Utérus antéversé après une grossesse

  1. Irène
    Irène

    Bonjour ! Après un premier accouchement j’ai voulu essayer de retomber enceinte mais en faisant des tests de fertilité j’ai remarqué que sur les résultats de l’hystérosonographie il était écrit que j’avais un utérus antéversé alors que jusqu’à présent, c’est-à-dire avant ma première grossesse il était rétroversé. Comment est-il possible qu’il ait changé de position ??

    12/04/2016 à 9:16
    Répondre
  2. Bonjour Irène,

    L’utérus est un organe mobile. Lorsqu’il est rétroversé, il s’adapte à la position idéale pendant la grossesse (antéversée) afin de permettre au fœtus de se développer et de ne pas interrompre la grossesse à cause d’un mauvais positionnement utérin. Après la grossesse, l’utérus reprend sa position initiale mais il arrive que ce ne soit pas le cas et qu’il conserve sa position antéversé. Je vous recommande tout de même de demander l’avis de votre médecin.

    En espérant vous avoir aidée,

    Bonne journée.

    12/04/2016 à 9:22
    Répondre
  3. Bonjour, je suis une « victime » du distilbene, cette hormone qui était donnée aux mamans en cas de fausse couche dans les années 70 75 ! J’ai un utérus bicorne bicervical avec cloison vaginale ! C ‘est à dire que l’utérus est séparé en deux par une cloison, j’ai 2 cols d’utérus et une cloison vaginale qui sépare le vagin en deux ! Merci les scientifiques !!!! Heureusement pour nous, j’ai eu la chance d’avoir une fille qui pousse merveilleusement bien !

    J’essaie d’avoir un deuxième enfant mais les choses se compliquent par rapport a une endométriose qui se développe rapidement . Y a-t-il un rapport avec le distilbène?

    merci pour votre aide,

    08/10/2017 à 23:05
    Répondre
    • Bonjour Sarah,

      Il existe en effet une série d’anomalies utérines associées au diéthylstilbestrol (DES), commercialisé sous le nom de Distilbène. Il s’agit d’un œstrogène de synthèse qui a été utilisé jusque dans les années 70 pour prévenir les risques de fausse-couche.

      Environ 25% des femmes exposées à ce médicament pendant leur étape fœtale ont souffert d’altération des trompes, de l’utérus, du col de l’utérus ou du vagin. Plus que l’utérus bicorne, la malformation la plus fréquente de ces femmes est l’utérus en forme de T.

      Il convient d’évaluer l’étendue des malformations pour prévoir leur impact sur la fertilité et le bon déroulement de la gestation. Pour cela, des techniques comme l’imagerie par résonance magnétique (IRM) vont permettre de caractériser et classifier les anomalies utérines.

      Il est fondamental de considérer le rapport risque-bénéfice de la chirurgie en fonction de la gravité du problème. En effet, il peut arriver que la chirurgie endommage les tissus qui recouvrent la paroi de l’utérus et occasionne des problèmes de fertilité par échec de la nidation.

      Je vous recommande la lecture de notre article: Malformations utérines.

      Bon courage,

      11/10/2017 à 16:09
      Répondre
Autres sujets en lien avec le forum
Réponses
Dernier
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies propres et de tiers pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur les cookies.