Docteur / spécialiste: Zaira Salvador.
Dernière actualisation: 27/08/2018

L’hormone anti-müllérienne ou hormone de régression müllérienne (HRM ou AMH selon le sigle anglais anti-müllerian hormone) est un marqueur utilisé pour évaluer la réserve ovarienne de la femme et donc évaluer l’état de sa fertilité à un moment donné.

Des taux élevés de AMH indiquent une réserve ovarienne optimale. Cependant, au fur et à mesure qu’une femme prend de l’âge, ces valeurs diminuent jusqu’à ce que se produise l’épuisement ovarien.

L’analyse des valeurs de AMH apporte également des informations utiles pour choisir le traitement de PMA approprié pour qu’une femme tombe enceinte : l’insémination artificielle (IA), la fécondation in vitro (FIV) ou la FIV avec don d’ovocytes.

Qu’est-ce que l’hormone de régression müllérienne ?

L’hormone de régression müllérienne ou hormone anti-müllérienne est une protéine présente chez tous les êtres humains, mais ses fonctions et sa localisation sont différentes chez les hommes et chez les femmes. Elle joue son rôle principal pendant la grossesse car c’est elle qui est chargée de la différenciation sexuelle du fœtus.

Nous vous expliquons ci-après le mécanisme d’action de l’hormone AMH en fonction du sexe du fœtus :

Sexe masculin
l’hormone AMH est produite par les testicules vers les 8e et 9e semaines du développement fœtal, entraînant une dégénération des canaux de Müller, les structures qui conduisent à la formation de l’utérus et des trompes de Fallope.
Sexe féminin
l’absence de AMH permet la formation de l’appareil reproducteur féminin chez le fœtus. Cependant, l’hormone anti-müllérienne va commencer à s’exprimer quelques semaines plus tard, lorsqu’il y aura des follicules ovariens.

Après la naissance, les taux de AMH se maintiennent élevés chez les garçons jusqu’à l’adolescence, mais ils vont rester bas à l’âge adulte.

Chez les femmes, en revanche, l’hormone anti-müllérienne commence à prendre de l’importance à partir de la puberté, car elle est produite par les follicules ovariens où se développent les ovocytes.

Hormone anti-müllérienne chez la femme

L’hormone anti-müllérienne est produite par les follicules pré-antraux et antraux des ovaires pendant toute la vie fertile de la femme, c’est-à-dire de la puberté à la ménopause.

Plus concrètement, ce sont les cellules de la granulosa qui entourent l’ovule qui sont chargées de la synthétiser. Par conséquent, le dosage de AMH dans le sang indique de façon approximative le nombre d’ovules dont la femme dispose, c’est-à-dire, sa réserve ovarienne.

L’hormone anti-müllérienne est également présente dans tous les follicules de chaque ovaire. C’est donc un marqueur biologique de la fertilité.

Pour faire un bilan de fertilité féminine, il faudra en plus tenir compte d’autres analyses : taux des hormones FSH et LH, comptage de follicules antraux par échographie vaginale, etc.

Quand faire le test de AMH ?

Comme mentionné antérieurement, l’hormone anti-müllérienne est synthétisée par les follicules antraux et pré-antraux de l’ovaire. Ce sont des follicules en cours de croissance, qui n’ont pas encore été sélectionnés pour mûrir et se transformer en follicules dominants.

L’importance de ce fait est que les taux de AMH ne varient pas au cours du cycle menstruel. La prise de sang peut donc être réalisée à n’importe quel jour du cycle sans modifier les résultats. Il n’est pas non plus nécessaire d’être à jeun.

Il faut cependant tenir compte du fait qu’on mesure le dosage d’autres hormones féminines pour réaliser un bilan de fertilité, comme la FSH et l’œstradiol, en particulier avant de commencer un traitement de PMA.

C’est pour cette raison qu’il est plus pratique de ne réaliser qu’une seule prise de sang à l’état basal, pendant les premiers jours du cycle menstruel, c’est-à-dire de 3 à 5 jours après le début des règles.

Valeurs de référence de l’hormone anti-müllérienne

Les valeurs de référence de la AMH sont bien délimitées et il est possible de savoir de façon plus ou moins exacte l’état de fertilité d’une femme au moment de l’analyse.

Pourtant, comme plusieurs méthodes existent pour déceler la AMH, il peut être compliqué de comparer les taux obtenus selon les différentes techniques. Le plus souhaitable est que l’interprétation des résultats de chaque patiente ait lieu en prenant en compte les valeurs de référence de chaque examen.

Nous vous exposons ci-dessous les valeurs de référence pour la technique le plus souvent utilisée en laboratoire, même s’il pourrait y avoir de légères différences.

