Docteur / spécialiste: .
Dernière actualisation: 15/12/2014

« De fortes doses d’hormone FSH augmentent les aneuploïdies dans les ovocytes humains mûris in vitro ». Dans cet article, nous expliquerons comment a été réalisée cette étude scientifique et quelles conclusions en ont été tirées.

L’objectif de l’analyse est d’étudier l’effet de la FSH sur le risque d’aneuploïdies dans les ovocytes humains mûris in vitro (MIV). On étudie les cas de patientes qui ont suivi un cycle d’ICSI (micro-injection intracytoplasmique de spermatozoïde) en raison d’un facteur masculin. Des ovocytes immatures ont été classés en 5 groupes selon la concentration en FSH (0, 5,5, 22, 100 et 2 000 ng/mL) et placés en MIV.

On a examiné les chromosomes 13, 16, 18, 21 et 22 par hybridation in situ en fluorescence (FISH) des ovocytes sélectionnés. On a mesuré le taux d’aneuploïdies, le taux de visualisation et la morphologie du fuseau méiotique.

Le taux d’aneuploïdies était respectivement de 26,7%, 23,3%, 36,75%, 46,67% et 63,3% dans les 5 groupes de FSH. Il y avait un taux d’aneuploïdies significativement plus élevé dans les ovocytes mûris du groupe avec concentration en FSH de 2 000 ng/ml. Il n’y avait pas de différence dans la morphologie du fuseau entre les groupes de 2 000 et 5,5 ng/ml de FSH.

Ovocytes immatures et FSH

En conclusion, la forte concentration de FSH en MIV (maturation in vitro) a significativement augmenté l’erreur de la première division méiotique, donnant lieu à un plus grand nombre d’ovocytes aneuploïdes.

Yan-Wen Xu, M.D., Ph.D., Yue-Ting Peng, M.D., Bin Wang, M.D., Yan-Hong Zeng, B.Sc.,Guang-Lun Zhuang, M.D., and Can-Quan Zhou, M.D.

Reproductive Medical Center, the First Affiliated Hospital of Sun Yat-sen University, Guangzhou, People’s Republic of China.

Les aneuploïdies sont les anomalies chromosomiques les plus communes, leur fréquence d’apparition augmente avec l’âge de la mère. On suppose qu’un niveau élevé de gonadotrophines, tant endogènes qu’exogènes, peut être l’une des causes de leur apparition.

Dans les processus de maturation in vitro (MIV), on ajoute habituellement de la FSH au milieu de culture. Il existe des indices qui démontrent que cette FSH peut affecter les chromosomes et nuire à la qualité des embryons. Le taux d’aneuploïdies dans les ovocytes humains oscille entre 23% – 56%.

Nous allons examiner si la FSH augmente le taux d’aneuploïdies de manière dose-dépendante. Pour cela, nous étudierons la morphologie et la configuration chromosomique du fuseau méiotique.

Matériel et méthodes

86 micro-injections ont été réalisées, parmi lesquelles on a récolté 252 ovocytes immatures. Toutes les patientes se sont soumises à des protocoles longs de stimulation avec gonadotrophines. Ont été exclues les patientes de plus de 40 ans, celles ayant subi sans succès plus de trois cycles et les patientes présentant moins de 2 ovocytes immatures.

Après avoir observé le complexe cumulo-ovocytaire au microscope et sélectionné les ovocytes immatures, on les a placés en culture pour leur maturation en ajoutant au milieu différentes doses de FSH (Gonal-F). On a établi 5 groupes selon les doses: 0, 5,5, 22, 100, 2 000 ng/mL.

On a procédé à une biopsie des corps polaires (PBs) des ovocytes mûrs et tout de suite après on a observé le fuseau méiotique au microscope polarisé. On a analysé 5 chromosomes par FISH (Hybridation in situ en fluorescence).

Dans les ovocytes mûris avec 5,5 et 2 000 ng/mL de FSH, la chromatine et la tubuline se sont teintées. On a mesuré la configuration normale et anormale du fuseau méiotique à l’aide d’un microscope à balayage confocal laser, sans obtenir de différences entre les 2 groupes.

Résultats

Un total de 171 ovocytes sont arrivés à maturation, à partir de 172 vésicules germinatives (VG) et 80 ovocytes en métaphase I (MI). Aucune différence significative dans les aneuploïdies entre les ovocytes VG et MI (34,5% vs. 42,4%) n’a été observée. Toutefois, on a constaté un accroissement dose-dépendant d’aneuploïdies, avec l’augmentation de la concentration en FSH, de 26,7% dans le groupe avec concentration 0 en FSH à 63,3% dans le groupe avec concentration de 2 000ng/mL. (23,3% pour le groupe 5,5ng/mL, 36,7% pour le groupe 22ng/mL et 46,7% pour le groupe 100ng/mL).

Le taux global de visualisation du fuseau était de 52,0% (89/171). 78 des ovocytes visualisés ont montré des résultats de FISH. Le taux de visualisation chez les ovocytes aneuploïdes était de 53,8% (29/59), contre 49,2% (49/91) chez les ovocytes normaux.

FSH recombinante

Discussion

Des études réalisées sur des animaux ont fourni des indices appuyant l’hypothèse selon laquelle un niveau élevé de FSH est l’une des causes d’aneuploïdie. Chez des souris, on a pu observer que la FSH produit des anomalies chromosomiques en MIV de manière dose-dépendante.

Les résultats de l’étude montrent une augmentation des aneuploïdies en présence d’une concentration de FSH élevée. Elle est surtout significative dans le groupe avec la concentration la plus élevée (2 000ng/mL-63,3%).

Jusqu’à présent, on n’a pas encore pu établir de façon exacte comment la FSH induit ces aneuploïdies. Cela pourrait être dû au fait que l’ovocyte est très vulnérable durant la première méiose et fortement influencé par l’environnement dans lequel il se trouve. Cela pourrait également être dû à l’effet de la FSH sur les microtubules.

Roberts montre dans son étude que la FSH n’affecte pas la morphologie brute du fuseau; cependant, les chromosomes sont plus dispersés et ne sont pas alignés dans les ovocytes cultivés avec 2 000ng/mL.

Il faut donc être attentif à l’usage des gonadotrophines dans les techniques de procréation, étant donné que les fortes concentrations de FSH jouent un rôle très important dans le taux d’aneuploïdies des ovocytes mûris in vitro.

Source: Fertility and Sterility, vol. 95, nº. 1, pp. 99-104, 2011

Auteurs et collaborateurs

Conseillère en fertilité
Conseillère en fertilité.