Insémination artificielle (IA): définition et conditions

L’insémination artificielle (IA) est une technique de procréation assistée simple et économique par laquelle les spermatozoïdes sont introduits de forme non naturelle dans l’utérus de la femme en attente que la fécondation se produise et donne lieu à la grossesse.

Il s’agit d’un procédé indolore et beaucoup moins invasif que d’autres techniques reproductives comme la fécondation in vitro (FIV). Selon l’origine de l’échantillon utilisé, nous distinguons deux types:

  • Insémination artificielle homologue (IAH) ou conjugale (IAC), avec le sperme du conjoint. Le taux de grossesse dans ce cas est proche de 15-25 %.
  • Insémination artificielle hétérologue ou de donneur (IAD), avec du sperme de donneur. Le taux de grossesse est de 20-30 %.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

De quoi s’agit-il?

Pour mener à bien une insémination artificielle, le médecin spécialiste dépose, à l’aide d’une canule spéciale, un échantillon de sperme travaillé au préalable dans l’utérus pendant la période d’ovulation de la femme dans le but d’obtenir une grossesse.

La fécondation de l’ovocyte par le spermatozoïde se produit dans les trompes de Fallope, exactement comme lors d’une grossesse naturelle. La différence réside dans le mode d’introduction des spermatozoïdes dans l’organe reproducteur féminin.

Une autre différence importante est que lors du processus d’IA, le moment d’ovulation de la femme est contrôlé par le traitement hormonal, pour qu’elle coincide avec l’introduction du sperme et ainsi augmenter le taux de réussite.

Par conséquent, le taux de réussite de grossesse est légèrement supérieur à la dérivée des relations sexuelles, même s’il dépend fondamentalement de la capacité de fécondation du spermatozoïde et de la capacité de l’embryon à s’implanter après la fécondation.

Le traitement

Nous vous expliquons ci-dessous les étapes principales du processus d’insémination artificielle:

Stimulation ovarienne
de faibles dosages d’hormones (gonadotropines) sont administrés pour stimuler légèrement la production ovarienne et des contrôles réguliers sont réalisés pour contrôler le développement folliculaire.
Induction de l’ovulation
une fois un ou deux follicules développés correctement (18 mm de diamètre), l’ovulation est provoquée généralement par l’hormone hCG.
Capacitation spermatique
c’est le processus de préparation de l’échantillon de sperme afin qu’il soit concentré en spermatozoïdes mobiles et ne contienne aucun autre type de cellules ni de plasma séminal.
Insémination
au moment de l’ovulation, un faible échantillon de sperme (0.5 ml environ) est déposé dans l’utérus de la femme grâce à une canule spéciale. Ce processus se fait sans anesthésie.
Support à la phase lutéale
de la progestérone par voie vaginale est administrée pour faciliter l’implantation de l’embryon.

Types d’insémination artificielle

En fonction de l’origine du sperme employé, on distingue deux principaux types d’insémination:

  • Insémination artificielle intra-conjugale, ou avec sperme du conjoint. (IAC)
  • Insémination artificielle avec sperme de donneur, ou avec don de sperme. (IAD)

L’insémination artificielle peut également se classer selon l’endroit de l’appareil reproducteur féminin où sont déposés les spermatozoïdes:

  • Insémination artificielle intra-tubaire: dans les trompes de Fallope.
  • Insémination artificielle intra-cervicale: dans le col de l’utérus.
  • Insémination artificielle intra-vaginale: dans le vagin, comme lors des relations sexuelles.
  • Insémination artificielle intra-folliculaire: à l’intérieur du follicule ovarien.
  • Insémination artificielle intra-utérine: dans la cavité utérine.

L’insémination artificielle intra-utérine est la méthode la plus utilisée d’après son taux de réussite supérieur. Les autres alternatives s’emploient généralement lorsque l’IA intra-utérine n’est pas possible. Par conséquent, lorsqu’on parle d’insémination artificielle, on fait référence par défaut à la IA intra-utérine.

Quand doit-on recourir à l’insémination artificielle?

L’insémination artificielle s’applique dans plusieurs cas pour obtenir une grossesse. Pour les cas où une grossesse est possible grâce à une fécondation in vitro (FIV) ainsi que par insémination artificielle, la technique choisie sera la moins invasive, à savoir l’insémination artificielle.

Les troubles de fertilité qui peuvent être résolus par l’insémination artificielle sont différents en fonction du type d’IA.

