Par Zaira Salvador (embryologiste) et Dr. Mark P. Trolice (gynécologue).
Dernière actualisation: 01/10/2018

L’endométriose est la croissance de tissu endométrial hors de la cavité utérine. Elle présente différents symptômes selon son degré de gravité et de l’endroit où apparaît le tissu.

S’il apparait dans l’ovaire par exemple (endométriose ovarienne), il peut provoquer des kystes ovariens (endométriomes).

Les effets de l’endométriose sur la fertilité féminine, la difficulté à tomber enceinte, ainsi que les taux de réussite d’une fécondation in vitro (FIV) vont dépendre du type de pathologie. Dans les cas d’endométriose profonde ou sévère, il peut être nécessaire d’avoir recours au don d’ovocytes pour pouvoir tomber enceinte.

Où et quand apparaît l’endométriose?

L’utérus de la femme est formé par une couche musculaire externe appelée myomètre et une couche muqueuse interne appelée endomètre, qui est régulièrement desintégré et expulsé lors de la menstruation.

Parfois, il arrive que du tissu endométrial apparaisse à d’autres endroits du corps féminin. C’est ce qu’on appelle l’endométriose.

Il s’agit d’une maladie fréquente chez les femmes en âge fertile et elle s’accompagne généralement de douleurs aigües plus fortes pendant les règles. On estime qu’environ 10-15 % des femmes en âge de procréer en souffrent.

L’endométriose est une cause importante de stérilité, car 30-35 % des femmes qui en sont atteintes présentent, a posteriori, des problèmes pour tomber enceintes. Elle se classe en plusieurs degrés de gravité selon la localisation, profondeur, quantité et taille des implants.

On peut la retrouver dans les ovaires, les trompes de Fallope, derrière l’utérus, sur les ligaments utérins, dans la cavité pelvienne, et plus rarement dans des zones comme la vessie ou les poumons.

En fonction de la localisation du tissu endométrial, on distingue:

  • Endométriose ovarienne
  • Endométriose tubaire ou des trompes
  • Endométriose pelvienne
  • Endométriose rectale
  • Endométriose intestinale
  • Endométriose péritonéale

Stades

La classification la plus utilisée pour l’endométriose a été créée par la Société de Médecine Reproductive (ASRM), et distingue quatre types d’endométriose selon la gravité:

Stade I (minimum)
implants de l’endomètre isolés et sans adhérences.
Stade II (léger)
le tissu est superficiel et mesure moins de 5 cm. Plusieurs implants sont adhérés à la surface du péritoine et des ovaires, mais ils n’affectent pas les autres organes.
Stade III
les implants sont nombreux, superficiels ou invasifs, autour des trompes et de l’ovaire.
Stade IV
de nombreux implants superficiels et profonds apparaissent, y compris des endométriomes. De plus, ils s’étendent sur une grande surface. Dans les cas les plus graves, il peut être nécessaire d’avoir recours à la gestation pour autrui (GPA) pour pouvoir être mère.

Causes

Il est difficile d’expliquer exactement à quoi est due cette croissance exceptionnelle.

L’une des théories les plus connues évoque les fragments de l’endomètre qui ne sont pas éliminés lors de la menstruation et montent par les trompes pour se fixer sur un organe de la cavité pelvienne, où le tissu s’accroche et grandit en formant des implants endométriaux.

L’endométriose peut également être due à des facteurs génétiques, et donne ainsi à penser qu’elle est héréditaire. Par conséquent, il existe une prédisposition à en être atteinte.

Elle peut également être due à des troubles en relation avec le système immunologique. il s’agit d’ailleurs souvent d’un mécanisme multifacteur.

La pathophysiologie de l’endométriose est un secteur en recherche permanente, car l’étiologie de la maladie pourrait être déterminante pour trouver des traitements efficaces.

