Quand faire une FIV ICSI? – Principales indications

L’injection intra-cytoplasmique de spermatozoïde, connue comme ICSI à cause de l’acronyme anglais intracytoplasmic sperm injection, est une technique de PMA fréquemment utilisée pour féconder les ovocytes en laboratoire lors d’un traitement de fécondation in vitro (FIV).

Auparavant, il était habituel de féconder les ovules par une méthode de FIV classique : les ovocytes et les spermatozoïdes étaient mis à incuber ensemble pendant quelques heures jusqu’à ce qu’ils s’unissent. Aujourd’hui, on utilise de plus en plus systématiquement la FIV ICSI, même quand les patients n’en tirent pas forcément un bénéfice avéré.

Malgré cela, parfois, il existe vraiment une indication pour l’ICSI, car elle offre de meilleurs taux de réussite que la FIV conventionnelle, surtout lorsqu’il y a de graves problèmes d’infertilité.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Infertilité masculine

La mauvaise qualité du sperme est l’une des principales raisons pour lesquelles recourir à une ICSI au cours d’un traitement de procréation médicalement assistée.

L’avantage qu’offre l’ICSI face à un facteur de stérilité masculine, qu’il soit modéré ou sévère, est de pouvoir choisir le meilleur spermatozoïde pour féconder l’ovocyte.

Par conséquent, les indications pour une ICSI par rapport à l’infertilité masculine sont les suivantes :

Dans les cas les plus légers, il faudra évaluer s’il faut faire une FIV conventionnelle ou une ICSI. Dans les cas les plus graves, l’ovule pourra seulement être fécondé par la micro-injection d’un spermatozoïde dans son intérieur.

Soulignons que, face à une absence totale de spermatozoïdes dans l’éjaculat, les spermatozoïdes pour réaliser l’ICSI devront être obtenus au préalable par une biopsie testiculaire ou ponction épididymaire, ce qui serait possible s’il s’agit d’un cas d’azoospermie obstructive.

Quand l’azoospermie est sécrétoire, les spermatozoïdes ne vont pas pouvoir se former. Par conséquent, la seule option de l’homme pour avoir un enfant va être le recours à un don de sperme.

D’autres indications pour réaliser une ICSI par rapport à des problèmes d’infertilité chez l’homme sont les suivantes :

Anéjaculation ou éjaculation rétrograde
les spermatozoïdes peuvent être obtenus dans l’urine
Hommes avec des maladies infectieuses
comme le VIH ou l’hépatite
Échantillon de sperme utilisable
sperme préalablement congelé des patients traités par radiothérapie/chimiothérapie ou des hommes qui ont eu recours à la vasectomie

Si vous voulez en lire plus à ce sujet, vous pouvez consulter l’article suivant : Qu’est-ce qui cause la stérilité masculine ?

Infertilité féminine

Il est plus rare de se trouver face à une indication féminine spécifique pour la FIV ICSI. Nous pouvons cependant nommer les cas suivants :

Au cas où peu d’ovocytes sont obtenus, ou s’il s’agit d’ovocytes de mauvaise qualité, la raison d’avoir recours à l’ICSI est de s’assurer que la fécondation va bien avoir lieu.

Lorsque la zone pellucide est plus épaisse que la normale, il sera compliqué pour les spermatozoïdes de réussir à traverser l’ovule par leurs propres moyens au cours d’une FIV conventionnelle. Par conséquent, une micro-injection s’avère nécessaire. Les embryons résultant de cette fécondation auront probablement besoin également d’une éclosion assistée (assisted hatching).

Vous trouverez la clinique qui s’adapte le mieux à vos besoins pour un traitement de FIV ICSI à l’étranger en remplissant le formulaire : Coût des traitements de PMA et de don d’ovocytes.

Vous pourrez entrer en contact avec différentes cliniques de PMA, gratuitement et sans engagement.

Autres indications

Il y a d’autres indications suivant lesquelles le recours à l’ICSI est nécessaire, que ce soit pour des raisons de stérilité ou parce que les conditions du traitement le requièrent. Nous vous énumérons quelques exemples ci-dessous :

  • Échecs de fécondation
  • Échecs préalables d’insémination artificielle
  • Échecs préalables de FIV standard ou traditionnelle
  • Infertilité d’origine immunologique par des anticorps anti-sperme
  • ICSI de sauvetage après échec total de fécondation en cycle de FIV
  • Dans les cas de maturation in vitro des ovocytes
  • Lorsqu’un DPI (diagnostic préimplantatoire) va être réalisé
  • Lorsqu’il y recours à des ovocytes ou du sperme provenant de donneurs
  • En cas de décongélation des ovocytes

Dans le cas du DPI, les ovocytes sont systématiquement fécondés par ICSI afin d’éviter que des cellules de granulosa restent collées à sa superficie, car elles pourraient contaminer le blastomère prélevé par biopsie et provoquer ainsi une erreur de diagnostic.