Si vous cherchez une clinique à l’étranger qui puisse s’adapter à vos besoins, nous vous conseillons de remplir notre formulaire : Devis personnalisé de don d’ovocytes et traitements.

C’est gratuit et sans engagement et vous pourrez être mis directement en contact avec des cliniques qui pourront vous prendre en charge et vous expliqueront tout le protocole de façon personnalisée.

Indications de l’insémination artificielle intra-conjugale (IAC)

Les problèmes de fertilité suivant exigent le recours à la IAC:

Endométriose légère à modérée.
on retrouve du tissu de l’endomètre en dehors de l’utérus, soit sur les ovaires, les trompes, les ligaments qui soutiennent l’utérus.
Troubles du cycle ovulatoire
dans les cas de syndrome d’ovaire polykystique (SOP), anovulation ou problèmes pendant la phase folliculaire.
Impossibilité de dépos du sperme dans le vagin
éjaculation rétrograde, vaginisme, éjaculation précoce, impuissance sexuelle.
Facteur masculin léger
trouble des paramètres séminaux, bien que modéré, car il faut un minimum de spermatozoïdes pour pouvoir réaliser la IA avec des garanties.
Stérilité d’origine inconnue
lorsque les analyses ne montrent aucune pathologie déterminée et les patients possèdent des paramètres de fertilité normaux, il est recommandé de commencer une IA. Malgré l’absence de diagnostic, il existe peut-être une pathologie non décellée par ces analyses.
Stérilité immunologique
incompatibilité entre l’appareil reproducteur féminin et le sperme. Généralement, elle est produite par la fabrication d’anticorps par la femme qui détruisent les spermatozoïdes. Cette cause n’est pas commune et on ne connaît pas encore exactement le mécanisme de fonctionnement.

Indications de l’insémination artificielle avec sperme de donneur (IAD)

Bien que généralement on privilégie d’abord l’insémination artificielle avec le sperme du futur père, il reste des cas où ce n’est pas possible et où il est nécessaire de recourir à du sperme de donneur:

  • Absence de conjoint masculin: femmes seules ou couples lesbiens
  • Maladies génétiques de l’homme impossibles à diagnostiquer par DPI
  • Facteur masculin sévère: si après plusieurs cycles d’ICSI aucune grossesse n’a été obtenue et les caractéristiques de la femme sont favorables à cette technique.
  • Maladies sexuellement transmissibles chez l’homme: si après plusieurs lavements du sperme, il n’est pas garanti libre de virus.

Conditions

L’insémination artificielle est généralement la première technique reproductive recommandée lorsqu’un couple n’obtient pas de grossesse après 12 mois de relations sexuelles.

Cependant, pour pouvoir la réaliser certaines conditions sont requises.

Si les conditions ne sont pas requises, il existe d’autres techniques à disposition comme la FIV.

Voici les conditions minimum d’efficacité de cette technique:

  • Éliminer le risque d’une éventuelle Hépatite C ou Hépatite B, du VIH, de la Rubéole, la Syphilis, et la Toxoplasmose, afin de garantir qu’il n’y a aucun risque de contagion pour le conjoint et/ou le futur bébé.
  • Vérifier la perméabilité tubaire de la femme. Par le biais de plusieurs techniques comme l’hystérosalpingographie (HSG) ou laparoscopie, on peut observer que les trompes de Fallope sont fonctionnelles, élément essentiel car la fécondation a lieu à l’intérieur de celles-ci.
  • Il est nécessaire que l’homme possède un minimum de qualité séminale. Un test de récupération des spermatozoïdes mobiles est donc requis. Il doit atteindre plus de 3 millions de spermatozoïdes mobiles progressifs après la formation.

Enfin, il faut se baser sur le facteur de l’âge, lequel influe directement sur les probabilités de succès ou d’échec. Chez la femme, c’est à partir de 36 ans environ que les possibilités de grossesse commencent à diminuer, ce qui rend les femmes de 37-38 ans plus susceptibles d’avoir recours à la FIV.

Vous pouvez consulter ici: Les conditions pour l’insémination artificielle.

Résultats

Dans les résultats de la IA, de nombreux facteurs interviennent comme l’âge de la femme, la grosseur de son endomètre, la qualité du sperme, le temps de stérilité. Il est donc très important d’administrer ce traitement aux patients adéquats.

L’efficacité des résultats varie entre les cliniques. Le taux de grossesse d’une femme ayant moins de 35 ans qui réalise un cycle avec le sperme de son conjoint varie entre 13-25% en fonction du centre, alors que dans le cas du sperme du donneur, ce chiffre tourne autour des 18-29%.