AMH très élevée
dosage au-dessus de 6 ng/ml. Il indique un risque de souffrir du syndrome d’hyperstimulation ovarienne lors de la prise du traitement hormonal pour une FIV.
AMH élevée
dosage entre 3 et 6 ng/ml. La réserve ovarienne est bonne.
AMH normale
dosage entre 1 et 2,9 ng/ml. La réserve ovarienne est bonne.
AMH normale-basse
dosage entre 0,7 et 0,9 ng/ml. La réserve ovarienne a commencé à diminuer, mais se maintient encore dans la normale.
AMH basse
dosage entre 0,3 et 0,6 ng/ml. Ces taux suggèrent une réserve ovarienne basse et, en conséquence, il est probable que la patiente n’ait qu’une réponse faible à la stimulation hormonale.
AMH très basse
dosage inférieur à 0,3 ng/ml. La réserve ovarienne est presque épuisée et la femme se trouve proche de la ménopause. Elle aura probablement besoin d’un don d’ovocytes pour avoir des enfants.

Dans d’autres analyses hormonales, il est possible de mesurer les taux de AMH en unités de pmol/l (picomole par litre).

Enfin, signalons que les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ont un dosage très élevé d’hormone anti-müllérienne. De plus, celle-ci diminue plus lentement avec l’âge.

Cela laisse à penser que ces femmes ont un vieillissement ovarien plus tardif.

AMH en fonction de l’âge

En prenant de l’âge, la réserve ovarienne d’une femme diminue et, logiquement, ses taux d’hormone anti-müllérienne vont le faire également.

La chute la plus drastique se produit à partir de 36 ans, mais certaines femmes peuvent se retrouver avec une réserve ovarienne faible même avant cela. C’est le cas de l’insuffisance ovarienne prématurée qui conduit à une ménopause précoce.

Connaître l’état de sa fertilité et de sa réserve ovarienne peut aider les femmes à mieux planifier leur maternité et à prendre des décisions telles que :

Préservation de la fertilité féminine
elle consiste à congeler des ovocytes pour pouvoir les utiliser dans le futur.
Avancer l’âge de la maternité
une femme peut décider d’être mère plus tôt que prévu si sa réserve ovarienne est en train de diminuer.
Avoir recours à un traitement de PMA
si le taux de AMH est bas.

Étant donné que l’analyse de l’hormone anti-müllérienne peut s’avérer un peu chère, il est également possible d’évaluer la réserve ovarienne à l’aide d’une échographie et des taux de FSH.

Le taux de AMH est directement proportionnel au nombre de follicules antraux de l’ovaire, et donc à la réserve ovarienne.

En revanche, les valeurs de FSH sont inversement proportionnelles : plus la réserve ovarienne est basse et plus le taux d’hormone FSH est élevé.

AMH et procréation médicalement assistée

Un autre avantage de cette mesure hormonale est son utilité pour les professionnels de la PMA.

Grâce à elle, ils peuvent décider le traitement de fertilité le plus approprié pour chaque patiente, ainsi que le dosage hormonal nécessaire pour chaque protocole de FIV ou d’insémination artificielle.

Vous envisagez de consulter un spécialiste? Vous trouverez des tarifs spéciaux pour le traitement dont vous avez besoin dans notre section de promotions.

Cliquez ici pour en savoir plus: Voir les promotions sur les traitements de fertilité.

On a observé une corrélation entre les valeurs de AMH et la qualité de la réponse ovarienne à la stimulation hormonale. Ainsi, des patientes avec une AMH élevée peuvent présenter un risque d’hyperstimulation alors que des patientes avec une AMH basse auront plus de possibilités de souffrir d’une mauvaise réponse ovarienne.

Ces dernières vont donc avoir besoin d’une plus forte dose de gonadotrophines pour arriver à un développement folliculaire multiple.

La AMH peut être utile pour mieux prédire le succès des traitements de PMA et pouvoir indiquer la technique la mieux adaptée à chaque patiente.

En plus de tout cela, l’hormone anti-müllérienne permet aussi de mieux évaluer la physiologie de la fertilité, car on a constaté que ses taux sont liés à la qualité des ovocytes. On dit que seuls les follicules sains, autrement dit ceux qui vont donner lieu à un ovocyte de qualité, sont capables de produire de l’AMH.

Hormone anti-müllérienne chez l’homme

Bien que l’usage de cette analyse ne soit pas aussi fréquent pour les hommes, l’hormone anti-müllérienne est un bon marqueur de la fonction testiculaire.

La AMH est synthétisée dans les cellules de Sertoli, le lieu où se produit la spermatogenèse (formation des spermatozoïdes).

L’analyse de l’hormone anti-müllérienne peut être prescrite chez l’homme face à un diagnostic d’azoospermie (absence de spermatozoïdes dans l’éjaculat). Dans ce cas, le taux d’AMH aide à déterminer si des spermatozoïdes existent ou non dans le testicule.

Si c’est le cas, ils pourront être prélevés par biopsie et être utilisés pour une ICSI (injection intra-cytoplasmique de spermatozoïde), afin de féconder les ovocytes de la femme.

Cependant, dans le cas des hommes, l’hormone anti-müllérienne n’est pas un indicateur aussi fiable que dans le cas des femmes. On obtient en définitive de meilleurs résultats grâce à l’analyse de FSH.

Vos questions fréquentes (FAQ)

En cas de AMH basse, une grossesse naturelle est-elle possible ?

