FIV avec don d’ovocytes en Ukraine

En Ukraine, on ne permet l’emploi des techniques de procréation assistée que s’il existe une indication médicale. Pour pouvoir réaliser un traitement de ce type, les patients ont besoin d’un certificat médical et de la signature d’un formulaire de consentement, en plus de l’accord du Ministère de la Santé.

Quand une femme ne peut pas avoir d’enfants avec ses propres ovocytes, elle peut recourir à l’ovodonation.

Ce traitement est indiqué dans les cas suivants :

Le Code de Famille, le Code civil, ainsi que la Loi sur les Fondements de la Législation Ukrainienne sur la Santé Publique sont les textes qui encadrent le don d’ovocytes en Ukraine. Ils établissent que la donneuse d’ovocytes doit être une femme anonyme, une parente ou une amie proche qui cède une partie des ovocytes obtenus lors d’un traitement de procréation assistée.

Procédure étape par étape

La première étape consiste à sélectionner la donneuse et à obtenir les ovocytes par ponction folliculaire, après l’administration du traitement de stimulation ovarienne à base d’injections sous-cutanées.

Ensuite, il est faut obtenir l’échantillon de sperme du partenaire par masturbation, aspiration de spermatozoïdes dans l’épididyme ou biopsie testiculaire. Les deux derniers types d’échantillons doivent être cryopréservés au préalable et ils seront décongelés le jour de la ponction.

Une fois qu’on a les ovocytes et les spermatozoïdes traités au laboratoire, on procède à la fécondation. Pour ce faire, on peut réaliser une FIV conventionnelle, pour tenter de faire en sorte que les spermatozoïdes fécondent eux-mêmes les ovocytes, ou une ICSI, dans laquelle on introduit un spermatozoïde préalablement sélectionné directement dans l’ovocyte.

Quand la fécondation a eu lieu, il faut placer les ovocytes fécondés sur une plaquette avec un milieu de culture pour procéder à la culture embryonnaire dans un incubateur. Il faut observer le développement embryonnaire pour pouvoir décider quels sont les embryons de meilleure qualité pour être transférés à l’utérus.

Selon les instructions du Ministère de la Santé ukrainien, on autorise le transfert d’embryons à partir d’un stade précoce de la division (après 3 jours au laboratoire) et jusqu’au stade de blastocyste (après sa culture pendant 5-6 jours). On transfèrera alors entre 1 et 3 embryons à l’utérus de la mère, tel que stipulé par la loi ukrainienne.

S’il y a des embryons surnuméraires viables, ceux-ci seront vitrifiés pour leur utilisation postérieure dans le cadre d’un autre traitement de procréation assistée.

Préparation de la réceptrice d’ovocytes

Avant le transfert embryonnaire et afin que les embryons puissent s’implanter dans l’utérus correctement, il faut préparer l’endomètre pour qu’il atteigne une épaisseur et une composition adéquates.

Il est nécessaire pour cela que la femme réceptrice s’administre un traitement hormonal à base d’oestrogènes et progestérone en suivant les indications du médecin. En général, on débute l’administration des hormones le premier jour des menstruations et on poursuit le traitement jusqu’à 10 jours après.

Le gynécologue réalisera les contrôles pertinents pour contrôler la croissance de l’endomètre par échographie, et quand il observera un endomètre trilaminaire avec une épaisseur entre 7 et 10mm, il programmera le transfert embryonnaire.

Si le traitement d’ovodonation est réalisé avec des ovocytes frais, il faudra synchroniser les cycles de la donneuse et de la réceptrice. Cependant, si les ovocytes ont été vitrifiés, cela ne sera pas nécessaire.

Un commentaire

  1. usuario
    Sonia

    J’hésite entre la Russie et l’Ukraine, les conditions sont très semblables entre ces deux pays.

Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.   Accepter