Plusieurs études démontrent qu’il est recommandé de réaliser une série d’inséminations suivies si la grossesse n’est pas obtenue. Le mieux est d’effectuer 4 cycles d’inséminations, et si la gestation ne se produit pas, il faut recourir à une autre technique de procréation assistée. Le taux accumulatif de grossesse durant ces quatre cycles est de 50-60% de grossesse avec le sperme du conjoint et de 60-70% avec le sperme du donneur.

Si vous voulez voir un résumé de toutes ces données, vous pouvez consulter l’article sur les: Résultats de l’insémination artificielle.

Avantages et différences entre IA et FIV

L’avantage principal de l’insémination artificielle est qu’elle ne passe par aucune intervention chirurgicale, comme par exemple la FIV. De plus, l’anesthésie n’est pas obligatoire, car le processus est indolore.

Autre avantage important: le prix. Étant une technique moins complexe, le prix est également réduit par rapport à d’autres traitements qui nécessitent plus de matériel ou de personnel médical. D’autre part, le traitement que reçoit une femme durant la stimulation ovarienne est moins agressif que celui d’une FIV, ce qui réduit également le prix.

Autre différence importante: les ovocytes employés pour l’insémination artificielle sont nécessairement ceux de la future mère. Durant la FIV, comme la fécondation est réalisée dans le laboratoire, les ovocytes peuvent provenir d’une donneuse, dans le cas où il ne serait pas possible d’utiliser ses propres ovocytes.

De plus, l’IA est une technique de procréation assistée considérée comme plus naturelle en comparation avec la FIV, car bien que le sperme soit déposé “artificiellement”, la fécondation en soi est complètement naturelle.

En ce qui concerne la grossesse naturelle, les principaux avantages sont l’amélioration de la qualité séminale grâce à la capacitation spermatique et le contrôle exact du moment de l’ovulation.

Vous pourrez trouver plus d’informations sur cet article: Avantages de l’insémination artificielle.

Risques et effets secondaires

Même si le nombre de problèmes concernant l’insémination artificielle diminue, il peut parfois se produire plusieurs complications comme:

Le syndrome d’Hyperstimulation ovarienne
cela se produit lors d’une réaction excessive des follicules aux hormones, les stimulations pendant l’IA sont généralement douces, et à tout moment cela est contrôlé à travers une échographie, lorsqu’un risque d’hyperstimulation se produit, le cycle est annulé.
La grossesse multiple
due à la stimulation de plusieurs follicules des gestations multiples peuvent se produire surtout chez les jeunes femmes. De plus en plus, les cliniques font en sorte d’éviter cette situation, puisqu’une gestation multiple implique de nombreux risques durant la grossesse et l’accouchement. Chez les femmes ayant moins de 35 ans, la prescription médicale de hCG devrait être annulée s’il existe plus de 5 follicules de 12mm ou plus de 3 follicules de 15 mm.
La grossesse extra-utérine
il existe un risque de 4% avec l’insémination artificielle, alors que dans un cycle naturel ce serait de 0.8%.
La fausse couche
le risque se produit principalement au cours des premières semaines de gestation et le taux est de 20%.
Les infections
elles sont peu fréquentes, 0.07 % pour chaque insémination, grâce aux protocoles d’asepsie et de stérilité des cliniques de procréation assistée. Il peut aussi se produire des inflammations pelviennes ainsi que des problèmes immunologiques.

Si vous souhaitez consulter la liste des inconvénients que peut occasionner cette technique, vous pouvez les visualiser dans cet article: Problèmes de l’insémination artificielle.

Prix de l’insémination artificielle

Les tentatives de PMA en France sont prises en charge à 100% par la sécurité sociale dans les limites suivantes:

  • la femme doit être âgée de moins de 43 ans.
  • le nombre maximum d’inséminations remboursées est de 6.

Pour les inséminations artificielles (IAC, IAD), la prise en charge par la sécurité sociale comprend:

  • les médicaments de stimulation et ceux de maintien de la phase luthéale.
  • le contrôle de la stimulation (échographies et/ou prises de sang, selon les jours et les centres).
  • la préparation du sperme.
  • l’acte technique d’insémination.

Pour celles qui ne remplissent pas les conditions de remboursement, vous pouvez vous trouver vers de cliniques étrangères en cliquant ici.

Insémination artisanale

Bien que nombreuses personnes considèrent l’insémination artificielle artisanale comme un type d’IA, ce n’est pas le cas. L’IA est un procédé de procréation médicalement assistée et si elle na pas lieu dans un centre spécialisé, on ne la considère pas comme médicalement assistée.

