Par Rebeca Reus (embryologiste).
Dernière actualisation: 23/08/2017

La menace de fausse couche est un état d’alerte qui présage qu’une fausse couche peut survenir avant la semaine 20 de la grossesse. Le saignement vaginal lors des premières semaines de grossesse est un symptôme fréquent de cette situation. Il est ainsi donné à la femme enceinte une série de recommandations pour qu’elle diminue le risque de perte gestationnelle.

Symptômes de la fausse couche

La fausse couche, ou avortement spontané, se produit de manière naturelle sans intervention médicale ni chirurgicale, et elle est relativement fréquente. En effet, elle se produit jusque dans 40% des cas de grossesses, et elle est plus fréquente chez les femmes d’un âge avancé.

Ses causes peuvent aussi bien être foetales ou maternelles, bien qu’il soit difficile de déterminer l’origine exacte de la fausse couche qui peut être due à une combinaison multifactorielle.

Il existe plusieurs symptômes chez les femmes enceintes qui peuvent signifier un risque de fausse couche précoce. Ces symptômes sont variés, et il est important que ce soit un médecin qui détermine, après évaluation de la situation, s’il existe un risque réel de perdre le bébé.

Parmi les symptômes les plus fréquents, nous pouvons observer:

Saignement vaginal
il peut être plus ou moins abondant et inclure des caillots. Environ la moitié des femmes qui présentent ce symptôme lors du premier trimestre de grossesse souffrent une fausse couche. L’une des causes les plus fréquentes de ces saignements sont les hématomes intra-utérins (petites accumulations de sang dans la cavité utérine), qui peuvent dériver dans les cas les plus graves en décollement du placenta.
Crampes abdominales
douleurs ou fortes pressions dans le bas-ventre similaires à la menstruation. Elles peuvent parfois être accompagnées d’un saignement vaginal.
Lumbago
Fortes douleurs dans le bas du dos, dans la zone des lombaires.
Symptômes de grossesse
les désagréments caractéristiques de la grossesse peuvent dominuer ou même disparaître.

Examens médicaux

Face à une menace de fausse couche, le médecin réalise pour commencer une échographie vaginale ou abdominale pour évaluer la quantité du saignement, le développement du bébé et son battement de coeur. De plus, un examen pelvien sera pratiqué pour analyser le col de l’utérus.

Le médecin peut également prescrire une prise de sang pour déterminer:

  • Le niveau de béta-hCH pendant quelques jours ou semaines pour confirmer que la grossesse suit une évolution normale.
  • Une numération de la formule sanguine complète (hémogramme) pour savoir combien de sang a perdu la patiente.
  • Le niveau de progestérone.
  • La mesure de la quantité de globules blancs pour détecter la présence d’une infection.

Traitement et prévention

Dans les cas de menace de fausse couche, le médecin donne à la patiente les recommandations que la femme enceinte doit suivre, comme par exemple:

  • Éviter d’avoir des rapports sexuels.
  • Repos partiel ou absolu, selon la gravité des symptômes.
  • Éviter la consommation de charcuterie ou viande non traitée.
  • Ne pas prendre de médicaments sans prescription médicale.

Il est recommandé que la femme mène une vie saine, suive une alimentation variée qui apporte tous les nutriments nécessaires, et évite la consommation de drogues, alcool et tabac.

Il est important de savoir qu’une menace de fausse couche ne signifie pas nécessairement qu’elle se produise. Par conséquent, il est important que vous soyez le plus sereine possible. Le soutien psychologique est très important, tout comme les recommandations de votre médecin.

Dans certains cas, on administre de la progestérone comme un traitement pharmacologique pour éviter la fausse couche, bien que son utilisation soit contestée depuis quelques années. La controverse vient du fait que son efficacité n’ait pas été démontrée lors de fausses couches, bien que la progestérone soit recommandée en cas de fausses couches à répétition ( trois fausses couches ou plus).

Vos questions fréquentes

Jusqu’à quand risque-t-on la fausse couche ?

Par Rebeca Reus (embryologiste).

Le temps que dure le risque de fausse couche dépend de chaque patiente et c’est à l’ostétricien de déterminer le risque selon chaque cas. En général, il est plus probable qu’elle se produise lors du premier trimestre de grossesse, mais par définition, le risque de fausse couche s’étend jusqu’à la semaine 20.

Combien de temps dure le saignement ?

Par Rebeca Reus (embryologiste).

Le saignement peut varier d’une patiente à l’autre: il n’existe aucune durée concrète stipulée. Selon sa durée et ses caractéristiques, le risque de fausse couche sera plus ou moins élevé. Par exemple, plus il est abondant, plus il y a de risques de fausse couche.

Si j’ai un risque de fausse couche, puis-je me mettre en arrêt maladie ?

Par Rebeca Reus (embryologiste).

Oui, bien que les caractéristiques de chaque arrêt dépendent du risque pour chaque patiente. Il peut varier en fonction des signes cliniques qui se présentent et du poste de travail. Le gynécologue devra évaluer chaque cas avant de prendre la décision d’arrêter la patiente.

La rédaction vous recommande

Vous êtes enceinte? Pendant les 40 semaines qui s’écoulent depuis la naissance de votre bébé, vous présenterez de nombreux changements physiques et émotionnels comme conséquence des changement hormonaux. Ces changements donnent lieu à des symptômes différents pour chaque femme. Vous trouverez plus d’informations sur la grossesse: La grossesse et ses étapes.

L’Organisation Mondiale de la Santé considère comme une fausse couche l’interruption spontanée ou provoquée d’une gestation avant la vingtième semaine de grossesse, en comptant à partir du premier jour de la dernière menstruation normale, et lorsque le foetus ne peut survivre hors de l’utérus maternel. Mais quels sont les types de fausse couche? Vous le saurez en cliquant ici: Types de fausse couche.

Certaines grossesses présentent plus de risques que d’autres, depuis la menace de fausse couche jusqu’à l’accouchement. Nous vous les expliquons ici: Grossesses à risques.

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Auteurs et collaborateurs

 Rebeca Reus
Embryologiste
Diplômée en Biologie humaine (Biomédecine) de l'Universitat Pompeu Fabra (UPF), Master en Laboratoire d'Analyses Cliniques de l'UPF et Master sur la Base Théorique et Procédures de Laboratoire en Procréation Assistée de l'Universidad de Valencia (UV). Plus d'informations
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.

2 commentaires

    1. Soraya

      Bonjour à toutes,

      je suis enceinte de 6sa aujourd’hui mais voilà: mercredi j’ai eu deux fois des saignements (pas importants seulement deux filets de sang foncé) avec des douleurs en revanche assez importantes . Je suis allée voir le médecin qui m’a prescrit une prise de sang avec beta HCG et une echo
      les beta hcg ont donne 4787 et l’echo un sac ovulaire present intra utérin mais n’a pas vu l’embryon car dit que c’est trop tôt pour le voir . Est-ce que je risque la fausse couche?

      • Jessica Escudero

        Bonjour Soraya,

        Face à une menace de fausse couche, le médecin réalise pour commencer une échographie vaginale ou abdominale pour évaluer la quantité du saignement, le développement du bébé et son battement de coeur. De plus, un examen pelvien sera pratiqué pour analyser le col de l’utérus.

        Le médecin peut également prescrire une prise de sang pour déterminer si le niveau de béta-hCH continue d’augmenter pour confirmer que la grossesse suit une évolution normale. Il est normal que l’embryon ne se voit pas encore à l’échographie. Ne faites pas d’efforts physiques et tentez de vous reposer. Suivez les conseils de votre médecin qui connaît votre cas.

        bonne journée,