Par Andrea Rodrigo (embryologiste).
Dernière actualisation: 28/12/2015

Le souhait de chaque couple est d’avoir des enfants conçus à partir de ses propres gamètes. Néanmoins cela n’est pas toujours possible en raison de la mauvaise qualité des ovocytes et/ou des spermatozoïdes ou de l’absence de ceux-ci, ce qui les oblige bien souvent à faire appel à un don.

Bien que cela soit assez rare, il arrive que l’homme et la femme souffrent tous deux de troubles de la fertilité, ce qui les empêchent d’utiliser leurs propres ovocytes et spermatozoïdes dans un traitement de procréation assistée. Dans ce cas, ils sont obligés de faire appel à un double don.

Qu’est-ce que le double don ?

Le double don est un traitement de procréation assistée appliquée à la fécondation in vitro par lequel les embryons utilisés sont crées à partir d’ovocytes et de spermatozoïdes donnés par des personnes qui ne seront pas les futurs parents légaux de l’enfant.

Les étapes suivies lors de ce traitement sont les suivantes :

  • Sélection du donneur de sperme et prélèvement de l’échantillon.
  • Sélection de la donneuse d’ovocytes et prélèvement des ovocytes.
  • Fusion des ovocytes et des spermatozoïdes donnés.
  • Évaluation de la fécondation.
  • Préparation de la receveuse.
  • Transfert des embryons de la meilleure qualité.
  • Test de grossesse.
  • Congélation des embryons non transférés.

Techniquement parlant, il n’y a aucune différence avec le processus habituel de FIV, c’est-à-dire avec les propres gamètes des patients. Toutefois, pour les futurs parents, cela peut s’avérer plus compliqué, non seulement parce qu’ils doivent passer par deux processus de sélection (choisir le donneur de sperme et la donneuse d’ovocytes) mais aussi parce qu’accepter le double don n’est pas chose facile psychologiquement.

Quant à l’efficacité de la technique, le taux de réussite est élevé étant donné que les gamètes proviennent de personnes jeunes et en bonne santé.

Accepter le double don

Assumer le fait que les enfants portent la charge génétique d’autres personnes, qu’elles soient anonymes, connues ou semi-connues, n’est pas chose facile pour les parents. Toutefois, pour de nombreuses femmes, le souhait de tomber enceinte est plus fort que la génétique et l’idée de devenir responsable d’un enfant, de lui donner de la tendresse et de lui inculquer une éducation occupe toutes leurs pensées.

Certaines personnes et certains couples ont besoin du double don pour concevoir un enfant et recherchent un soutien psychologique et émotionnel afin de le comprendre et de pouvoir l’affronter sans nuire au futur bébé, à son éducation et à son développement.

Il est par conséquent important de déterminer le concept de père/mère que chacun possède :

  • Les personnes qui incluent le lien génétique dans le concept de père/mère ne pourront pas affronter le double don et devront recourir à d’autres moyens pour concevoir des enfants ou se résigner à l’idée de ne pas devenir parents.
  • Pour ceux qui voient la maternité/paternité comme le fait d’élever un enfant, l’éduquer, s’en faire responsable et lui donner de l’amour, le double don ne leur posera normalement aucun problème et l’assumeront sans aucun doute.

Bien que l’on puisse penser que le double don ne s’adresse qu’aux couples hétérosexuels, de nombreux couples homosexuels et personnes célibataires décident de recourir à ce traitement pour avoir des enfants. Aux États-Unis, l’application du double don est autorisée à tout type de personne et de couple.

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.

Auteurs et collaborateurs

 Andrea Rodrigo
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) d'un Master Universitario en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée, par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Diplômée comme Expert en Génétique Médicale. Plus d'informations