Par Zaira Salvador (embryologiste).
Dernière actualisation: 27/08/2018

Un hématome à l’utérus ou hématome intra-utérin est un épanchement de sang qui s’accumule à l’intérieur de la cavité utérine pendant la gestation. Les hématomes apparaissent le plus souvent au cours du premier trimestre de grossesse et peuvent se produire avec ou sans saignement vaginal.

Il faut faire la différence entre les hématomes de début de grossesse et les hématomes du dernier trimestre qui comportent des risques graves de décollement du placenta.

Les hématomes intra-utérins sont toujours motif de préoccupation pour les femmes enceintes. On va considérer la grossesse comme une grossesse à haut risque. Il sera alors nécessaire que la femme garde le repos et bénéficie d’un suivi plus exhaustif.

Que sont les hématomes intra-utérins ?

L’hématome de l’utérus, également appelé hématome décidual, est un épanchement de sang accumulé entre le placenta ou le tissu chorionique et le revêtement interne de l’utérus.

L’apparition d’hématomes peut compromettre le développement de l’embryon. Selon le stade de la grossesse, on peut se trouver face à un décollement trophoblastique (pendant les deux premiers mois) ou un décollement placentaire (à partir du 3e mois). Dans le pire des cas, une fausse-couche ou avortement spontané risque de se produire.

Cependant, dans la plupart des cas, on observe une résorption du sang coagulé et la grossesse peut suivre son cours normalement.

Diagnostic et symptômes

Les hématomes de l’utérus n’ont pas forcément de symptômes typiques associés, comme par exemple une douleur particulière, mais il arrive que la femme observe un saignement.

Les hémorragies vaginales causées par les hématomes intra-utérins peuvent présenter des différences appréciables au niveau de leur couleur et de la quantité de sang perdu.

Dans tous les cas, il est recommandé de consulter un médecin au plus vite si on observe un saignement au cours de la grossesse.

Les hématomes intra-utérins vont être diagnostiqués par échographie. Ils vont être mesurés dans le but de suivre leur évolution.

Au cas où les hématomes se produiraient sans saignement, ils vont être détectés grâce aux échographies de routine.

Types

Les hématomes intra-utérins peuvent être classés en fonction de leur localisation entre les différents tissus. On va parler alors de :

Hématome sous-chorionique
il se forme à l’intérieur de la cavité de l’endomètre, en principe pendant les premières semaines de grossesse. Même s’il constitue un risque de fausse-couche, il finit généralement par se résorber et la grossesse peut continuer à évoluer.
Hématome rétroplacentaire (HRP) ou abruptio placentae
c’est une forme très grave de complication de la grossesse. L’hématome se forme entre le placenta et l’endomètre. Il est associé à un décollement prématuré du placenta normalement inséré (DPPNI), qui constitue la cause la plus fréquente de saignement à partir de la 28e semaine. Il peut aboutir à une fausse-couche ou un accouchement prématuré.
Hématome décidual marginal ou hématome latéroplacentaire
il fait partie des hématomes avec le meilleur pronostic en raison de sa situation et correspond à la rupture du sinus marginal, une veine située dans la partie inférieure du placenta. Généralement éliminé par le vagin sous forme d’hémorragie, il faut cependant surveiller son évolution pour qu’il ne dégénère pas en hématome rétroplacentaire.

En plus de la localisation de l’hématome, sa gravité va également dépendre de sa taille. En général, le volume d’un hématome intra-utérin se mesure en millimètres, en multipliant la longueur par la largeur.

On considère qu’un hématome est de petite taille s’il mesure moins de 20% du sac embryonnaire et de grande taille s’il mesure plus de 50%.

Causes des hématomes pendant la grossesse

Les causes de la formation d’hématomes intra-utérins ne sont pas connues. On a néanmoins associé leur apparition avec les facteurs suivants :

  • Mauvaises habitudes comme le tabac ou l’alcool
  • Lésions abdominales préexistantes
  • Placenta praevia
  • Hypertension ou pré-éclampsie
  • Plusieurs grossesses préalables
  • Femmes de plus de 38-40 ans

Le plus probable est que les hématomes intra-utérins aient leur origine au moment de la nidation ou implantation embryonnaire, en raison de la lésion provoquée dans l’endomètre qui, finalement, se transforme en épanchement sanguin.

Si les caillots de sang ne se résorbent pas, les hématomes peuvent continuer d’augmenter et exercer une pression de plus en plus grande sur l’embryon, provoquant un avortement spontané dans le pire des cas.

Traitement et pronostic

Tout d’abord, face à un hématome intra-utérin, il est nécessaire de suivre toutes les recommandations du médecin et de se rendre aux consultations de contrôle qui auront lieu chaque semaine ou chaque quinzaine, jusqu’à ce que le risque soit passé.

Le pronostic des hématomes intra-utérins va être évalué en tenant compte de deux éléments principaux : leur localisation et leur taille.

Les petits hématomes ont généralement une évolution favorable et terminent par une résorption spontanée. Le temps d’élimination va être plus ou moins long selon la taille et l’emplacement de l’hématome.

Si les hématomes augmentent et arrivent à une taille importante, on va considérer qu’il s’agit d’une grossesse à haut risque. Il faudra prendre des mesures de prévention comme par exemple :

  • Repos absolu
  • Abstinence sexuelle
  • Ovules de progestérone dans certains cas
  • Hospitalisation d’urgence dans les cas les plus graves

Normalement, au fur et à mesure que la gestation avance, la circulation des hématomes se normalise et la plupart d’entre eux disparaissent progressivement.

D’une façon générale, les hémorragies pendant la grossesse sont alarmantes pour la femme enceinte. Si les hématomes sont très grands, le saignement va être abondant et donc très inquiétant.

