Techniques de PMA: les principaux traitements contre l’infertilité

La procréation médicalement assistée (PMA) ou assistance médicale à la procréation (AMP) est l’ensemble des techniques utilisées dans le but d’obtenir une grossesse lorsque celle-ci ne se produit pas de manière naturelle à causes de problèmes de fertilité.

Même si chaque traitement contre l’infertilité masculine et féminine présente ses propres caractéristiques, tous impliquent la manipulation des gamètes (ovules et spermatozoïdes).

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Les principales techniques de PMA

Les traitements les plus courants pour lutter contre l’infertilité sont :

À ces deux techniques de base s’ajoutent de nombreuses autres méthodes qui, en se combinant, offrent la possibilité de devenir parents à des personnes qui n’y parviennent pas de façon naturelle.

Il s’agit des procédures de vitrification d’ovocytes et d’embryons, de cryoconservation du sperme, de diagnostic préimplantatoire (DPI), du don d’ovocytes et/ou de sperme, du don et d’accueil d’embryons, de culture embryonnaire et de gestation pour autrui (GPA).

Vous êtes intéressé par la gestation pour autrui? Nous vous invitons à connaître notre magazine spécialisé Babygest.

Si vous pensez à recourir à la GPA, Surrofair dispose de toute l’information indispensable pour que tout soit plus accessible et facile: classification des cliniques par pays, législation, et conseils. Vous y trouverez également une conseillère personnalisée qui répondra à toutes vos questions: Lucy.

L’insémination artificielle (AI)

L’insémination artificielle est une technique de PMA simple et qui présente peu de risques. Il s’agit d’un traitement rapide, indolore et techniquement aisé. Un échantillon de sperme est déposé directement, au moment de l’ovulation, dans l’utérus de la femme à travers un cathéter qui passe par le col de l’utérus.

Pour garantir le succès d’une insémination artificielle, il faut s’assurer que les conditions suivantes sont remplies :

Perméabilité tubaire
c’est le signe que les trompes de Fallope fonctionnent correctement.
Qualité spermatique
la concentration spermatique doit normalement être supérieure à 3-5 millions de spermatozoïdes à mobilité progressive par millilitre.
Âge maternel
il n’est pas conseillé d’avoir recours à l’insémination artificielle après 36 ans.
Fonction ovarienne
la femme doit avoir une bonne réserve ovarienne et des ovulations régulières.

Deux modalités d’IA sont réalisables : l’insémination artificielle avec sperme du conjoint ou intraconjugale (IAC) ou l’insémination artificielle avec sperme de donneur (IAD).

Dans les deux cas, l’échantillon de sperme est préalablement lavé pour réaliser un processus de capacitation spermatique, qui aide à regrouper les spermatozoïdes dotés de la meilleure mobilité.

Par ailleurs, la femme reçoit un traitement hormonal léger afin de contrôler l’ovulation et améliorer ainsi les chances de grossesse.

La fécondation in vitro (FIV)

La fécondation in vitro ou FIV est un traitement qui implique une série de techniques complexes, incluant des procédures réalisées en laboratoire et une intervention chirurgicale. De plus, elle peut entraîner certains risques et effets secondaires.

On y a recours lorsque les chances de réussite de l’insémination artificielle sont faibles ou que celle-ci a été l’objet de plusieurs échecs.

La première étape d’une FIV consiste à collecter les gamètes nécessaires (ovocytes et sperme) pour les féconder ensuite en laboratoire. La deuxième étape consiste à transférer les embryons obtenus à l’utérus de la patiente, dans l’espoir qu’ils s’y implantent.

Les gamètes collectés et utilisés peuvent être ceux des patients ou provenir de donneurs.

Les étapes d’une procédure de FIV sont, globalement, celles que nous décrivons ci-dessous :

Stimulation du cycle ovarien
la patiente reçoit un traitement hormonal afin de favoriser la production multiple d’ovocytes et de contrôler l’ovulation.
Ponction ovarienne ou folliculaire
il s’agit de l’intervention chirurgicale durant laquelle les ovocytes sont prélevé sur l’ovaire par aspiration. Elle est réalisée sous anesthésie.
Préparation du sperme
après obtention du sperme, celui-ci est analysé et préparé pour la fécondation. Le procédé s’appelle la capacitation spermatique.
Insémination des ovocytes
il s’agit de la fécondation proprement dite. C’est l’union de l’ovule et du spermatozoïde. Elle peut être réalisée de manière conventionnelle ou par ICSI, différence que nous expliquerons plus bas.
Culture d’embryons
suite à la fécondation on observe le développement des embryons obtenus.
Transfert embryonnaire
on sélectionne les embryons de meilleure qualité (ceux qui ont le plus de chances de s’implanter). Ils sont ensuite introduits dans l’utérus de la patiente en espérant que la nidation se produise. Pour ce faire, la muqueuse utérine, l’endomètre, aura été préalablement préparée pour le transfert à l’aide d’un traitement hormonal.
Vitrification des embryons
les embryons de bonne qualité non transférés seront cryoconservés grâce à la vitrification.

