Embryons viables après un double don et DPI

  1. Méline
    Méline

    Bonjour. On va me faire un transfert d’embryon provenant d’un double don. J’ai demandé à faire un DPI mais je voudrais savoir combien d’embryons viable on va pouvoir me transférer ?

    13/03/2016 à 8:27
    Répondre
  2. Bonjour Méline,

    Il faut savoir qu’en cas d’embryons générés à partir d’un double don (ovocytes et spermatozoïdes), le DPI n’est pas nécessaire dans la mesure où les donneurs doivent passer une série d’examens génétiques avant de pouvoir être donneur, il s’agit donc de personnes en bonne santé. Vous pouvez vous économiser le prix du DPI.

    Le nombre d’embryons viables pour le transfert dépendra du nombre d’ovocytes donnés. Il est possible qu’ils soient tous fécondés et qu’ils évoluent très bien en raison de la très bonne qualité des gamètes. Cela dépendra également de la survie des embryons à la biopsie pour le DPI (si finalement vous décidez de le faire).

    Vous pouvez également jeter un coup d’œil à notre article sur le DPI .

    En espérant avoir pu vous aider,

    Bonne journée.

    14/03/2016 à 12:41
    Répondre
  3. Bonjour,
    J’aimerais savoir si certaines d’entre vous ont dû passer par un diagnostic préimplantatoire pour tenter d’avoir un bébé? Quels sont les avantages et inconvénients du DPI?
    Avez-vous des arguments pour et des arguments contre?
    S’agit-il d’une FIV ICSI car je ne sais pas bien en quoi cela consiste,on ne m’a rien expliqué!
    Merci de votre réponse.
    A bientôt.

    05/07/2017 à 23:14
    Répondre
    • Bonjour Lydia,

      Le diagnostic pré-implantatoire (DPI) est un examen génétique réalisé sur un embryon humain obtenu par fécondation in vitro (FIV). Il est pratiqué au tout début du développement de l’embryon lorsque celui-ci n’est âgé que de 3 jours et n’est constitué que de 6 à 10 cellules : une ou deux cellules sont alors prélevées et analysées afin de déterminer si elles sont porteuses de la maladie recherchée.

      Le diagnostic pré-implantatoire pose évidemment des problèmes éthiques sérieux, car pratiqué sans aucune restriction, il permettrait de choisir le sexe de l’enfant pour des raisons de convenance ou encore de choisir un embryon au système immunitaire compatible avec un frère ou une sœur aîné atteint de leucémie qui nécessiterait une greffe.

      Actuellement, les textes de loi français encadrent strictement les indications du DPI : le diagnostic de sexe n’est autorisé que pour dépister des maladies génétiques liées au sexe. Cela permet entre autres les dérives de l’eugénisme qui a pour but d’améliorer la race humaine.

      Vous pourrez trouver plus d’informations sur notre article: Le diagnostic pré-implantatoire (DPI).

      06/07/2017 à 8:41
      Répondre
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies propres et de tiers pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur les cookies.