Certains des facteurs de risque en rapport avec le développement de la maladie chez les femmes sont:

  • Avoir un parent qui en souffre
  • Ne jamais avoir eu d’enfants
  • Accoucher pour la première fois après 30 ans
  • Anomalies de l’appareil génital
  • Avoir un utérus anormal
  • Avoir des cycles menstruels fréquents et des règles de 7 jours ou plus
  • Avoir eu ses premières règles très jeune
  • Maladies auto-immunes comme le lupus ou la sclérose en plaque

Symptômes

Tout comme l’endomètre dans la cavité utérine, les implants de l’endomètre localisés sur une autre partie du corps répondent également aux changements hormonaux de la progestérone et des oestrogènes pendant le cycle menstruel.

Par conséquent, ils saignent, mais ce sang n’est pas expulsé hors du corps et provoque l’inflammation des tissus qui l’entourent et des cicatrices dans les tissus (adhérences).

Le symptôme le plus courant est la douleur, qui peut aller de légère à intense au niveau de l’abdomen, bassin ou bas du dos. En général, la douleur est plus intense pendant les règles et ne dépend pas de la quantité d’implants que la femme présente.

Voici d’autres symptômes:

  • Douleur et troubles de l’intestin, comme constipation ou diarrhée
  • Douleur pendant et après les rapports sexuels
  • Douleur en urinant pendant les règles et parfois même du sang dans l’urine (hématurie)
  • Règles plus abondantes et longues
  • Pertes marrons ou tâches avant et entre les règles
  • Fatigue

Diagnostic de l’endométriose

Pour diagnostiquer l’endométriose, il faut réaliser une exploration physique complète et surtout examiner la zone pelvienne. L’information obtenue ainsi que l’histoire clinique de la patiente pourra aider le médecin à diagnostiquer l’endométriose.

Grâce à une échographie (IRM), il est possible de détecter des endométriomes ovariens ou des infiltrations plus profondes, mais elle n’est pas utile pour fournir plus d’informations dans d’autres cas.

Chez certaines patientes pour qui le diagnostic n’est pas clair par IRM ou avant de réaliser une intervention chirurgicale, on utilise la résonance magnétique nucléaire (RNM) pour déterminer avec exactitude la localisation et profondeur des lésions.

Malgré son efficacité, cette technique reste chère, ce qui peut supposer un problème important.

Le gynécologue sera sûr de son diagnostic après avoir réalisé une laparoscopie, une chirurgie mineure pratiquée sous anesthésie générale, par laquelle le spécialiste observe l’intérieur de la cavité abdominale grâce à un tube équipé d’une lumière et d’un objectif.

Cependant, en raison du coût élevé du processus et aux risques qu’il suppose pour la patiente, on évite souvent de le réaliser.

Les recherches récentes tentent de trouver des biomarqueurs d’endométriose capables de fournir un diagnostic par la réalisation d’une simple analyse de sang ou d’urine. Ces marqueurs seraient des substances créées par le corps humain en réponse à la maladie ou bien créées par la propre maladie.

On a découvert des marqueurs de l’endométriose présents dans le flux endométrial, comme l’antigène tumoral 125 (CA 125), dont l’analyse permettrait de détecter la maladie. Cependant, jusqu’à ce jour, la valeur de son diagnostic est limitée.

Traitement

Actuellement il n’existe aucun traitement pharmacologique qui soigne définitivement l’endométriose, mais il existe différentes approches pour faire en sorte que la maladie soit la plus supportable possible.

L’endométriose est présente tout au long de la vie fertile de la femme. Parfois, elle peut s’allonger au-delà, pendant la ménopause.

Selon la gravité des symptômes que présente la patiente, on peut réaliser les traitements suivants:

Antalgiques
dans les cas d’endométriose légère, ce type de médicaments peut être suffisant pour pallier la douleur. Cependant, ils ne suffisent pas dans le cas de toutes les patientes.
Hormones
en administrant des hormones pendant le cycle menstruel, il ets possible de freiner le développement du tissu endométrial. Les contraceptifs oraux dont un bon exemple de ce type de traitement.
Chirurgie
dans les cas les plus graves, le médecin peut opter pour une intervention chirurgicale. Selon la localisation et l’extension du tissu, on réalise plutôt une technique ou une autre.