Différences entre FIV classique et la FIV ICSI

Comme nous le mentionnions plus haut, il existe deux types de FIV : la FIV conventionnelle ou classique et l’ICSI. La différence entre les deux réside dans la manière par laquelle est réalisée la fusion de l’ovule et du spermatozoïde. Les autres étapes de la procédure sont exactement les mêmes.

FIV conventionnelle
l’ovule et le sperme sont placés ensemble dans le même milieu de culture. L’un des spermatozoïdes devra traverser les membranes de l’ovule et s’introduire à l’intérieur par ses propres moyens.
ICSI
il s’agit de l’injection intra-cytoplasmique de spermatozoïde (de l’anglais intracytoplasmic sperm injection). Dans ce cas, c’est l’embryologiste qui introduit manuellement le spermatozoïde sélectionné à l’intérieur de l’ovule grâce à une micro-pipette.

Le choix d’une FIV classique ou d’une ICSI dépendra des causes de l’infertilité ainsi que des préférences de chaque centre de procréation assistée.

Si vous cherchez une clinique à l’étranger qui puisse s’adapter à vos besoins, nous vous conseillons de remplir notre formulaire : Devis personnalisé de don d’ovocytes et traitements.

C’est gratuit et sans engagement et vous pourrez être mis directement en contact avec des cliniques qui pourront vous prendre en charge et vous expliqueront tout le protocole de façon personnalisée.

Le don de gamètes

La plupart des problèmes de fertilité peuvent être résolus en utilisant les gamètes, c’est-à-dire les cellules reproductrices, des patients. Cependant, beaucoup de situations d’infertilité masculine et féminine sont dues à la mauvaise qualité des spermatozoïdes et/ou des ovocytes.

Par ailleurs, la présence de maladies héréditaires chez la femme, l’homme ou les deux est une autre des raisons du recours au don dans le cadre de l’assistance médicale à la procréation.

Dans ces cas, le don d’ovocytes et/ou de sperme peut être la seule solution pour aider les patients à avoir un bébé.

Le don de gamètes a permis l’apparition et l’intégration de nouveaux modèles familiaux dans la société. Les femmes seules et les couples homosexuels peuvent désormais avoir des enfants grâce à des techniques de fertilité avec don comme l’IAD ou la FIV avec don de sperme.

Vos questions fréquentes (FAQ)

Quand établir le diagnostic d’infertilité et recourir à un traitement de PMA ?

On dit qu’un couple souffre d’infertilité ou de stérilité lorsque qu’aucune grossesse évolutive ne se produit après 12 mois de rapports sexuels sans contraception.

À ce moment, il faudra consulter un spécialiste pour qu’il réalise les tests et les examens médicaux nécessaires pour déterminer la cause de la stérilité. Une fois en possession des résultats, le spécialiste pourra recommander la technique de PMA la plus adaptée à chaque cas.

Le temps que doit attendre un couple avant de recourir à l’assistance médicale à la procréation se réduit à 6 mois lorsque la femme a plus de 37 ans.

Quels traitements existent contre l’infertilité masculine ?

Les facteurs d’infertilité masculine peuvent être d’ordre endocrinien (sécrétion des hormones impliquées dans le développement de l’appareil reproducteur et la spermatogenèse), testiculaire, post-testiculaire et spermatique (la cause la plus courante). Lorsque la cause de stérilité est la qualité séminale, on réalisera un spermogramme afin d’évaluer la concentration, la motilité, la morphologie et la vitalité des spermatozoïdes.

Lorsqu’un homme reçoit un diagnostic de stérilité après un examen de sperme, le spécialiste peut commencer par prescrire des suppléments vitaminique ou un régime spécial avant de se tourner vers la PMA. Pour booster la fertilité masculine, il est primordial d’éviter la consommation de matières grasses saturées.

En cas d’infection (présence de leucocytes dans l’échantillon analysé), des antibiotiques seront également prescrits. Si cela ne fonctionne pas ou en cas d’azoospermie sécrétoire ou non obstructive, une FIV ou une ICSI sera peut-être la solution.

Les risques d’avoir des jumeaux sont-ils plus élevés lorsqu’on suit un traitement de fertilité ?

Dans le cadre d’une IA, la stimulation du cycle ovarien par un traitement hormonal n’est pas toujours nécessaire mais augmente les possibilités de tomber enceinte. Dans ce cas, il faut contrôler le nombre de follicules stimulés car si trop d’entre eux arrivent à maturation, le risque de grossesse gémellaire ou multiple augmente.

