Par Andrea Rodrigo (embryologiste).
Dernière actualisation: 15/12/2015

La fécondation in vitro avec don d’ovocytes consiste à utiliser les ovocytes d’une donneuse afin de les féconder en laboratoire et de transférer les embryons dans l’utérus de la femme qui souhaite devenir mère.

Une femme peut avoir besoin d’un don d’ovocytes pour plusieurs raisons, comme le risque de transmission d’une maladie héréditaire, mais aussi et plus généralement à cause d’une réserve ovarienne basse. Lorsqu’une patiente ne présente pas une bonne qualité d’ovocytes ou si son ovaire ne réagit pas au traitement médicamenteux lors de la stimulation ovarienne, elle peut faire appel aux ovocytes d’une donneuse jeune et en bonne santé.

Tous les pays n’autorisent pas le don d’ovocytes pour avoir un enfant, et dans certains cas, bien qu’il soit autorisé, les listes d’attente sont très longues par manque de donneuses. Par conséquent, les personnes souhaitant devenir parents doivent se déplacer à l’étranger afin de pouvoir accéder au traitement d’infertilité dont ils ont besoin.

La Russie est l’un des pays européens dont la loi sur la procréation assistée est très complète, c’est-à-dire que différentes techniques y sont autorisées, même celles dans lesquelles le don d’ovocytes est nécessaire. C’est pourquoi la Russie est une destination très prisée du tourisme procréatif.

Types de donneuses

La législation russe autorise le don de gamètes (ovocytes et spermatozoïdes) et d’embryons, aussi bien de manière altruiste que commerciale. Les donneuses d’ovocytes peuvent, par conséquent, percevoir une compensation financière.

Il existe deux types de don d’ovocytes: le don anonyme et le don non anonyme. Si la donneuse est anonyme, il est possible de donner aux patients des informations sur les caractéristiques générales de la donneuse, telles que :

  • Groupe sanguin.
  • Type et couleur de cheveux.
  • Couleur des yeux.
  • Taille et poids.
  • Certaines bases de donneuses incluent des notes vocales afin d’entendre la voix de la donneuse, et des photos de la donneuse quand elle était enfant.

Cette option est la plus courante; les informations concernant la donneuse et le couple sont strictement confidentielles. Tout le processus est réalisé par le personnel médical qui agit en tant qu’intermédiaire. Le don anonyme permet donc de protéger aussi bien la donneuse que le couple et le futur enfant. C’est aux parents de décider s’ils veulent que leur enfant sache qu’il a été conçu grâce à un don d’ovocytes.

Si la femme opte pour un don non anonyme, la donneuse d’ovocytes devra passer tous les examens médicaux nécessaires pour être donneuse mais devra également avoir un lien familial ou amical avec la patiente.

Processus de FIV avec don d’ovocytes

Pour ce traitement, la patiente devra contrôler son endomètre pour qu’une fois les embryons transférés, ils soient capables de s’implanter et de provoquer une grossesse.

La patiente doit s’administrer le traitement par voie orale, vaginale ou par patchs. Aucune injection n’est donc nécessaire. Pendant plusieurs jours, le développement de l’endomètre sera analysé via des échographies et lorsqu’il aura atteint un stade optimal (endomètre trilaminaire d’une grosseur de plus de 7 mm), on procédera au transfert des embryons.

Si les patients viennent d’un pays étranger, le contrôle endométriale peut être fait dans leur pays d’origine pour ne venir à la clinique russe que le jour du transfert embryonnaire, ou quelques jours avant. Le jour de la fécondation in vitro, l’homme devra venir à la clinique déposer son échantillon de sperme, dans le cas d’un échantillon de sperme frais. Une autre option, à condition que la clinique le permette, est de congeler l’échantillon de sperme dans leur pays d’origine et de l’envoyer à la clinique russe.

Le transfert embryonnaire est un processus simple et indolore. Après 15-30 minutes de repos, la femme peut reprendre une vie normale, en respectant les indications de la clinique. La femme pourra retourner dans son pays le même jour ou le lendemain.

Auteurs et collaborateurs

 Andrea Rodrigo
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) d'un Master Universitario en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée, par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Diplômée comme Expert en Génétique Médicale. Plus d'informations

Un commentaire

    1. Zoélie

      Bonjour, avec mon mari on souhaiterait partir en Russie pour le traitement de FIV avec don d’ovocytes et on connaît quelqu’un qui serait prête à agir en tant que donneuse pour nous. On voudrait savoir, étant donné que le don non anonyme est permis là-bas, s’il est possible que la donneuse soit française ou si on doit la trouver là-bas directement?