Par Zaira Salvador (embryologiste) et Dr. Óscar Oviedo Moreno (gynécologue).
Dernière actualisation: 02/10/2018

L’hystérosalpingographie, aussi appelée hystérographie, est un examen gynécologique qui sert à étudier l’architecture de la cavité utérine et des trompes de Fallope, ainsi que leur perméabilité.

Les patientes qui ont recours à la procréation médicalement assistée (PMA) doivent passer par cet examen pour évaluer s’il existe un facteur utérin ou tubaire qui empêche la grossesse.

Examens de fertilité

Lorsqu’un couple ou une femme qui rencontrent des problèmes de fertilité consultent un centre de PMA pour la première fois, le spécialiste évalue les différents aspects de la vie reproductive. Par exemple, s’il y a déjà des enfants dans le couple, depuis combien de temps ils essaient d’avoir un enfant, etc.

Selon l’information recueillie, l’homme et la femme seront soumis à une série d’examens pour analyser l’état de leur fertilité.

Parmi les examens de fertilité, on retrouve l’hystérosalpingographie, aussi appelée hystérographie. Cet examen crée souvent une appréhension chez les femmes en raison des gênes qu’il provoque pendant sa réalisation et lors de la récupération. Cependant, elle est très utile aux médecins pour déterminer les causes d’infertilité et le traitement possible pour tomber enceinte.

D’autres examens peuvent être sollicités comme une échographie et un bilan hormonal, qui informe sur la réserve ovarienne et la capacité d’ovulation de la femme.

Indications de l’hystérographie

Pour que la fécondation et la grossesse naturelle puissent se produire, il est nécessaire que les spermatozoïdes éjaculés pendant le rapport atteignent l’ovule expulsé par l’ovaire de la femme par la trompe de Fallope. Par la suite, l’embryon fécondé par cette union parcourt la trompe de Fallope jusqu’à l’utérus, où il nidifie finalement dans l’endomètre et commence une grossesse.

S’il existe une obstruction tubaire qui empêche le contact entre l’ovule et le spermatozoïde dans les deux trompes de Fallope, la grossesse ne peut évidemment pas se produire naturellement jusqu’à ce que cette obstruction soit soignée.

L’hystérographie permet d’évaluer l’intégrité anatomique de l’appareil reproducteur féminin ainsi que la fonctionnalité des trompes de Fallope, car elle informe sur la perméabilité tubaire.

Elle est donc très utile pour identifier la cause de l’infertilité et décider de la technique de PMA qui sera la plus efficace, soit l’insémination artificielle (IA) soit la fécondation in vitro (FIV).

Étant donné que l’insémination artificielle requiert une perméabilité des trompes pour que se produise la fécondation, cette technique de PMA ne sera pas la technique indiquée en cas d’obstruction des trompes. La patiente devra donc avoir recours directement à une fécondation in vitro.

Si une seule trompe est obstruée, il est possible d’obtenir une grossesse naturelle, même si les possibilités sont plus minces et la durée peut être plus longue.

L’hystérographie est également indiquée pour réaliser une étude sur des femmes qui présentent des altérations menstruelles, comme des douleurs pelviennes, des tumeurs pelviennes et des malformations congénitales. De plus, il est possible de la réaliser pour s’assurer du succès d’une ligature des trompes.

Comment est-elle réalisée?

L’hystérographie est un examen similaire à la radiographie, lors duquel on injecte un produit de contraste à l’intérieur du col de l’utérus pour pouvoir observer l’anatomie du cervix, de l’utñerus et des trompes de Fallope grâce à un appareil de rayons X.

Nous tenterons d’expliquer tous les détails à prendre en compte pour réaliser une hystérographie, en quoi elle consiste et comment se récupérer après l’examen.

Préparation

Il est important de s’assurer que la femme n’est pas enceinte lors de l’examen d’hystérographie, car les rayons X peuvent être mauvais pour le foetus.

Voici des recommandations importantes à savoir avant de réaliser l’examen.

  • Pratiquer l’hystérographie entre les 8e et 10e jours du cycle menstruel, lorsque le saignement de la menstruation est terminé et avant que se produise l’ovulation.
  • Prendre un laxatif ou réaliser un lavement la nuit d’avant ou quelques heures avant, pour vider les intestins. Cela rend l’utérus et les trompes plus visibles.
  • Il n’est pas nécessaire de réaliser l’examen à jeun car l’anesthésie n’est pas nécessaire. Cependant, il est préférable de ne rien ingérer avant l’examen.
  • L’usage d’un analgésique pour réduire les gênes de l’hystérographie est autorisé.
  • La patiente ne doit pas réaliser cet examen en cas d’infection génitale. Il est possible que le gynécologue prescrive un antibiotique avant et après l’hystérographie pour éviter ce risque.

