Par Dr. Marta Lafont Piñas (gynécologue).
Dernière actualisation: 21/10/2018

L’hormone hCG (gonadotrophine chorionique humaine) est une glycoprotéine libérée par l’embryon uniquement après son implantation dans l’utérus maternel. Également appelée hormone de grossesse, elle permet la confirmation de celle-ci.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Analyse de l’hormone beta hCG

Bien que connue comme beta-hCG, l’hormone hCG est formée par deux sous-unités:

La fraction alpha
on la retrouve aussi chez d’autres hormones libérées par l’hypophyse comme la TSH (hormone stimulante de la thyroïde) ou la FSH (hormone folliculo-stimulante)
La fraction beta
elle est spécifique de l’hormone hCG et c’est la sous-unité que détectent les tests de grossesse.

Les tests de grossesse détectent la sous-unité beta hCG en urine et par prise de sang. Nous pouvons distinguer deux manières d’analyser cette hormone:

Les tests de grossesse quantitatifs
ils montrent le niveau exact de l’hormone dans le sang maternel.
Les tests de grossesse qualitatifs
ils indiquent uniquement la présence ou absence de l’hormone beta hCG dans le sang ou dans l’urine, sans indiquer aucune valeur exacte.

En ce qui concerne les tests qualitatifs, il existe des plages de valeurs qui indiquent si la femme est enceinte ou non, et d’environ combien de temps. Voici ces taux de référence:

Taux de référence de la beta hCG

L’hormone est détectée pendant toute la grossesse, mais ces taux varient en fonction de l’avancée de celle-ci.

Pendant le premier trimestre, le taux augmente jusqu’au pic de concentration à la semaine 12-14 de grossesse, et peut dépasser les 200.000 mUI/ml.

Ainsi, des valeurs de référence ont été établies selon le taux hCG dans le sang en fonction des semaines de grossesse depuis les dernières règles:

  • 9 – 130 mUI/ml: 3-4 semaines
  • 75 – 2600 mUI/ml: 4-5 semaines
  • 850 – 20800 mUI/ml: 5-6 semaines
  • 4000 – 100200 mUI/ml 6-7 semaines
  • 11500 – 289000 mUI/ml 7–12 semaines
  • 18300 – 137000 mUI/ml 12-16 semaines
  • 1400 – 53000 mUI/ml 16–19 semaines(2e trimestre)
  • 940 – 60000 mUI/ml 19-41 semaines(3e trimestre)

Il est important de rappeler que ces taux de référence sont orientatifs et qu’ils varient d’une femme à l’autre. Par conséquent, il est plus important que la beta évolue à mesure qu’avance la grossesse, plutôt que ces valeurs de référence.

Comme nous l’avons expliqué, en général, la beta soit se multiplier tous les deux jours à peu près.

13 jours après la ponction, si le résultat de la beta hCG est supérieur à 50mUI/ml, la première échographie endovaginale est programmée pour confirmer le nombre de sacs embryonnaires et leur localisation dans l’utérus.

Si le résultat est inférieur à 50, on procède alors à une série d’analyses et on contrôle fréquemment le niveau d’hormone afin de confirmer que le taux de grossesse évolue correctement.

Quand le test de grossesse est-il positif?

Dans le cas de traitements de fécondation in vitro (FIV), il est recommandé d’attendre environ 10-15 jours après la ponction pour réaliser un test de grossesse et que le résultat soit fiable. Cette période est appelée l’attente de la beta.

Lors d’une recherche naturelle de grossesse, il est normal d’attendre le premier retard de règles.

L’hormone beta hCG commence à être sécrétée lorsque l’embryon est implanté dans l’utérus maternel et augmente son niveau de manière progressive jusqu’à la fin du premier trimestre. Le taux d’hormone est multiplié environ toutes les 48-72 heures, et donc en cas de doute, il peut être mesuré à nouveau quelques jours plus tard.

Si la femme réalise le test trop tôt, il peut arriver que le taux d’hormone n’ait pas suffisamment augmenté pour pouvoir être détecté par le test. Cela pourrait fausser le résultat du test.

Ainsi, si le taux est positif mais reste bas, il est recommandé de recommencer l’analyse 48 heures plus tard pour vérifier que le taux s’est multiplié par deux, et donc s’assurer que la grossesse évolue correctement.

Quelle est la valeur minimale de l’hormone bêta-hCG pour être détectée?

La bêta-hCG est considérée positive lorsqu’elle atteint plus de 5 mUI/ml à la prise de sang, même si ce taux est relativement bas. Généralement, 13 jours après l’implantation, le taux normal de beta devrait être d’environ 50 mUI/ml.

Dans le cas du test en urine, la sensibilité du test est inférieure. Elle détecte des concentrations de plus de 25 ou 50 mUI/ml, selon le type de test acheté en pharmacie.

Il est toujours mieux d’analyser le taux de beta hCG dans le sang, car le taux est plus précis et cet examen détecte des concentrations plus faibles.

