Docteur / spécialiste: Andrea Rodrigo.
Dernière actualisation: 03/02/2016

L’insémination artificielle est un processus simple de procréation assistée lors duquel le gynécologue dépose un échantillon de sperme, généralement traité, dans l’utérus de la femme en espérant que la fécondation ait lieu dans les trompes de Fallope.

L’insémination peut être réalisée avec le sperme du conjoint ou avec le sperme d’un donneur. Le don de sperme est nécessaire dans les cas suivants :

  • Absence de partenaire masculin (femmes célibataires ou couples lesbiens).
  • Facteur masculin sévère.
  • Maladie sexuellement transmissible. Il n’est pas possible de garantir l’absence d’infection même en procédant à plusieurs lavages de sperme.
  • Altération génétique susceptible d’être transmise à la descendance.

En cas d’utilisation de sperme de donneur, il est important de savoir que la loi grecque sur les Techniques de Procréation Humaine Assistée (loi 3305/2005) insiste sur le fait que le don doit être un acte anonyme, par conséquent, la clinique de fertilité se chargera de sélectionner le donneur. Le nombre de dons est limité à 10 naissances par donneur.

Conditions requises pour le don

Pour pouvoir réaliser une insémination artificielle avec don de sperme il est essentiel que la femme présente une bonne perméabilité tubaire. Si les trompes de Fallopes sont bouchées, il sera impossible de tomber enceinte avec l’insémination artificielle, même si le sperme du donneur est de bonne qualité.

Il est également fondamental que la femme ait une bonne réserve ovarienne, des ovulations normales et qu’elle n’ait pas de problèmes utérins.

Quant aux conditions requises pour être donneur de sperme, l’échantillon de sperme doit présenter des valeurs minimales de spermatozoïdes. Bien que ce critère puisse varier d’un laboratoire à un autre, en général, il est nécessaire de récupérer 3 millions de spermatozoïdes mobiles progressifs (REM) par millilitre de sperme capacité.

Étant donné que c’est le propre spermatozoïde qui doit traverser les barrières du tractum reproducteur féminin, atteindre l’ovocyte et le féconder, il est essentiel que l’échantillon de sperme soit de très bonne qualité, non seulement en termes de nombre de spermatozoïdes mais aussi en termes de mobilité, de pH, de morphologie, etc.

Il est également important de signaler que l’échantillon de sperme doit résister à l’épreuve de décongélation. La loi grecque 3305/2005 interdit l’utilisation de sperme frais quand il s’agit d’un don, et ce afin d’éviter la transmission de maladies sexuellement transmissibles (MST).

En plus de l’analyse séminale, les donneurs sont soumis à plusieurs examens médicaux et psychologiques qui garantissent l’absence de toute maladie génétique et infections susceptibles d’être transmises à la descendance et qui évaluent la capacité des candidats pour le processus de don de sperme.

Processus d’insémination

Premièrement, la femme est soumise à une légère stimulation ovarienne contrôlée. L’objectif est de parvenir à ce que la femme produise entre 1 et 2 ovocytes matures lors du même cycle. Ainsi, nous augmentons les chances de grossesse en contrôlant les risques de grossesse multiple.

Si les patientes qui ont recours à l’insémination artificielle en Grèce sont des patientes étrangères, certains centres leur permettent de commencer la stimulation en leur pays d’origine et de ne se rendre en Grèce que quelques jours avant l’insémination. Toutefois, cela n’est pas toujours possible car de nombreux gynécologues préfèrent contrôler eux-mêmes la stimulation pour un meilleur suivi de la technique.

Quand les follicules (petites « poches » dans lesquelles se trouvent les ovocytes) présentent une taille optimale, la femme reçoit une injection de hCG. Ce traitement déclenchera l’ovulation 36 heures après avoir été administré. Par conséquent, c’est à ce moment-là qu’aura lieu l’insémination, augmentant ainsi les chances de fusion entre l’ovocyte et le spermatozoïde.

Le jour même de la programmation de l’ovulation et donc de la stimulation, l’échantillon de sperme sera décongelé puis traité grâce à la méthode de la capacitation. L’objectif de cette technique est de concentrer l’échantillon de sperme en spermatozoïdes de la meilleure qualité.

L’échantillon de sperme capacité sera aspirer à l’aide d’une seringue spéciale puis sera introduit et déposé dans le fond de l’utérus de la femme. Il s’agit d’un processus simple et indolore. Après 15 minutes, la femme peut reprendre une activité normale et faire un test de grossesse entre 13 et 17 plus tard.

Auteurs et collaborateurs

Embryologiste spécialiste en Médecine Reproductive
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) d'un Master Universitario en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée, par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Diplômée comme Expert en Génétique Médicale.
Embryologiste spécialiste en Médecine Reproductive. Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) d'un Master Universitario en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée, par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Diplômée comme Expert en Génétique Médicale.

Un commentaire

  1. usuario
    Petite Monroe

    Il se trouve que mes trompes ne sont pas perméables selon le gynéco. Je ne peux donc pas faire l’insémination ? Quelle technique est faisable alors, la FIV?