Par Cristina Mestre (embryologiste) et Aitziber Domingo Bilbao (embryologiste).
Dernière actualisation: 26/12/2014

QU’EST-CE QUI EST MIEUX: LA FIV OU L’ICSI?

Le Docteur Miguel Dolz, gynécologue et gérant de la clinique FIV-Valencia, a donné une conférence sur les pour et les contre des techniques FIV ou ICSI et s’est également penché sur la raison pour laquelle l’ICSI est devenue la technique la plus utilisée en médecine procréative.

Importance de la FIV classique

La fécondation in vitro classique est née pour solutionner certains problèmes d’infertilité comme l’obstruction des trompes de Fallope, les problèmes d’endométriose, ou les échecs d’insémination artificielle. L’ICSI (Injection intra-cytoplasmique de spermatozoïde) était utilisée quant à elle dans les cas d’infertilité due à un facteur masculin. 40% des couples avec des problèmes d’infertilité font face à cette dernière difficulté (parmi ces 40%, 15% sont des cas sévères). C’est dans ces cas-ci qu’il faudrait utiliser l’ICSI.

Pourtant, en Espagne, environ 80% des cas sont réglés au moyen d’une ICSI (même si les problèmes de fertilité sont d’autre nature) et seuls 20% au moyen d’une FIV classique. Dans son exposé, le Docteur Dolz se demande pourquoi.

Comme nous pouvons le voir dans le tableau 1, la fécondation in vitro présente de meilleurs taux de fécondation et un plus grand nombre d’embryons de bonne qualité. Les échecs sont exceptionnels dans les deux techniques.

Tableau 1: Cycles de FIV et ICSI durant les années 2009-2010 auprès de FIV VALENCIA

Cycles de FIV-ICSI 2009-2010FIVICSIp
Cycles (N=470)270 (60%)200 (40%)ns
Ovocytes récupérés9,610,2ns
Ovocytes inséminés9,48,05(MII)0,003
Ovocytes fécondés6,76,1ns
Taux Fécondation/ovocytes Inséminés72,6%76,1%ns
Taux Fécondation/ovocytes Récupérés70,5%60,6%0,001
Embryons TQE4,23,90,02
Embryons transférés2,092,1ns
Embryons vitrifiés5,35,0ns
Echecs de fécondation3 (1,1%)3 (1,5%)ns

Dolz s’interroge aussi sur la collaboration Cochrane de 2004 dont les conclusions montrent que le taux de fécondation est supérieur dans les cycles FIV (lorsqu’il ne s’agit pas d’un facteur masculin). En outre, dans le cas des femmes de plus de 36 ans, la FIV classique obtient de meilleurs résultats en ce qui concerne le taux de grossesse, d’implantation et d’accouchement par cycle commencé.

Mais pourquoi? Selon plusieurs auteurs, la qualité ovocytaire empire avec l’âge, les réserves de l’ovule diminuent ainsi que son potentiel et sa capacité régénératrice.

L’ICSI, pour sa part, expose à des environnements plus agressifs que la FIV. On utilise l’hyaluronidase dans le but d’éliminer les cellules du cumulus. De plus, ce stress est aussi déterminé par la micro-injection de PVP et par le processus de pelage (nettoyage des ovules). Les ovocytes des femmes plus âgées seront plus affectés par tous ces processus.

Il faut également prendre en considération l’augmentation des altérations chromosomiques de novo en relation à l’ICSI et les désordres qui peuvent altérer l’empreinte génétique.

Dolz conclut que la FIV est aussi efficace que l’ICSI. “Les deux techniques ont pour objectif de parvenir à la fécondation des gamètes; l’ICSI commence où se termine la FIV”.

Source: FIV-Valencia

Vos questions fréquentes

Quels avantages et désavantages présente l’ICSI par rapport à la FIV ?

Par Aitziber Domingo Bilbao (embryologiste).

Les deux techniques sont des procédés utilisés en PMA et une technique n’est pas meilleure qu’une autre, tout dépend du diagnostic du couple à traiter.

Dans le cas de la FIV conventionnelle, nous mettons l’ovocyte en contact avec une certaine concentration de sperme, de sorte que c’est le sperme qui féconde l’ovocyte, ce qui ressemble davantage à la reproduction naturelle.

Dans de nombreux cas, nous avons une qualité séminale altérée et nous ne pouvons pas avoir recours à la FIV. Dans ces cas-là, on a recours à l’ICSI, elle consiste à micro-injecter dans l’ovocyte un spermatozoïde choisi subjectivement par l’embryologiste.

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Auteurs et collaborateurs

 Cristina Mestre
Embryologiste
Diplômée en Sciences Biologiques, Génétique et Procréation Médicalement Assistée par l'Universidad de Valencia (UV). Master Universitaire en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée par l'UV avec l'lnstituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Embryologiste à IVI Barcelona. Plus d'informations
 Aitziber Domingo Bilbao
Diplômée en Biologie par L' Universidad del País Vasco. Elle a un Master en Procréation Médicalement Assistée par l'Universidad Complutense de Madrid ainsi qu'un Master en Recherche Biomédicale par l'Universidad del País Vasco. Large expérience comme embryologiste spécialiste en Médecine Reproductive. Plus d'informations
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.