L’hystérographie présente quelques contre-indications de plus comme: une maladie inflammatoire pelvienne, une inflammation, une métrorragie (saignement entre les règles) ou après avoir bu un produit de contraste pour réaliser une autre radiographie de l’appareil digestif.

Technique

L’hystérographie est un examen qui dure environ 20-30 minutes et qui est relativement simple à réaliser.

La patiente est allongée en position gynécologique, un spéculum est introduit dans son vagin pour pouvoir laver la zone du col de l’utérus avec une solution saline. Ensuite, à l’aide d’une canule introduite par le col de l’utérus, le spécialiste injecte le produit de contraste dans la cavité utérine.

Pendant la réalisation de l’hystérosalpingographie, il est possible que la femme ressente de légères douleurs abdominales. Certaines femmes ressentent même des gênes plus intenses. Cependant, ces douleurs disparaissent une fois que le produit de contraste est terminé.

Un bras articulé muni d’un tube à rayons x se déplace sur la zone abdominale de la patiente. Plusieurs clichés sont alors réalisés dans différentes positions afin de suivre la progression dans l’utérus puis dans les trompes.

Que faire après une hystérographie?

Il est possible que la patiente ressente de légères gênes pendant la réalisation de l’hystérographie. Si elle ressent une douleur plus aigüe, des coliques ou des gênes après l’examen, le médecin peut lui prescrire un traitement comme Buscopan pour soulager ces douleurs.

Il se peut que la patiente présente un léger saignement vaginal ou des pertes brunes pendant les jours suivant l’hystérographie. Le repos n’est cependant pas nécessaire à moins que le médecin le recommande.

Résultats

Lorsque la patiente obtient les résultats de l’hystérographie, il est recommandé qu’elle consulte son médecin pour l’interprétation car il s’agit de résultats complexes, qui utilisent une nomenclature spécifique.

L’image montre la cavité utérine comme un cumul ovale ou en forme de poire inversée et deux lignes qui ressortent de la partie supérieure qui correspondent aux trompes de Fallope.

Voici les résultats possibles:

Hystérographie positive
elle indique que les trompes sont perméables et le produit de contraste passe par les deux trompes et est expulsé dans la cavité abdominale.
Hystérographie négative
elle peut être unilatérale ou bilatérale, elle signifie qu’une ou les deux trompes sont obstruées et par conséquence, elles ne laissent pas passer le produit de contraste au travers de la structure, et sont donc gonflées.Il est aussi possible que les trompes de Fallope ne puissent pas se voir en raison d’une malformation tubaire ou utérine.

Si le résultat est positif, le couple pourrait se soumettre à une insémination artificielle pour avoir un enfant, si le reste d’examens y est favorable.

Quelles altérations peut-elle diagnostiquer?

L’hystérographie n’indique pas seulement s’il y a obstruction tubaire ou non. Elle informe également sur d’autres pathologies de l’appareil reproducteur de la femme:

Du col de l’utérus
col trop étroit ou large (incompétence cervicale), allongement du col de l’utérus, duplication du col de l’utérus, etc.
De l’utérus
orientation anormale (antéversion ou rétroversion), malformations utérines congénitales, myomes, adénomyose, synéchies, polypes, hypoplasie, hyperplasie, cancer, etc.
Des trompes
hydrosalpinx, salpingite, rigidité tubaire, etc.

Certaines de ces pathologies nécessitent des examens alternatifs comme une hystéroscopie ou une laparoscopie, pour pouvoir être confirmés.

La PMA, comme tout traitement médical, exige que vous fassiez confiance au professionnalisme des médecins et de la clinique que vous avez choisis. Évidemment, tous ne sont pas identiques. "Le Calculateur" sélectionne les cliniques les plus avantageuses pour vous selon nos critères de qualité rigoureux. De plus, le système effectue une comparaison des prix et des conditions offertes par les différentes cliniques afin de faciliter votre prise de décision.

Enfin, il vous dira si ces cliniques offrent des prix spéciaux ou des promotions dont vous pouvez bénéficier.

Vos questions fréquentes

En quoi consiste l’hystérosalpingographie ?

Par Dr. Óscar Oviedo Moreno (gynécologue).