Faux positifs et faux négatifs

Parfois, le résultat d’un test de grossesse peut être inexact, et donne lieu aux faux positifs et faux négatifs:

Faux positif
lors d’un traitement de procréation assistée, il est courant que la patiente s’administre l’hormone hCG pour induire l’ovulation. Celle-ci peut se maintenir dans le sang pendant quelques jours et brouiller le test de grossesse. Ainsi, le résultat peut être positif malgré l’absence de grossesse. En cas de grossesse naturelle, il est difficile d’obtenir un résultat faux positif car il n’y a pas d’administration de hCG. On obtiendra un résultat positif en cas de pathologies comme une grossesse extra-utérine, tumeur, carcinome…
Faux négatif
qu’il s’agisse d’une grossesse naturelle ou de cas de procréation assistée, si l’examen a lieu avant l’heure, il est possible que les tests ne détectent pas l’hormone en raison de son faible niveau. Il faudra donc attendre pour pouvoir obtenir un résultat fiable.

Et si les taux sont anormaux?

En réalisant un test de beta hCG, nous pouvons rencontrer un taux supérieur ou inférieur au taux de référence par rapport à l’état de notre grossesse. Si l’écart est faible, ce n’est pas alarmant. Les valeurs ne sont pas mathématiques ni exactes et varient d’une femme à l’autre.

Si l’écart est important, il peut s’agir d’un cas particulier:

  • Taux supérieurs au taux normal: grossesse gémellaire, coriocarcinome utérin, môle hydatiforme utérine ou un type de cancer ou développement cellulaire anormal.
  • Taux inférieurs aux valeurs habituelles: mortinate, fausse couche incomplète, menace de fausse couche, grossesse extra-utérine.

Vos questions fréquentes

Les taux de beta hCG sont-ils les mêmes pour une grossesse multiple ?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Non, lorsqu’il existe une grossesse multiple, les taux de beta hcG sont plus élevés. Ainsi, les symptômes peuvent également être supérieurs (nausées, mal-être ou somnolence) pendant le premier trimestre de grossesse.

Tandis qu’un taux de 200mUI/ml est considéré comme un taux normal à 2-3 semaines de grossesse, face à une grossesse multiple, les taux de référence sont d’environ 600 mUI/ml ou plus pendant les 14 jours qui suivent le transfert d’embryons.

Le test de grossesse en urine peut-il être négatif et la beta positive ?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Comme nous l’avons expliqué auparavant, le test de grossesse en urine est moins sensible. Sa limite de détectage est plus haute et un faible taux d’hormone pourrait donner lieu à un faux positif comparé à une de prise de sang.

Par exemple, si la sensibilité du test d’urine est de 30 mUI/ml, celle de la prise de sang est de 5mUI/ml et le taux d’hormone est d’environ 20 mUI/ml, le test en urine sera un faux négatif tandis que la prise de sang sera positive.

C’est pour cela qu’il est important d’attendre le temps établi par le spécialiste pour réaliser le test de grossesse, en laissant le temps à l’hormone d’augmenter son niveau dans l’organisme de la mère.

Le taux de beta hCG permet-il de détecter une grossesse extra-utérine en étant plus élevé ou plus bas que celui d’une grossesse normale ?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Non, en principe les taux de départ ne varient pas. L’embryon, une fois implanté, commence la libération de l’hormone beta hCG, indépendamment de l’endroit où se déroule l’implantation.

Cependant, l’évolution du taux d’hormone peut varier car lors d’une grossesse extra-utérine, l’embryon interrompt son développement et donc la libération d’hormone beta hCG, qui va progressivement diminuer dans le sang.

Par conséquent, bien qu’initialement l’analyse de la beta hCG ne soit pas d’une grande aide pour détecter la grossesse extra-utérine, elle peut tout de même être importante.

Les taux de beta hCG après une FIV sont-ils différents à ceux d’une grossesse naturelle ?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Non, la libération et augmentation de la beta hCG est la même, malgré les différences d’implantation.

L’examen de beta hCG doit-il se faire à jeun ?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Non, il n’est pas nécessaire de le faire à jeun, Cependant, si le test se fait en urine, il est recommandé de le réaliser avec la première urine du matin afin qu’elle soit plus concentrée et que le résultat soit plus fiable.

La rédaction vous recommande

Le test de grossesse est la méthode qui permet à la femme de savoir si elle est enceinte. Il peut être qualitatif, lorsqu’il indique simplement si oui ou non, ou quantitatif, s’il indique le niveau d’hormone. Tous deux déterminent la grossesse par le taux de hCG. Vous trouverez plus d’informations ici: Le test de grossesse.

Vous êtes enceinte? Félicitations! Par où commencer? C’est par ici: La grossesse mois par mois.

Lors d’un traitement de PMA, nous sommes souvent dans l’attente du taux de l’hormone hCG. Nous vous recommandons la lecture de notre article sur l’une des techniques les plus répandues: La FIV.

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Auteurs et collaborateurs

Dr. Marta Lafont Piñas
Diplômée de Médecine de l'Universidad de Barcelona, avec une spécialité en Gynécologie et Obstétrique. Master en Procréation Médicalement Assistée de l'Universidad Rey Juan Carlos y IVI. Elle exerce comme gynécologue spécialisée en Procréation Médicalement Assistée à l'Institut Riera Bartra et à la Clínica Sagrada Familia. Plus d'informations
Affiliation à l’Ordre des Médecins: 30659
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.