Par Cristina Mestre (embryologiste).
Dernière actualisation: 05/01/2015

De nouvelles images nous permettent de voir comment l’endomètre effectue des mouvements pour maintenir l’embryon à l’intérieur de la cavité utérine et empêcher son expulsion et faciliter son implantation à l’endroit le plus adéquat.

L'utérus déplace les embryons pour faciliter leur implantation

Lors du congrès Alpha Conference de Londres en 2012, l’Institut Marquès a presenté une vidéo qui montre l’activité de l’utérus lors de la réception des embryons après la Fécondation In Vitro. Sur les images, on observe les mouvements de l’endomètre (la couche interne de l’utérus) qui permettent aux embryons de se positionner, indépendamment de l’endroit où le gynécologue les a déposés.

Examen des échographies

Pour l’étude, les images d’échographies de 18 patientes ont été enregistrées pendant et après le transfert d’embryons, après une fécondation in vitro. Les vidéos ont été répétées toutes les heures pendant quatre heures après le transfert.

Le Dr. Marisa López-Teijón, directrice de Procréation Assistée de l’Institut Marquès et auteure de l’étude, explique que “ce travail montre que l’endroit de la cavité utérine où l’on dépose les embryons n’est pas aussi important qu’on ne le pensait; l’utérus se charge de les placer à l’endroit le plus adéquat”.

Sur les premières images, on observe comment la microgoutte avec les embryons passe à travers le cathéter et se dépose délicatement à 1, 2 ou 3 cm du fond de l’utérus.

Echographie du transfert d'embryon

Dans les échographies suivantes, la microgoutte se déplace dans la cavité endométriale, avec des mouvements ondulatoires, vibratoires, lents, rapides et avec des phases de repos.

La goutte avec les embryons se dirige vers le fond de l'utérus

Dans tous les cas, après une heure, on constate que les embryons ont changé de position par rapport au fond de l’utérus où ils s’étaient initialement déposés, que ce soit à 1, 2 ou 3 cm du fond.

Goutte d'embryons dans le fond de l'utérus

Cette découverte prouve qu’il n’est pas nécessaire que la patiente garde le repos absolu et permet de modifier la recommandation médicale que l’on donnait aux patientes après un transfert d’embryons. Cela permet donc de diminuer le stress des patientes qui, après un tel traitement, ont peur d’expulser les embryons si elles bougent.

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Auteurs et collaborateurs

 Cristina Mestre
Embryologiste
Diplômée en Sciences Biologiques, Génétique et Procréation Médicalement Assistée par l'Universidad de Valencia (UV). Master Universitaire en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée par l'UV avec l'lnstituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Embryologiste à IVI Barcelona. Plus d'informations
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.