les foetus et la femme enceinte soient heureusement de mieux en mieux contrôlés et de moins en moins fréquents, c’est précisément dans ces cas de grossesses multiples que peuvent apparaître des problèmes chez la mère, comme de l’hypertension artérielle, du diabète, des problèmes lors de l’accouchement, etc. Chez les enfants peuvent survenir tous les ennuis liés à la prématurité, la plupart légers et transitoires, mais certains parfois dangereux pour la santé.

Q- Parfois ce sont les patientes elles-mêmes qui pensent que transférer plus d’un embryon augmente les chances de réussite. En est-il réellement ainsi?

R- Oui. En transférant deux embryons au lieu d’un seul, les probabilités de grossesse sont plus élevées. L’importance de disposer d’un bon programme de congélation embryonnaire dans le centre repose en ce qu’il permet d’offrir les mêmes probabilités en transférant les deux embryons lors de deux cycles différents – l’un deux aura été congelé en attendant le transfert – qu’en les transférant au même moment. Le concept est donc que « 1 + 1 = 2  » .

Q- Aux Etats-Unis par exemple, il n’y a aucune limite dans le transfert d’embryons. Qu’en pensez-vous?

R- La politique européenne qui consiste à favoriser le transfert d’un embryon unique et à éviter ainsi les grossesses multiples me paraît beaucoup plus salutaire.

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Auteurs et collaborateurs

 Laura  Garrido
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Pablo de Olavide (UPO), avec un Master Universitaire en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée par l'Universidad de Valencia (UV) et l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Expérience en laboratoires de FIV, andrologie et analyses générales. Plus d'informations
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.