Dans le cadre de la FIV, le nombre d’ovules fécondé est totalement contrôlé puisqu’il se réalise en laboratoire. C’est au moment du transfert embryonnaire que l’on décide si l’on va se limiter à transférer un seul embryon ou plusieurs (ce qui augmente les chances de grossesse mais également les risques de grossesses multiples).

Quelle différence y a-t-il entre la FIV conventionnelle et la FIV ICSI ?

Lors d’une fécondation in vitro conventionnelle, les ovules sont placés sur une plaque à laquelle on ajoute une concentration déterminée de spermatozoïdes pour que la fécondation se produise. Dans ce cas, les spermatozoïdes doivent pénétrer eux-mêmes la couronne radiée et la zone pellucide de l’ovule.

Au contraire, lors d’une FIV avec micro-injection (ICSI, voire IMSI), on sélectionne un spermatozoïde d’aspect normal et faisant preuve d’une bonne mobilité. Il sera introduit directement dans l’ovule grâce à un microscope pourvu de deux petites aiguilles. L’une d’elles aspire le spermatozoïde, pénètre l’ovule et lâche le spermatozoïde à l’intérieur. L’autre maintient l’ovule en place pour qu’il ne se déplace pas pendant l’opération.

Les traitements de fertilité sont-ils meilleurs à l’étranger ?

Les taux de réussite des traitements de PMA dépendent de la formation des spécialistes, des techniques mises en œuvre dans chaque centre de fertilité et des conditions légales qui entourent l’assistance médicale à la procréation.

Par exemple, certains pays imposent des restrictions quant au nombre d’embryons à transférer, ce qui réduit le risque de grossesses multiples mais peut également avoir une incidence sur les pourcentages de grossesse obtenus. Par ailleurs, certaines techniques de PMA sont tout simplement interdites, comme la FIV avec double don de gamètes ou la gestation pour autrui en France, ce qui oblige les patients à se rendre à l’étranger s’ils souhaitent en bénéficier.

En Europe, la législation espagnole sur la PMA est l’une des plus permissives, ce qui a favorisé la mise en place en Espagne d’établissements de pointe et la venue de nombreux patients en provenance d’autres pays.

La rédaction vous recommande

Pour en savoir plus sur la technique de l’insémination artificielle, vous pouvez lire l’article consacré à ce sujet : Insémination artificielle.

La procédure de FIV vous semble complexe ? Nous vous aidons à en comprendre toutes les étapes : Fécondation in vitro.

Si vous désirez aller plus loin au sujet des avantages et des inconvénients respectifs de la FIV et de l’ICSI, nous vous recommandons notre article : FIV ou ICSI.

Pour en savoir plus sur les causes possibles de l’infertilité masculine, suivez le lien : Stérilité masculine.

6 commentaires

  1. usuario
    Stéphanie L

    Bonjour, dans votre article vous parlez de possibles complications avec la fécondation in vitro. De quels types de complications s’agit-il ?

    • avatar
      Isabelle GuttonConseillère en fertilité

      Bonjour Stéphanie,

      Les risques possibles sont liés au traitement hormonal, à la ponction folliculaire (qui est une intervention chirurgicale avec anesthésie) et à la grossesse. Vous trouverez plus d’informations dans notre article : Problèmes de la FIV.

      Bonne journée.

  2. usuario
    Nanou

    Dans quel cas est-ce qu’il faut avoir recours à la FIV IMSI au lieu de l’ICSI ?

    • avatar
      Isabelle GuttonConseillère en fertilité

      Bonjour Nanou,

      L’IMSI ou injection magnifiée de spermatozoïde est indiquée en cas d’infertilité masculine sévère. Cette technique permet une visualisation très détaillée des spermatozoïdes, assurant une sélection réussie. Pour plus de détails, nous vous conseillons de consulter notre article : IMSI.

      Bonne lecture !

  3. usuario
    calinette_14

    Si une trompe a des problèmes mais que l’autre est normale (je veux dire, qu’elle est fonctionnelle), est-ce que l’insémination artificielle est possible ? Ou la FIV est obligatoire ?

    • avatar
      Isabelle GuttonConseillère en fertilité

      Bonjour,

      Pour que l’IA réussisse, c’est-à-dire, pour que la fécondation se produise, il suffit que l’une des trompes soit perméable et que 1 ou 2 ovules arrivent à maturation de ce côté-là. La FIV n’est donc pas obligatoire.

      Quoi qu’il en soit, il faudra évaluer votre réserve ovarienne (quantité et qualité des ovules) grâce à des analyses hormonales. Cela permettra de déterminer si l’insémination artificielle est le meilleur traitement de PMA pour vous.

      Vous pouvez consulter l’article suivant pour plus d’informations : Conditions requises pour l’insémination artificielle.

      J’espère avoir répondu à vos doutes.

Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.   Accepter