C’est un examen radiologique lors duquel on étudie l’existence d’une pathologie dans la cavité utérine, ainsi que la perméabilité des trompes de Fallope. Il est recommandé d’effectuer des examens pour déterminer les causes de la stérilité primaire.

Il consiste à introduire une petite canule jusqu’à l’entrée de l’utérus, à travers laquelle est injecté le liquide de contraste qui remplira la cavité et les trompes. Ensuite, plusieurs radiographies sont prises pour détecter des irrégularités ou une obstruction des structures.

C’est un examen simple, idéalement effectué dans les 10 premiers jours du cycle. Au cours de l’examen, vous pouvez remarquer des symptômes similaires aux règles. Il ne nécessite pas d’hospitalisation et sa durée varie entre 15 et 30 minutes.

À quel moment faire une hystérosalpingographie ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

L’hystérosalpingographie s’inscrit généralement dans le cadre d’une recherche d’anomalie à l’image d’une malformation de l’utérus ou d’une pathologie touchant la cavité utérine ou les trompes de Fallope.

En règle générale, les gynécologues réalisent une HSG dans le cadre d’un bilan de :

  • Stérilité d’origine tubaire
  • Fausse couche tardive
  • Accouchement prématuré
  • Fausses couches répétitives
  • Ménométrorragies

Une hystérographie est-elle douloureuse ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

La douleur ressentie lors de cet examen est très variable d’une femme à l’autre mais elle
dépend beaucoup de l’état de stress dans lequel vous serez: plus vous serez détendues et
mieux ça se passera. En général les douleurs ne sont pas plus violentes que des douleurs de
règles et seront calmées par 2 spasfons pris après l’examen.

L’hystérographie aide-t-elle à tomber enceinte ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Il peut arriver que l’hystérographie débouche des trompes de Fallope obstruées grâce au produit de contraste et que par la suite, la patiente ne rencontre plus de problèmes pour que la fécondation se produise.

Quels sont les risques de l’hystérographie ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Bien qu’elles ne soient pas fréquentes, certaines complications peuvent survenir comme conséquence de l’hystérographie: réaction allergique au produit de contraste (iode), endométrite, salpingite, perforation de l’utérus, etc., en plus des risques ajoutés associés aux examens qui utilisent les rayons X.

La rédaction vous recommande

Si le résultat de l’hystérographie est positif, c’est-à-dire qu’il est possible de passer par une insémination artificielle pour obtenir une grossesse. Vous pourrez trouver plus d’informations sur ce lien: Qu’est-ce que l’IA?

La femme peut passer une série d’examens afin d’évaluer sa fertilité. Parmi les examens féminins habituels, on retrouve les analyses hormonales, l’hystérosalpingographie et les examens gynécologiques. Pour en savoir plus, suivez le lien: Bilan de fertilité de la femme.

Auteurs et collaborateurs

 Zaira Salvador
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) et embryologiste spécialiste en Médecine Reproductive, Master en Biotechnologie de la Procréation Assistée par l'Universidad de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Plus d'informations
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 3185-CV
Dr. Óscar  Oviedo Moreno
Diplômé en Médecine et Chirurgie de l'Universidad de Caldas (Colombia) et spécialiste en Médecine Interne à la Pontificia Universidad Javeriana de Bogotá. Titre homologué en Espagne en 2003. Spécialité en Gynécologie et Obstétrique à l'Universidad Complutense de Madrid, avec formation à l'Hôpital Clínico Universitario San Carlos de Madrid. Expert en Médecine Reproductive et diplôme d'Echographie Obstétrico-Gynécologique (niveaux I, II y III). Plus d'informations
Affiliation à l’Ordre des Médecins: 282858310

2 commentaires

    1. Sandra

      Bonjour, J’ai déjà un enfant de 3 ans et demie mais comme je ne tombais pas enceinte du second je suis allée consulter. En principe tout va bien: hormones, spermogramme… Mais cela fait 2 IA et 8 mois de tentatives et rien. Aujourd’hui j’ai réalisé une hystéros et c’est supportable, gênant à cause du produit de contraste mais supportable. Voici ma question: si on me l’a réalisée ce matin, puis-je avoir des relation sexuelles?
      merci

      • Jessica Escudero

        Bonjour Sandra,

        Il est recommandé de laisser passer quelques jours après une hystérographie avant d’avoir des rapports sexuels. Deux ou trois jours seront suffisants pour éliminer complètement le produit de contraste.

        J’espère vous avoir aidée,

        Bon courage,