Le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est causé par le syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA), grâce aux médicaments de nouvelle génération les personnes infectées avec le VIH sont capables de poursuivre une vie normale.

Une des préoccupations les plus importantes des personnes infectées se pose quand ils souhaitent avoir des enfants, autant l’homme que la femme s’ils sont infectés avec le VIH peuvent avoir des enfants biologiques sans avoir peur de transmettre la maladie à ses descendants. Ainsi, on doit utiliser les techniques de procréation assistée pour éviter la contagion de leur partenaire.

Avoir des progénitures avec le VIH

Il est nécessaire de suivre une série de recommandations pour que le risque de transmission verticale de VIH soit pratiquement nul, taux d’infection de moins de 1%. Si aucune mesure n’est prise, le taux de transmission verticale varie entre 15-30%.

Femme avec le VIH

Si c’est la femme qui souffre du VIH, on recommande le traitement le plus adéquat, soit l’insémination artificielle ou la fécondation in vitro (FIV) en fonction de divers facteurs comme : l’altération de la fertilité chez la femme, l’âge de la mère et la qualité séminale de son partenaire.

De plus, il est indispensable de suivre ces indications spéciales :

  • La charge virale doit être très faible ou indétectable.
  • Le calcul de lymphocytes CD4 doit être supérieur à 300.
  • L’administration de médicaments qui réduisent le risque d’infection du VIH au futur bébé et en même temps empêchent son infection de progresser pendant la grossesse.
  • Un suivi exhaustif et spécialisé pendant toute la gestation.

L’accouchement doit se faire par césarienne car l’accouchement est un moment critique de transmission possible. La césarienne doit être programmée avec anticipation, pour éviter les contractions de l’accouchement, la rupture du sac peut faire que le bébé avale des sécrétions qui l’infecteraient. La probabilité d’infection existe pendant toute la durée de la gestation mais la période la plus critique de transmettre la maladie se produit lors de l’accouchement, on calcule que 2/3 des bébés avec le VIH sont contaminés à ce moment.

Grossesse en étant séropositive

De plus, il est recommandé aux auxiliaires d’accouchement de nettoyer la bouche et le nez du nouveau né avec beaucoup de précaution. On a recours à un allaitement artificiel car le lait maternel peut transmettre le virus.

Homme avec le VIH

Dans le cas de l’homme, il est plus simple d’éviter le risque de transmission, on peut être père sans prendre en compte quelle est la charge virale car on effectue un lavage de sperme. Le virus VIH ne se trouve pas dans ses spermatozoïdes mais dans le plasma séminal qui est le liquide permettant aux spermatozoïdes de se déplacer.

Dans ce cas, pour éviter la contagion, à la partenaire également, on a recours aux techniques de procréation assistée, cela peut être l’insémination artificielle ou la fécondation in vitro (FIV) mais dans les deux cas, on utilisera le sperme congelé.

Les échantillons de sperme des hommes avec VIH doivent subir un lavage de sperme qui consiste à séparer les spermatozoïdes de meilleure qualité du plasma ou liquide séminal. Une fois le lavage réalisé, on congèle l’échantillon et on extrait une petite quantité de sperme lavé pour vérifier que le virus soit bien éliminé de l’échantillon. Pour effectuer cette vérification, on réalise une PCR qui permet de contrôler s’il existe une quantité minime de VIH, ce test peut durer de quelques jours à une semaine. Pour cette raison, il n’est pas possible d’utiliser le sperme frais, mais il doit être congelé pour préserver la qualité des spermatozoïdes tandis que l’on assure que l’échantillon soit apte à être utilisé dans les traitements de fertilité sans risque de contagion de VIH.

Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.