Des valeurs faibles de AMH indiquent une réserve ovarienne basse. Cependant, ce dosage montre que les chances de grossesse sont réduites, mais non impossibles. Pouvoir tomber enceinte va dépendre de la valeur exacte obtenue et d’autres facteurs comme la qualité séminale du partenaire, la perméabilité des trompes, la réceptivité de l’endomètre, etc.

J’ai un taux élevé d’hormone anti-müllérienne, mais je n’arrive pas à tomber enceinte : que se passe-t-il ?

Présenter des taux élevés de AMH indique que la réserve ovarienne est bonne, mais peut impliquer d’autres altérations touchant la fertilité. Dans cette situation, il est conseillé d’effectuer un bilan de fertilité complet pour analyser les facteurs susceptibles de contrarier la grossesse.

Peut-on améliorer une valeur basse de AMH ?

En principe, non. La AMH est une mesure indirecte du nombre d’ovocytes présents dans la réserve ovarienne de la femme. Or, aucun traitement ne permet d’augmenter la production d’ovocytes. Cependant, certaines femmes observent une légère amélioration de leur taux d’hormone anti-müllérienne lorsqu’elles adoptent un style de vie meilleur pour la santé. Arrêter de fumer, changer d’alimentation ou perdre du poids peut améliorer la qualité des ovocytes, ce qui pourrait être reflété par le taux de AMH.

La rédaction vous recommande

Pour connaître plus en détails la réserve ovarienne et son impact sur la fertilité féminine, vous pouvez continuer votre lecture par ici : Qu’est-ce que la réserve ovarienne ?

La mesure de AMH fait partie du bilan hormonal de fertilité chez la femme. Pour connaître le rôle des différentes hormones et leurs valeurs de référence, cliquez sur le lien suivant : Bilan hormonal de fertilité chez la femme.

Lorsque la réserve ovarienne est basse, il est possible que la conséquence soit une faible réponse ovarienne lors d’un protocole de FIV. Comment la prédire et quelles sont les solutions ? Vous trouverez des réponses dans l’article suivant : Faible réponse ovarienne : conséquences et traitement.

Auteurs et collaborateurs

Embryologiste spécialiste en Médecine Reproductive
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) et embryologiste spécialiste en Médecine Reproductive, Master en Biotechnologie de la Procréation Assistée par l'Universidad de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI).
Embryologiste spécialiste en Médecine Reproductive. Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) et embryologiste spécialiste en Médecine Reproductive, Master en Biotechnologie de la Procréation Assistée par l'Universidad de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI).

6 commentaires

  1. Top commentaires
    avatar
    cedra

    J’ai eu mes résultats d’examens. AMH à 0,542. En plus, ma trompe droite est bouchée. Est-ce que j’ai encore des chances de tomber enceinte par mes propres moyens? J’ai 39 ans et nous essayons d’avoir un bébé depuis 2 ans, jusqu’ici sans résultat.

    • avatar
      Isabelle GuttonConseillère en fertilité

      Bonjour cedra,

      Ce taux d’hormone anti-müllérienne indique une faible réserve ovarienne. Ce résultat, combiné à une trompe obstruée, indique qu’il va être très difficile pour vous de tomber naturellement enceinte.

      Vous aurez probablement besoin du recours à la FIV ou FIV ICSI. Voyez ce que vous conseille votre médecin.

      Cordialement.

    • usuario
      Lisa

      Bonjour j’ai 39 ans je viens de recevoir mes 1er résultats en attendant la amh. Oestradiol= 35,5
      Fsh= 12,3. Lh= 9,4. Prolactine a 54,65. Tsh= 2,6 en attendant la AMH je voudrais savoir si j’ai une chance d’avoir un bébé j’ai fait une fausse couche en septembre dernier 4 semaine d’après les analyses du labo

    • usuario
      lilino

      Bonjour,
      J’ai 36 ans, j’ai un taux d’AMH de 0,53 ng , FSH : 14,8. LH: 9,9 et oestradiol 75

      Puisse je avoir un enfant naturellement ?

    • usuario
      Mel78

      Bonjour,
      Je viens d’avoir les résultats de dosage hormonaux et je suis un peu perplexe.
      Avec mon compagnon, nous sommes suivi en PMA depuis bientôt un an, après deux ans d’essais naturellement sans succès.
      J’avais déjà fait un bilan hormonal il y a un an, il était plutôt correct (fsh<10), sauf l'AMH qui était à 0,5.
      Cette fois, mon AMH est à 1,11ng/ml mais par contre ma fsh est haute à 16,8UI/l (et oeastradiol à 32ng/l). j'ai fait cette pds à J2.
      Pouvez-vous me dire ce que cela peut signifier? Je trouve étrange que mon AMH ait augmenté alors que ma FSH aussi.
      Merci beaucoup

    • usuario
      Laetitia-62

      Bonjour, j’ai 36 ans et souhaiterais avoir un enfant et j’ai un taux amh 0,03 ng/ml est-ce que je peux avoir un traitement par piqures ?