Par Neus Ferrando (embryologiste).
Dernière actualisation: 30/12/2014

On entend par grossesse à haut risque les cas où il y a des probabilités pour la mère, le foetus ou les deux de souffrir de quelque type de complication pendant la période de gestation ou pendant l’accouchement, voire d’un danger pour leur vie.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Facteurs de risque

Voici certains des facteurs de risque qui facilitent ces problèmes durant la gestation:

  • grossesses multiples
  • âge maternel avancé ou grossesse à l’adolescence
  • antécédents de grossesses à haut risque
  • femmes souffrant d’un quelconque type de maladie chronique
  • obésité

Causes

La grossesse à haut risque touche généralement les femmes qui souffrent d’un type de maladie antérieure à la grossesse ou qui la développent au cours de celle-ci (par exemple, le diabète gestationnel). Ces maladies sont habituellement les suivantes:

  • diabète
  • cancer
  • hypertension
  • problèmes rénaux
  • épilepsie
  • infections (cytomégalovirus, rubéole, varicelle, toxoplasmose…)
  • malformations dans l’utérus
  • placenta praevia

D’où l’importance de consulter un spécialiste avant de tomber enceinte si l’on souffre de l’une de ces maladies. Il contrôlera la médication (si elle est nécessaire) durant la période de gestation et vous donnera des recommandations à suivre pendant la durée de votre grossesse.

Recommandations

Certains des aspects qu’il ne faut pas négliger lors d’une grossesse à haut risque sont le suivi de la grossesse et la planification de l’accouchement.

  • Un contrôle médical approfondi: les femmes qui ont une grossesse de ce type nécessitent un contrôle médical approfondi et continu. Elles devront se soumettre à des contrôles prénataux, à un plus grand nombre d’échographies que lors d’une grossesse conventionnelle, à des analyses, etc. Actuellement, la technologie facilite considérablement le contrôle de l’état du foetus et de la mère, grâce aux échographies 4D par exemple, ou aux examens doppler qui permettent de réaliser un suivi approfondi de l’état du bébé.
  • La planification de l’accouchement: Le moment de l’accouchement devra être planifié, ce qui ne veut pas forcément dire qu’il se fera par césarienne. Il s’agira toutefois d’un accouchement provoqué et contrôlé à tout moment.
  • La consommation d’alcool, de tabac et d’autres types de drogues peut compliquer sérieusement la grossesse et aller jusqu’à en faire une grossesse à haut risque, causant en plus de graves dommages au foetus.
  • Les parents qui se trouvent dans cette situation ont souvent besoin d’un soutien psychologique, étant donné que ce qui était censé être un moment doux de leur vie s’est transformé en une source de préoccupations et d’incertitude et peut engendrer chez le père comme chez la mère beaucoup de nervosité et d’anxiété.

La femme nécessitera plus d’attention et de soutien, tant de la part de son/sa partenaire que du médecin. Il est donc important d’établir une relation de confiance avec ce dernier.

Certains spécialistes assurent que parler avec d’autres parents ayant traversé la même situation peut aider à affronter la grossesse à haut risque.

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Auteurs et collaborateurs

 Neus Ferrando
Embryologiste
Diplômée en Biologie à l'Université de Valencia (UV). Diplôme en Biotechnologie de la Procréation Humaine Assistée par l'Université Miguel Hernández de Elche (UHM). Expérience comme responsable de laboratoire d'Embryologie et Andrologie. Plus d'informations
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.