Le taux de réussite de l’IA ne cesse d’augmenter grâce à la préparation de la femme et du sperme de l’homme. Cependant, le taux de réussite de l’insémination artisanale est similaire à celui des relations sexuelles.

Ce type de procédé est courant chez les femmes célibataires ou couples lesbiens sans problèmes de fertilité, qui souhaitent obtenir une grossesse naturelle sans avoir recours à des relations sexuelles avec un homme.

Vos questions fréquentes (FAQ)

L’insémination artificielle est-elle remboursée par la Sécu?

L’insémination artificielle est intégralement prise en charge par l’Assurance maladie, mais de façon limitée. Seules 6 tentatives (10 à 15% de réussites) sont supportées par la Sécurité sociale. A noter toutefois fois que chaque grossesse réussie remet le “compteur de tentatives” à zéro.

La prise en charge couvre les dépenses pour les médicaments de stimulation,les médicaments de maintien de la phase lutéale, les prises de sang, les échographies, l’acte technique d’insémination (préparation et insertion du sperme…).

A qui est destinée l’insémination artificielle ?

L’insémination peut se faire avec le sperme, frais ou congelé, du conjoint ou avec du sperme de donneur.

L’insémination artificielle est indiquée pour les femmes en cas de difficulté à ovuler ou par des anomalies du col de l’utérus ou de la glaire cervicale qui entravent le passage des spermatozoïdes et pour les hommes en cas de diminution de la qualité du sperme ou des problèmes d’éjaculation ou d’érection.

L’insémination artificielle avec sperme de donneur (IAD) peut être une solution à un problème d’infécondité en cas d’absence de spermatozoïdes ou de maladie héréditaire chez l’homme.

L’insémination artificielle est-elle douloureuse?

C’est un geste totalement indolore. Il consiste à introduire un fin cathéter, relié à la seringue contenant le sperme, à l’intérieur de la cavité utérine pour y déposer environ un ml de sperme préparé au laboratoire (insémination intra-utérine). Dans d’autres cas, notamment en cas d’insuffisance de la glaire cervicale ou d’insémination avec donneur, le sperme est déposé dans le col de l’utérus (insémination intra-cervicale).

Y a-t-il des problèmes de développement chez les bébés nés par insémination artificielle?

L’insémination artificielle est une manière d’obtenir la grossesse, mais une fois obtenue, celle-ci se déroule absolument normalement. L’évolution, le développement, et l’éducation du bébé né par le biais de cette technique n’ont rien de différents.

Le risque de fausse couche avec une insémination artificielle est-il supérieur à une grossesse classique?

Les statistiques de fausse couche chez les femmes jeunes sont relativement basses, entre 12 et 15%, et elles augmentent jusqu’à 25 % chez les femmes de plus de 40 ans.

Dans les cas d’insémination artificielle, où la femme a moins de 37 ans, le taux de fausse couche se situe autour de 20%, Par conséquent, le risque est légèrement supérieur à une grossesse classique.

La rédaction vous recommande

L’insémination artificielle est la technique d’assistance médicale à la procréation la plus ancienne. Elle est simple dans son principe et fournit globalement un taux de grossesses de 10 à 15 % par cycle de traitement. Découvrez les deux différents modes de pratiquer ce traitement majeur des troubles de la fertilité:

Et après l’insémination artificielle, comment ça se passe? La réponse par ici: Après l’insémination artificielle.

19 commentaires

  1. usuario
    labatut celine

    Femme celibaire, pas de don de sperme, 45 ans, pas de probleme gynecologique. Connaitre le prix ?

    • avatar
      Virginie SinapinConseillère en fertilité

      A cet âge, il sera plutôt recommandé une fécondation in vitro avec sperme d’un donneur qu’une insémination artificielle. Nous ne pouvons vous donner un prix sachant que celui-ci dépend de la clinique et du pays où le traitement est réalisé. Par exemple, en Espagne, le prix avoisine les 4000 Euros, en France, le coût est d’environ 4000 à 5000 euros.