Comme nous l’avons expliqué, le traitement peut être antalgique, hormonal ou chirurgical en fonction du stade de la maladie. dans les cas les plus légers, le traitement consiste à prendre des antalgiques pour la douleur. Dans les cas les plus graves, qui impliquent une douleur chronique, la seule solution est la chirurgie.

Il est important que la patiente soit informée des avantages et des inconvénients de chaque traitement car certains d’entre eux sont incompatibles avec la maternité.

Endométriose et alimentation

Certains spécialistes affirment que certains produits ou pratiques alimentaires ont un effet sur l’apparition de l’endométriose et/ou sur l’évolution de ses symptômes. Divers aliments pourraient en effet intervenir sur les processus qui jouent un rôle dans le développement de la maladie.

  • Des aliments ou des composants alimentaires peuvent avoir un effet positif ou négatif sur les mécanismes de l’inflammation qui sont une composante importante de l’endométriose.
  • Des aliments ou des composants alimentaires affectent l’équilibre hormonal et peuvent inhiber ou stimuler l’action des oestrogènes, qui jouent un rôle important dans l’endométriose.
  • Des aliments contiennent des antioxydants, qui inhibent l’action de certaines substances agressives (radicaux libres) qui peuvent déclencher des réactions indésirables (stress oxydatif) et endommager les cellules et les tissus. Le stress oxydatif pourrait jouer un rôle dans l’apparition de l’endométriose.

L’importance du régime alimentaire est un facteur difficile à déterminer car il n’existe aujourd’hui aucune étude qui ait démontré son efficacité.

Endométriose et grossesse

Dans les cas d’endométriose légère, la patiente peut tomber enceinte naturellement ou par insémination artificielle.

Cependant, une des conséquences de l’endométriose étant un effet néfaste sur la réserve ovarienne et la fonctionnalité des trompes utérines, la technique de PMA la plus efficace reste la fécondation in vitro (FIV).

Pour les cas d’endométriose plus graves, la qualité des ovules est également affectée. C’est la raison pour laquelle certaines femmes décident d’avoir recours au don d’ovocytes pour pouvoir devenir mères.

Si vous devez faire un traitement de fécondation in vitro pour devenir maman, nous vous recommandons d'utiliser le Rapport sur la fertilité. En 3 étapes simples, qui vous permettra de connaître les cliniques à l’étranger qui répondent à nos critères de qualité rigoureux. En outre, vous recevrez un rapport contenant des conseils utiles avant de réaliser des visites dans les cliniques.

Malgré les progrès de la PMA, il est souvent nécessaire de pratiquer une intervention chirurgicale pour éliminer les adhérences et endométriomes, et ainsi améliorer les possibilités de grossesse.

Vos questions fréquentes

Quelles sont les options de reproduction pour une femme avec une endométriose de stade IV ?

Par Dr. Mark P. Trolice (gynécologue).

L’endométriose affecte 10 à 15% des femmes. Parmi celles qui en souffrent, environ 30 à 50% présentent des problèmes de fertilité et parmi celles-ci, 20 à 25% présentent une endométriose de stade IV. L’endométriose est une inflammation de la muqueuse utérine qui a pour conséquence la formation d’adhérences. Elle affecte les femmes de diverses manières, mais le problème principal est l’altération anatomique entre les ovaires et les trompes de Fallope. Dans les cas graves d’endométriose, les trompes peuvent se boucher pour produire un hydrosalpinx. Il faudra alors proceder à un retrait par chirurgie avant d’avoir recours à un quelconque traitement de Procréation Médicalement Assistée.

L’approche la plus appropriée pour chaque couple dépendra de nombreux facteurs, notamment l’âge de la femme, le temps pendant lequel existent les problèmes de fertilité, s aréserve ovarienne, les résultats du spermogramme, les précédentes chirurgies pour traiter l’endométriose et le degré de gravité de celle-ci.

