Insémination artificielle du Conjoint (IAC)

L’insémination artificielle du conjoint (IAC), également appelée insémination artificielle homologue (IAH) est un type d’insémination artificielle dans laquelle le sperme utilisé est celui du partenaire ou conjoint.

C’est le type d’insémination le plus utilisé puisqu’il existe beaucoup de couples ayant des problèmes pour obtenir une grossesse qui, grâce à cette technique simple et la moins invasive des techniques de procréation assistée, réussissent à l’obtenir.

spermatozoïdes colorés

Le procédé de l’IAC consiste à stimuler la femme de manière douce et contrôlée pour que se produise plus d’un ovule, et le sperme du partenaire se prépare en laboratoire de telle sorte que seuls les meilleurs spermatozoïdes soient utilisés. Ces spermatozoïdes sélectionnés sont insérés dans une canule et introduits dans l’utérus de la femme lorsqu’elle a ovulé afin d’augmenter les probabilités que se produise la fécondation.

Taux de grossesse

Le succès de l’IA se détermine par l’obtention de la grossesse. Les probabilités d’obtenir une grossesse lors d’une IAC avec un seul cycle varient de 15 à 25% selon le centre et les conditions de fertilité des deux membres du couple.

Si la première fois le résultat est manqué, il est conseillé d’effectuer un autre cycle d’insémination artificielle. De nombreuses études démontrent qu’il est recommandé de réaliser jusqu’à 4 inséminations suivies pour augmenter les probabilités de réussite, faire un cinquième essai n’aurait aucun sens car les probabilités de grossesse n’augmenteraient pas plus. Si la conception n’a pas été obtenue, il est conseillé de passer à une autre technique de procréation assistée.

Le taux de l’IA est cumulatif comme suit :

  • Un cycle d’IA : le taux de grossesse se situe entre 15-25%.
  • Deux cycles d’IA: 30-35%.
  • Trois cycles d’IA: 38-42%.
  • Quatre cycles d’IA: entre 50-60% de taux de grossesse.

Insémination d'un ovule

Il est frustrant pour beaucoup de couples qui suivent le traitement de ne pas obtenir de grossesse à la première insémination artificielle, c’est pour cela qu’ils peuvent être déçus et décider d’abandonner. L’objectif principal des experts est de faire comprendre aux patients l’importance d’effectuer jusqu’à quatre inséminations à la suite pour que puisse se réaliser le souhait d’être parents. La lutte contre l’infertilité est longue et compliquée, il ne faut pas abandonner.

2 comments

  1. usuario
    Larfi Malika

    Bonjour je suis âgée de 47 ans je suis Mariée depuis 18 j’ai pas d’enfants à ce jour. Si je fais une insémination est-ce que ça va être difficile merci de me confirmer ça.

    • avatar
      Jessica EscuderoConseillère en fertilité

      Bonjour Malika,

      L’insémination artificielle (IA) est une technique de procréation assistée simple et économique par laquelle les spermatozoïdes sont introduits de forme non naturelle dans l’utérus de la femme en attente que la fécondation se produise et donne lieu à la grossesse. Il s’agit d’un procédé indolore. La fécondation de l’ovocyte par le spermatozoïde se produit dans les trompes de Fallope, exactement comme lors d’une grossesse naturelle. La différence réside dans le mode d’introduction des spermatozoïdes dans l’organe reproducteur féminin.

      Il est tout à fait possible d’effectuer une insémination artificielle à l’âge de 47 ans, si tous les critères entrent dans cette indication (réserve ovarienne suffisante, et bonne qualité séminale pour votre conjoint) . Mais il y a tout de même deux petites réserves : celle-ci ne sera pas prise en charge par la sécurité sociale en France (qui la prend en charge jusqu’à 42 ans) et le taux de réussite est relativement bas à cet âge.

      Dans tous les cas, vous devrez consulter un médecin qui saura vous indiquer la meilleure solution pour vous. Je vous recommande la lecture de cet article: L’insémination artificielle.

      Bonne journée et bon courage,