  2. usuario
    Linda

    Bonjour, je voudrais savoir le prix de IAC (sans sécurité sociale), j’ai 35 ans mon partenaire a 45 ans. Apres plusieurs tentatives on a décidé de faire un IAC,
    merci

    • avatar
      Virginie SinapinConseillère en fertilité

      Bonjour,

      Le prix d’une IAC dépend du lieu oú vous souhaitez effectuer votre Insémination artificielle. En France, si vous remplissez les conditions pour avoir droit à une PMA (hétérosexuel, en couple après deux années de vie commune, avec la déclaration de l’un des 2 partenaires comme stérile, etc.) vous aurez droit également à la prise en charge de votre traitement de PMA. Le prix d’une IAC en France est comprise entre 800 et 1400€ selon le lieu (mais vous devez remplir toutes les conditions pour y avoir droit).

      Si vous souhaitez réaliser votre IAC dans un autre pays, cela dépend bien entendu du pays mais aussi de la clinique à laquelle vous vous rendrez.

  3. usuario
    sarah ouali

    femme 19 ans célibataire en bonne santé souhaite connaître le prix d’une insémination artificielle par un donneur en France … ??? MERCI

    • avatar
      Virginie SinapinConseillère en fertilité

      Bonjour,

      En France, actuellement, il est impossible d’effectuer un traitement de Procréation Assistée si vous êtes célibataire. Les conditions requises sont que vous soyez hétérosexuelle, en couple avec vie commune d’au moins deux ans (avec preuves à l’appui) et que vous soyez déclarée comme infertile (ou votre conjoint).
      Cependant, d’autres pays voisins (comme l’Espagne, la Belgique,…) permettent aux femmes célibataires d’avoir droit à la PMA.

  4. usuario
    fatima

    Je suis une femme agé de 43 ans j’ai une fille âge de 4 ans. Je n’ai aucun problème ainsi que mon mari (spermogramme normal 15o million sperme /ejacu. J’ai effectué l’insémination artificielle ce jours-là . Est-ce qu’il y a une chance d’être tombée enceinte?

    • avatar
      Florence TabarlyConseillère en fertilité

      Ayant 43 ans, le pronostic n’est pas favorable. À cet âge-là, la réserve ovarienne de la femme est bien plus basse que celle d’une jeune fille. De plus, les chances pour que l’embryon développe une anomalie génétique sont très hautes. Mais il est toujours possible que ça ait marché ! Bonne chance !

  5. usuario
    adevet

    bonsoir; homme agé de 39 ans; ma femme a 36 ans; cohabitation irréguliere pendant 2 ans à cause de mon travail: j’ai une normozoospermie 128 millions spz/ml; avec asthénospermie; on n’arrive pas à avoir un bébé; nous voulons faire une insémination sur cycle naturel; procédure; coût et taux de réussite.
    n.b: bilans sérologiques normaux
    cordialement.

    • avatar
      Virginie SinapinConseillère en fertilité

      Bonjour,

      Si le nombre de spermatozoïdes mobiles est supérieur à 3 millions, vous pouvez en effet essayer une insémination artificielle. Pour le faire avec un cycle naturel, il faut que votre femme ait une bonne réserve ovarienne et qu’elle ovule correctement. Des échographies seront faites pour voir le développement du follicule et quand il va libérer l’ovule, on déposera le sperme préparé dans l’utérus.
      Le prix dépend du pays où cela sera fait (en Espagne entre 600 et 1000 Euros) en étant naturel, vous économisez de l’argent sur les médicaments hormonaux pour la stimulation mais le reste du process est le même.
      Le taux de réussite d’une IA est d’environ 15-20%.

  6. usuario
    amandine

    Bonjour,
    j’ai fait 3 IAD à l’étranger, sans succès et sans stimulation. L’absence de stimulation peut-elle expliquer ces échecs?

    • avatar
      Virginie SinapinConseillère en fertilité

      Bonjour Amandine,

      La stimulation lors des IA augmentent les chances de succès car elles permettent de libérer plusieurs ovules au lieu d’un, ce qui augmente le pourcentage de grossesse.

  7. usuario
    Géraldine

    Bonjour,

    Je suis atteinte de l’endométriose, j’ai 28 ans et je suis célibataire. Je voudrais faire une IAD.
    Pensez-vous que l’IAD puisse réussir?

    • avatar
      Emna MzahConseillère en fertilité

      Bonjour Géraldine,

      Selon une récente étude, l’IA dans le cas des femmes atteintes d’endométriose a un taux de réussite d’environ 11%, par contre la fécondation in vitro a un taux de réussite d’environ 44%, c’est peut-être une solution plus appropriée pour vous !