Ce symptôme n’indique néanmoins pas que le pronostic soit pire, simplement que l’hématome est en cours d’élimination et va se réduire petit à petit.

Vos questions fréquentes

Quels hématomes intra-utérins sont les plus dangereux ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Ce sont les hématomes de grande taille mal situés. Par exemple, un hématome rétroplacentaire central important est dangereux, car une séparation se produit entre le tissu chorionique et les couches déciduales basales qui enveloppent le placenta. Il peut provoquer un décollement ou une rupture permanente du placenta, provoquant un avortement spontané ou un accouchement prématuré si la grossesse se trouve déjà à un stade avancé.

Quels sont les risques d’un hématome en cas de grossesse de jumeaux ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

De même que pour une grossesse unique, la gravité de l’hématome dépend de sa taille et de sa localisation. Pourtant, en cas de grossesse gémellaire, la situation peut se compliquer d’autant plus qu’il y a moins de place à l’intérieur de l’utérus. En définitive, les grossesses multiples avec hématomes intra-utérins requièrent un suivi encore plus strict et un repos absolu de la part de la future maman.

Lors de la consultation gynécologique, le spécialiste va contrôler la croissance des deux fœtus et va programmer une césarienne en cas de souffrance fœtale.

Comment soigner un hématome pendant la grossesse ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

En fonction de la taille et de la gravité de l’hématome, le médecin peut prescrire le repos complet ou partiel. L’exercice physique et les relations sexuelles vont être déconseillées.

Il se peut également que le médecin prescrive une alimentation spéciale et la prise d’ovules de progestérone.

La rédaction vous recommande

Une grossesse peut être sujette à différentes complications. Même si tout se passe bien, il est bon de suivre des recommandations de base pour que l’attente de l’heureux évènement se passe dans les meilleures conditions possibles. Qu’en est-il de la grossesse ? Plus d’informations par ici : La grossesse.

Si aucun saignement ne vient alerter la femme enceinte, les hématomes sont détectés au cours du suivi médical de la grossesse, grâce aux échographies de routine. Vous voulez savoir en quoi consiste le suivi habituel de la gestation ? Rendez-vous sur le lien suivant : Contrôle médical pendant la grossesse.

Si vous voulez en savoir plus sur les causes et les recommandations en cas de grossesse à risque, nous vous suggérons de continuer la lecture par l’article suivant : Grossesse à haut risque.

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Auteurs et collaborateurs

 Zaira Salvador
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) et embryologiste spécialiste en Médecine Reproductive, Master en Biotechnologie de la Procréation Assistée par l'Universidad de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Plus d'informations
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 3185-CV
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.

6 commentaires

    1. tripette

      Bonjour à celles qui passent par cette mauvaise expérience, mais il ne faut pas paniquer (ça dépend aussi de chaque cas, bien sûr…)

      A 11 sa, je commence à saigner, je vais aux urgences et on me découvre un hématome important. On me fait craindre une fausse-couche. Les pertes de sang ont continué sur un mois et demi !!! Et ma grossesse se poursuivait. L’hématome rapetissait et, finalement, Théo est né 🙂

      Donc, les filles, en cas d’alerte, reposez-vous le plus possible, apparemment la plupart des hématomes finissent par se résorber, même si c’est un mauvais moment à passer.

      Bon courage à toutes.

    2. Amélie

      Bonjour, je suis allée aux urgences à 8 semaines de grossesse pour saignement abondant. Lors de l’échographie ils ont vu un hématome sous chorionique de 3 cm. Mais le bébé bougeait très bien.
      Pendant plusieurs semaines on m’a mise au repos forcé. Cela a empiré mon cas. L’hématome est passé de 3 cm à 8 cm. J’ai donc mené ma vie comme d’habitude avec mes 3 enfants (mais en arrêt de travail). Aujourd’hui, j’ai 23 semaines de grossesse, avec un bébé en vie et très actif. L’hématome est organisé, ce qui veut dire qu’il n’est plus en poche de sang. Et il mesure à peine 4 cm. Donc, il ne faut pas désespérer. Et sur 4 grossesses, c’est la seule où j’ai eu ça si ça peut vous rassurer.

      Bonne chance à toute !

    3. kreid

      Ton bébé a t-il tenu le coup ?

    4. Aurelie

      Bonjour, voilà je suis à 8 SA et 4 jours de grossesse ma première échographie c’était le 6/10/16 et le coeur du bébé battait mais la sage femme savait pas trop ce qui ce passait, elle voyait une tâche noire en dessus ou à côté, elle m’a pas trop renseigné ni m’a dit de me reposer … Donc du coup le 13/10/16, j’ai été en radiologie et le docteur m’a dit que c’était un hématome en forme de lune et que le coeur du bébé ne battait plus. Avec cette grossesse, ça serait la deuxième, j’ai toujours pas d’enfants, j’ai que 19 ans, je suis jeune certes mais j’ai peur maintenant. Je suis vraiment très mal rien que d’y penser.

      • Kora

        Bonjour, on ne m’a pas conseillé de repos total après avoir observé un hématome sur la poche de mon bébé de 2 mois et quelques,
        Sans trop forcer j’ai donc continué à bouger comme d’habitude.
        J’ai perdu mon bébé 3 semaines après l’échographie, je conseille donc un suivi et un repos absolu pour ne pas faire de fausse couche.

      • kreid

        Bonjour à toi. Je viens de te lire et j’ai 2 hématomes à l’extérieur de la poche du bébé. J’ai passé 2 échographies et normalement, d’après mes dernières règles je serais à 8sa et je n’entends toujours pas le coeur de bébé. Es-tu dans le même cas ?