Dans le cas de femmes de moins de 35 ans souffrant d’endométriose de faible gravité, il est recommandé d’essayer un cycle d’insémination artificielle. Dans le cas de femmes de plus de 35 ans souffrant d’endométriose moyenne à grave (degrés III et IV), le traitement choisi será directement la FIV car elle propose de meilleurs taux de réussite. Il convient de souligner que, si l’on compare avec d’autre problèmes de fertilité, l’endométriose permet d’obtenir des taux de réussite plus faibles en cas de FIV.

Pourquoi l’endométriose rend infertile ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Dans l’ovaire, les adhérences de l’endomètre détruisent les tissus sains, ce qui influe sur la réserve ovarienne, entrave le développement normal des follicules et la maturation des ovocytes. De plus, ces kystes de l’endomètre peuvent également empêcher l’ovulation.

Lorsque l’endométriose apparaît dans les trompes utérines, elle interfère avec la perméabilité tubaire. Cela empêche le passage et le transport de l’ovule au travers de la trompe au moment où il est libéré par l’ovaire, et il n’est par conséquent pas fécondé, et n’arrive pas jusqu’à l’utérus.

Peut-on tomber enceinte malgré l’endométriose ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

La première option pour que les femmes atteintes d’endométriose puissent récupérer leur fertilité et puissent avoir des enfants par grossesse naturelle est un traitement médical et/ou chirurgical, selon le degré de gravité et l’historique clinique de chaque patiente.

On peut observer 4 stades d’endométriose selon la localisation, la quantité, la profondeur et la taille que présentent les implants de l’endomètre:

  • Stade 1 ou stade minimum
  • Stade 2 ou stade léger
  • Stade 3 ou stade modéré
  • Stade 4 ou stade sévère

Les antalgiques et traitements hormonaux sont efficaces pour soulager la douleur et réguler les cycles menstruels. Cependant, il est nécessaire d’avoir recours à une chirurgie par laparoscopie ou coelioscopie pour améliorer la fertilité et augmenter les possibilités de grossesse.

Les traitements sont surtout efficaces pour l’endométriose légère.

Comment soigner l’endométriose avec un traitement naturel ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Certains médecins nutritionnistes affirment que beaucoup de femmes qui souffrent d’endométriose ont également un certain degré d’intolérance aux aliments contenant du gluten. Si elles les éliminent de leur régime alimentaire, de grandes améliorations peuvent être observées, mais seulement dans le cadre d’un régime strict et à long terme.

Cette théorie est assez controversée par les médecins.

Malheureusement, les traitements les plus efficaces existants contre l’endométriose restent hormonaux, antalgiques ou chirurgie.

La rédaction vous recommande

La stérilité féminine est l’incapacité à concevoir en raison de problèmes en rapport avec les ovocytes qui empêchent la fécondation et par conséquent, la grossesse. Vous trouverez plus d’informations sur ce lien: Qu’est-ce que la stérilité féminine?

Environ 30 à 50 % des patientes atteintes d’endométriose sont confrontées à une stérilité ou à des problèmes pour obtenir une grossesse naturelle. Nous vous expliquons le rapport entre endométriose et grossesse ici: Puis-je tomber enceinte malgré la maladie?

Vous trouverez également plus d’informations sur l’endométriose sur ce lien: L’endométriose.

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Auteurs et collaborateurs

 Zaira Salvador
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) et embryologiste spécialiste en Médecine Reproductive, Master en Biotechnologie de la Procréation Assistée par l'Universidad de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Plus d'informations
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 3185-CV
Dr. Mark P. Trolice
Docteur en Médecine, spécialisé en Gynécologie et Obstétrique par la Rutgers Robert Wood Johnson Medical School de New Jersey (USA.). Professeur associé au Département de Gynécologie et Obstétrique de l'University of Central Florida College of Medicine. Directeur de la clinique Fertility Care: The IVF Center. Titre de Top Doctor in America. Plus d'informations
Affiliation au Conseil de l'Ordre de Floride: ME 78893
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.