  8. usuario
    Alex

    Bonjour et merci pour ce site. Il donne des informations précieuses. A 34 ans et demi, 36 pour Monsieur, nous avons voulu avoir un deuxième enfant. Le gynéco nous a dit d’essayer naturellement durant 6 mois. A 35 ans, j’ai entamé les IAC. Un an plus tard, 6ème IAC, toujours le même traitement (Gonal + Ovitrelle), 6ème échec. Nous nous sommes alors tournés vers la FIV : le temps d’avoir complété le dossier et retiré un polype intra-utérin que l’ancien gynéco n’avait pas vu (!!!), nous avons fait la première FIV en janvier 2016 (36 ans et demi). Six follicules prélevés, trois fécondés, deux implantés, un est resté. Grossesse, bonheur… et patatras, arrêt du coeur observé à l’écho des 12 SA, en mars. Après un retour de couches de plus de 7 semaines, la présence de kystes ovariens nous a contraints à attendre septembre pour recommencer (37 ans). Mais cette fois, malgré une stimulation plus forte (450 UI de Gonal/jour au lieu de 300), seuls deux follicules sont arrivés à maturation à J10. Est-ce un “mauvais cycle” accidentel ou le début de la fin, sachant que j’ai désormais 37 ans et déjà subi pas mal de traitements par Gonal (50/jour pour les IAC puis 300/jour pour FIV1 puis 450/jour pour FIV2) ? Dois-je tenter une FIV3 ou tracer définitivement une croix sur ce désir d’enfant ? Quel est votre avis ? Merci d’avance et bonne journée.

    • avatar
      Virginie SinapinConseillère en fertilité

      Chère Alex,
      Cela paraît indiquer une réserve ovarienne plus basse que la normale pour l’âge, sachant que lors de la 1ère FIV, vous n’avez pu avoir que 2 embryons. Celui implanté et dont le coeur s’est arrêté devait avoir un problème génétique, ce qui est habituel lorsque la réserve ovarienne commence à être limitée.
      Lors du second cycle, la réponse est faible malgré l’augmentation de la dose de médicament, ce qui signifie qu’il reste probablement peu d’ovule et de mauvaise qualité. Il est possible de réussir un résultat positif mais le pourcentage de réussite est simplement plus faible. Il faudra évaluer si vous continuez d’essayer avec vos ovules sachant que les probabilités sont faibles ou vous devrez avoir recours au don d’ovocytes.

  9. usuario
    Laren

    Bonjour,

    J’ai 33 ans et suis célibataire. Je souhaiterais avoir recours à une IAD en Espagne ou ailleurs. J’ai eu quelques problèmes dus à l’apparition de fibromes dans mon utérus. Quel est le taux de réussite dans mon cas? Si je dois en faire plusieurs pour avoir un résultat positif, de combien de temps dois-je espacer au min. les IAD?
    Merci pour votre réponse.

  10. usuario
    tita

    Bonjour, j’ai 28 ans, mariée depuis 4 ans mon mari en a 43, nous n’avons toujours pas d’enfants, j’ai des cycles irréguliers + OPK, on a essayé la stimulation ovarienne 4 ou 5 fois mais à chaque fois on devait arrêter le processus parce que trop de follicules et donc risque élevé de grossesse multiple, j’ai aussi un problème d’ovulation, je n’ovule pas tout le temps, on a essayé 1 FIV, négatif, qu’est-ce que vous me conseillez de faire? J’aimerais consulter dans le centre de malaga vu que c’est la plus proche de mon pays, mais je ne connais ni le coût ni vers quelle option on va m’orienter, merci pour votre aide.

    • avatar
      Isabelle GuttonConseillère en fertilité

      Bonjour tita,

      Le traitement que l’on vous recommandera va dépendre des examens réalisés et du diagnostic final. Dans votre cas, à cause de l’irrégularité de votre ovulation, associé au syndrome des ovaires polykystiques que vous mentionnez, il est possible que les spécialistes tentent de contrôler vos cycles pour obtenir une ovulation, à moins qu’ils ne décident de tenter directement la FIV. Que vous ayez subi un premier échec n’empêche pas une grossesse à la deuxième ou troisième tentative, alors ne perdez pas espoir !
      Le prix sera fonction du traitement que vous réaliserez au final. À titre indicatif, sachez qu’une FIV en Espagne coûte entre 3 000 y 5 000 euros. Nos partenaires espagnols proposent des réductions. Veuillez suivre ce lien: Réductions pour traitements de FIV/ICSI. Cela vous permettra de vous faire une idée et peut-être de bénéficier d’une remise sur le traitement que vous pourriez réaliser dans l’un des centres présents sur Malaga.

      Bonne chance

Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.   Accepter