Par Zaira Salvador (embryologiste) et Dr. Carmen Ochoa Marieta (gynécologue).
Dernière actualisation: 27/08/2018

L’IMSI est une technique dérivée de l’injection intra-cytoplasmique de spermatozoïdes, également appelée ICSI, qui elle-même est une variante de la technique de fécondation in vitro.

Ses sigles signifient Injection Magnifiée de Spermatozoïdes.

Elle permet de réaliser une fécondation in vitro après une sélection morphologique des spermatozoïdes mobiles avant d’être introduits dans l’ovule.

Cette nouvelle technique présente de nombreux avantages, notamment dans le cas de la tératospermie, lorsque la majorité des spermatozoïdes présentent une forme atypique.

Comment fonctionne une IMSI?

Le développement des techniques de procréation médicalement assistée (PMA) n’a cessé de croître au cours des dernières années, et de nouvelles techniques sont apparues afin d’augmenter le taux de réussite de ce type de traitements.

Le protocole de la FIV IMSI fait partie des nouvelles techniques qui utilisent une association de moyens pour pouvoir visionner les spermatozoïdes à un grossissement plus important, en haute résolution, grâce à une lentille de microscope très précise.

Elle permet un grossissement de plus de 6 000 fois par rapport à l’ICSI traditionnelle, dont le grossissement est de 400.

Grâce à cette technique, on peut observer en détail la structure des spermatozoïdes et localiser les défauts au niveau de la tête, du flagelle ou du collet.

Le MSOME (Motile Sperm Morphology Examination) permet de définir l’état morphologique de six organelles cellulaires parmi lesquels l’acrosome, les mitochondries du noyau du spermatozoïde et la cape post-acrosomiale.

Cet examen est également connu comme examen ultra-morphologique des spermatozoïdes.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), voici les critères d’un spermatozoïde qui présente une excellente morphologie:

  • Tête ovale
  • Flagelle droite
  • Noyau fixe
  • Couleur transparente

De plus, les spermatozoïdes doivent posséder un acrosome intact et ne doivent présenter aucune vacuole.

Actuellement, la technique la plus utilisée lors des traitements de fécondation in vitro (FIV) est l’ICSI. On y a particulièrement recours dans des cas de facteur masculin sévère, lorsque l’homme présente des spermatozoïdes lents et peu nombreux ou avec une mauvaise morphologie.

Cependant, la technique ICSI reste relativement subjective car chaque spécialiste choisit les spermatozoïdes selon ses propres critères en observant leur tête, leur flagelle et leur collet.

Grâce à l’apparition de la technique IMSI et les améliorations qu’apporte le processus d’analyse et de sélection des spermatozoïdes, le taux de grossesse a augmenté dans les cas d’infertilité masculine.

En effet, tous les spermatozoïdes qui présentent une mauvaise morphologie, bien qu’ils soient en capacité de féconder l’ovule, peuvent provoquer des anomalies lors de la nidation et donc un risque de fausse couche. Ils sont donc exclus du processus en choisissant uniquement ceux qui présentent une meilleure morphologie spermatique.

Quand la faire?

Le facteur masculin est l’une des causes les plus fréquentes d’infertilité. La qualité séminale d’un homme est considérée comme insuffisante lorsqu’il présente peu de spermatozoïdes dans l’éjaculat, lorsque les spermatozoïdes sont lents ou leur morphologie est anormale.

L’IMSI est particulièrement recommandée quand le paramètre de morphologie est altéré, c’est ce qu’on appelle la tératospermie.

Une ultra-morphologie spermatique est considérée comme normale en l’absence de vacuole occupant plus de 4 % du noyau spermatique. La sélection des spermatozoïdes présentant la meilleure morphologie suppose des taux de réussite plus élevés chez les patients qui rencontrent des problèmes d’infertilité.

De plus, l’IMSI est conseilée dans les cas suivants:

  • Échecs de fécondation par ICSI
  • Embryons de mauvaise qualité qui ont arrêté leur développement
  • Échecs de nidation
  • Cas d’oligoasthénotératozoospermie sévère
  • Fragmentation élevée de l’ADN spermatique
  • Stérilité de longue date d’origine inexpliquée

L’IMSI n’est pas la technique utilisée par défaut par les laboratoires et elle n’est pas fréquente. Elle est employée dans des cas concrets, car son coût est élevé et elle n’est pas toujours avantageuse.

Avantages

L’avantage principal de l’IMSI est la visualisation détaillée du spermatozoïde, car il peut se voir grâce à un grossissement de 6 300 fois. Cela fait de l’IMSI une technique 15 fois plus efficace que l’ICSI par rapport au système optique.

De plus, l’IMSI permet une sélection des spermatozoïdes vivants en temps réel. Ainsi, il n’est pas nécessaire d’utiliser des teintes spécifiques qui pourraient causer des dommages sur les gamètes masculins.

En observant les spermatozoïdes avec autant de détail, les spécialistes peuvent exclure ceux qui présentent des défauts de la tête, du collet ou du flagelle, ce qui est associé à une fragmentation de l’ADN.

La technique IMSI a réussi à augmenter le taux de fécondation et de grossesse, et a également réduit le risque de fausse couche.

