Par Andrea Rodrigo (embryologiste).
Dernière actualisation: 25/07/2016

L’insémination artificielle (IA) est une procédure de procréation assistée simple qui consiste à introduire le sperme traité au laboratoire directement dans l’utérus de la femme pour réduire le parcours que doivent effectuer les spermatozoïdes et faciliter ainsi la fécondation.

On utilise en principe le sperme du couple, mais si cela n’est pas possible en raison d’échecs lors de traitements antérieurs, on peut employer le sperme d’un donneur.

Conditions des donneurs de sperme

La loi tchèque 227/2006 qui réglemente la procréation assistée dispose que pour qu’un homme puisse être donneur de sperme, il doit remplir un certain nombre de conditions :

  • Avoir entre 18 et 40 ans
  • Subir une série d’analyses et examens médicaux qui garantissent son état de santé
  • Avoir une bonne qualité séminale
  • Signer un consentement éclairé

Le don de gamètes doit être anonyme dans ce pays. Cela suppose que les proches du couple qui va réaliser le traitement ne peuvent pas être donneurs étant donné que l’identité du donneur doit être inconnue pour le couple récepteur, ainsi que l’identité du couple pour le donneur.

La loi exige aussi que ce soit un don altruiste, c’est-à-dire, que le donneur ne soit pas rémunéré pour le service. Les seules dépenses qui peuvent être compensées sont celles dérivées du recueil des gamètes et des examens médicaux qu’il doit subir.

De plus, la clinique ou le centre dans lequel on réalise le don doit conserver l’information sur la santé du donneur pendant un délai de 30 ans à partir de la réalisation du traitement avec les spermatozoïdes donnés.

Ainsi, si l’enfant issu du don rencontre un problème de santé important, on pourra accéder à cette information même si l’identité du donneur ne sera pas révélée.

Quand réaliser une IA avec don de sperme

En République tchèque, on peut recourir à l’insémination artificielle avec du sperme de donneur dans les cas suivants :

  • Facteur masculin grave
  • Maladies sexuellement transmissibles
  • Altérations génétiques susceptibles d’être transmises à la descendance

Les femmes sans partenaire masculin, aussi bien les célibataires que les couples homosexuels, ne peuvent réaliser aucun des traitements de procréation assistée dans ce pays.

L’insémination artificielle n’est pas le traitement le plus conseillé dans toutes les situations, la femme doit en effet remplir un ensemble de conditions pour assurer une probabilité de succès minimale du traitement.

On ne conseille généralement pas de réaliser une insémination artificielle quand la femme a plus de 35 ans puisque le taux de succès chute considérablement.

La femme doit avoir une bonne réserve ovarienne, c’est-à-dire, une bonne quantité d’ovocytes. Si ce n’est pas le cas, il sera plus difficile d’obtenir une ovulation adéquate et la probabilité que ces ovocytes rencontrent les spermatozoides sera moindre.

Pour que l’ovocyte et le spermatozoïde se rencontrent, il est indispensable que les trompes de Fallope soient perméables, car si elles sont obstruées, les spermatozoïdes ne pourront pas passer et la fécondation n’aura pas lieu.

Si ces conditions ne sont pas remplies, les chances de succès diminuent nettement, malgré la bonne qualité du sperme qui provient d’un donneur. On conseille dans ce cas-ci de réaliser un traitement de fécondation in vitro.

Procédure d’insémination

Le processus commence avec une légère stimulation ovarienne. On prétend obtenir avec celle-ci la maturation d’un follicule ou deux, puisque si davantage d’ovocytes murissent, la probabilité d’une grossesse multiple augmente de manière remarquable.

Pendant la stimulation, il faut pratiquer un ensemble de contrôles échographiques pour surveiller la maturation des follicules. L’insémination peut être pratiquée une fois qu’on observe qu’au moins un follicule a atteint la taille de 16-18 mm.

36 heures avant de réaliser l’insémination, la femme doit s’injecter l’hormone hCG pour favoriser la maturation finale et déclencher l’ovulation.

Pour réaliser l’insémination, le sperme doit être capacité en stimulant la mobilité des spermatozoides pour augmenter les probabilités de succès. Une fois qu’on a fait ceci, on peut charger la canule d’insémination, qui est introduite dans l’utérus de la patiente pour y déposer le sperme capacité.

La femme doit rester au repos pendant 15-20 minutes, après quoi elle peut mener une vie normale. Le test de grossesse est réalisé environ 15 jours après à travers une analyse du dosage de béta hCG dans le sang

Auteurs et collaborateurs

 Andrea Rodrigo
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) d'un Master Universitario en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée, par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Diplômée comme Expert en Génétique Médicale. Plus d'informations

Un commentaire

    1. kevin46645

      Je n’ai jamais compris pourquoi vouloir que le don soit toujours anonyme, c’est aux parents et au donneur de décider ça, pourquoi une loi pour interdire une chose pareille ?