Par ailleurs, lorsque les ovocytes ont été vitrifiés puis décongelés, il est également nécessaire de pratiquer une injection intra-cytoplasmique de spermatozoïde car les ovocytes se retrouvent dépourvus de leur enveloppe de cellules de granulosa.

Avant de réaliser une ICSI ou de vitrifier des ovocytes, il est nécessaire d’éliminer les cellules du cumulus ou cellules de la granulosa du cumulus oophorus qui l’entourent.

Pour toutes ces raisons que nous avons commenté, la technique de l’ICSI est celle qui a rendu possible la préservation de la fertilité des femmes ou auto-conservation des ovocytes. En effet, si les ovules ne pouvaient pas être fécondés par ICSI, il ne servirait à rien de les vitrifier à l’avance.

Vos questions fréquentes (FAQ)

Y a-t-il un meilleur taux de réussite avec une FIV ICSI qu’avec une FIV conventionnelle ?

En principe, la FIV par injection intra-cytoplasmique de spermatozoïde présente de meilleures chances de grossesse qu’une FIV classique. Cependant, cela dépend aussi beaucoup de la cause de la stérilité et de l’habileté de l’embryologue pour pratiquer la micro-injection du spermatozoïde dans l’ovule. Il est essentiel que le personnel du laboratoire ait beaucoup de pratique et d’expérience pour pouvoir réaliser correctement cette technique.

Un homme souffrant de tératospermie peut-il faire une ICSI ?

Oui. C’est d’ailleurs l’une des indications masculines du recours à l’ICSI, car la technique permet de sélectionner le spermatozoïde pourvu de la meilleure morphologie pour l’introduire dans l’ovocyte. De plus, pour les cas de tératozoospermie sévère, il existe une technique améliorée de l’ICSI appelée IMSI, qui permet d’observer les spermatozoïdes plus en détail.

Vous trouverez des informations sur ce sujet en lisant l’article suivant : Qu’est-ce que la FIV IMSI ?

La FIV ICSI est-elle indiquée en cas d’asthénospermie ?

Oui. L’ICSI s’utilise aussi pour les cas sévères d’asthénozoospermie, c’est-à-dire quand les spermatozoïdes manquent de mobilité. S’il est impossible de trouver un spermatozoïde mobile, on pourra en injecter un immobile. La fécondation sera possible pourvu que le spermatozoïde soit vivant et que son ADN soit intact.

Quelles sont les étapes à suivre pour une FIV ICSI ?

Du point de vue des patients, les étapes à suivre sont exactement les mêmes que pour une FIV conventionnelle : stimulation ovarienne, ponction folliculaire, recueil des spermatozoïdes, fécondation en laboratoire, culture des embryons et transfert embryonnaire.

La seule différence a trait au travail de l’embryologue, lors du processus suivi pour la fécondation en laboratoire.

Pour connaître le détail du processus, veuillez consulter l’article suivant : Processus de la FIV ICSI.

La rédaction vous recommande

Comme mentionné plus haut, l’ICSI est principalement recommandée en cas de stérilité masculine due à un facteur spermatique. Pour en savoir plus sur le sujet, vous pouvez vous référer à l’article suivant : Stérilité masculine.

Vous désirez mieux connaître la technique de l’ICSI ? Nous vous suggérons de lire le post suivant : Qu’est-ce que l’ICSI (injection intra-cytoplasmique de spermatozoïde) ?

Il est parfois difficile de se décider entre une FIV conventionnelle ou une ICSI. Pour pouvoir se décider, nous vous suggérons de comparer les deux articles suivants :

2 commentaires

  1. Top commentaires
    avatar
    Lisette

    Bonjour. Dans mon cas, on m’a prélevé 9 ovocytes matures et on m’en a fécondé un seul par FIV classique. Les autres ont été congelés. L’embryon obtenu n’était pas de bonne qualité. Pour le deuxième essai, la clinique m’a dit qu’elle va tenter l’ICSI. Ma question est: Pourquoi ils n’ont pas fait l’ICSI dès le premier essai? Et y a-t-il des chances que cette méthode donne de meilleurs résultats (le spermogramme de mon mari est correct). J’ai du mal à comprendre les décisions de la clinique. Merci de m’éclairer un peu.

    • avatar
      Isabelle GuttonConseillère en fertilité

      Bonjour Lisette,

      Le spermogramme de votre mari étant normal, le spécialiste aura probablement pensé qu’une FIV conventionnelle serait suffisante mais, après ce premier échec de FIV, il aura décidé de tenter une technique différente. Comme nous l’indiquons dans cet article, l’ICSI est parfois utilisé sans indication spécifique.

      Avez-vous pu discuter directement avec le médecin au sujet de la pertinence des techniques employées ? Il saura probablement mieux vous expliquer les raisons de ses choix.

      Bonne journée et bonne chance pour la suite.

    Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.