La PMA, comme tout traitement médical, exige que vous fassiez confiance au professionnalisme des médecins et de la clinique que vous avez choisis. Évidemment, tous ne sont pas identiques. "Le Calculateur" sélectionne les cliniques les plus avantageuses pour vous selon nos critères de qualité rigoureux. De plus, le système effectue une comparaison des prix et des conditions offertes par les différentes cliniques afin de faciliter votre prise de décision.

Enfin, il vous dira si ces cliniques offrent des prix spéciaux ou des promotions dont vous pouvez bénéficier.

Inconvénients

Malgré les bénéfices que cette technique représente, il existe également deux inconvénients évidents qui rendent difficile son expansion généralisée:

  • La durée moyenne du processus, qui oscille entre 1,5 et 5 heures.
  • Son tarif élevé la rend peu fréquemment utilisée en laboratoire de FIV.

Elle est seulement conseillée pour des personnes ayant une qualité de spermatozoïdes très faible et dans des cas récidivants d’échecs de FIV ou d’ICSI.

Malgré les évidences existantes, des recherches sur des échantillons de plus grandes tailles sont nécessaires pour démontrer l’efficacité clinique de l’IMSI et mieux définir ses indications.

Vos questions fréquentes

Quelle différence y a-t-il entre l’IMSI et l’ICSI conventionnelle ?

Par Dr. Carmen Ochoa Marieta (gynécologue).

Les deux techniques sont des techniques de laboratoire qui consistent à injecter un spermatozoïde dans l’ovocyte. Ces spermatozoïdes sont sélectionnés selon des critères morphologiques évalués au microscope.

Lors d’une IMSI, le microscope a un grossissement de 8000 et lors d’une ICSI, de 400, la différence fondamentale entre les deux techniques réside dans la sélection du sperme en fonction de la morphologie.

Comment améliorer la morphologie des spermatozoïdes ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Il a été confirmé que des anomalies chez les spermatozoïdes provoquées par une augmentation de la température sont réduites une fois que l’exposition à la chaleur est éliminée ou diminuent en améliorant leur morphologie.

Pour assurer une température fraîche adéquate au scrotum, il est recommandé d’éviter les bains chauds et saunas, de porter des boxers (et non des slips) et des pantalons amples, d’essayer de ne pas parcourir de grandes distances en vélo, d’éviter l’utilisation d’ordinateur portable directement sur les genoux.

L’alimentation joue également un rôle important. Certaines vitamines et minéraux, en particulier le sélénium, peuvent avoir un effet positif sur la morphologie des spermatozoïdes. Nous le trouvons dans les noix du Brésil, les noix, le thon, le bœuf, le poulet, les œufs et le fromage.

L’IMSI est-elle remboursée en France ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

En France, les techniques de PMA sont prises en charge à 100 % sous certaines conditions. La Sécurité Sociale ne prend en charge que les patientes âgées de moins de 43 ans au jour de la ponction folliculaire et permet le remboursement de 4 tentatives de FIV.

Cependant, l’IMSI est considérée comme une technique additionnelle et optionnelle, et n’est pas prise en charge dans le cadre d’une FIV. Son coût complet reste à votre charge, entre 150 et 200 €.

Quelles sont les statistiques de la FIV IMSI ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Chez les femmes de moins de 35 ans avec une bonne réponse au traitement (plus de 8 ovocytes matures), la FIV classique offre des résultats de près de 40 % de tests de grossesse positifs par cycle et, quand on effectue jusqu’à 4 tentatives, le taux de grossesse peut être supérieur à 50-60 %.

Entre 35 et 37 ans, ce taux de réussite chute à 35 %. Il n’est que de 25 % chez les femmes de 38-40 ans. A partir de 40 ans, le taux de réussite oscille entre 10 et 13 %.

L’ICSI et l’IMSI ne donnent pas plus de résultats positifs que la FIV. On a donc normalement recours à une IMSI dans les cas où plusieurs FIV et ICSI ont échoué, quand le taux de fécondation est faible ou si les caractéristiques du sperme le nécessitent.

La rédaction vous recommande

Nous avons évoqué la tératospermie comme la principale indication pour qu’un couple ait recours à la technique IMSI. Si vous voulez en savoir plus sur ce sujet, cliquez ici: Qu’est-ce que la tératospermie?

Selon l’OMS, le spermogramme permet d’évaluer la fertilité masculine de manière objective car il permet de détecter des problèmes de fonction testiculaire. Pour avoir plus d’informations, vous pouvez cliquer ici: Qu’est-ce qu’un spermogramme?

L’ICSI reste actuellement la technique la plus utilisée dans les laboratoires de FIV. Voici ses aspects les plus importants: L’ICSI.

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.

Auteurs et collaborateurs

 Zaira Salvador
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) et embryologiste spécialiste en Médecine Reproductive, Master en Biotechnologie de la Procréation Assistée par l'Universidad de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Plus d'informations
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 3185-CV
Dr. Carmen Ochoa Marieta
Diplômée en médecine de l'Université du Pays basque, avec un doctorat en médecine et chirurgie de l'Université de Murcie. Il dirige actuellement l'Unité de reproduction assistée du Centre d'études sur la reproduction (CER SANTANDER) à Santander et l'Unité de diagnostic de la médecine de reproduction à Bilbao. Plus d'informations
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 484805626