FIV avec don d’ovocytes en Grèce

La fécondation in vitro (FIV) consiste à fusionner un ovocyte et un spermatozoïde en laboratoire, c’est-à-dire, hors de l’organisme féminin. Afin de pouvoir réaliser la FIV, il faut d’abord obtenir les ovocytes et les spermatozoïdes pour pouvoir ensuite les mettre en contact et créer un embryon.

Une fois l’embryon obtenu en laboratoire, il sera transféré dans l’utérus de la mère en attendant qu’il s’implante et qu’il provoque la grossesse.

Les ovocytes et le sperme utilisés pourront provenir des futurs parents et/ou de donneurs.

La législation grecque sur l’application des techniques de procréation assistée autorise l’utilisation des ovocytes d’une donneuse à condition que le don soit anonyme et que la receveuse ait moins de 50 ans.

Procédure

Lorsqu’une femme est dans l’impossibilité d’utiliser ses propres ovocytes pour réaliser la fécondation in vitro, elle peut faire appel à un don d’ovocytes. Les raisons principales qui poussent une femme à recourir au don sont les suivantes :

  • Insuffisance ovarienne prématurée
  • Ménopause précoce
  • Fausse couche à répétition
  • Échec d’implantation
  • Âge maternel avancé
  • Altération génétique susceptible d’être transmise à la descendance
  • Échecs de précédents traitements de FIV réalisés avec les ovocytes de la patiente.

Une femme qui connaît l’un des problèmes ci-dessus aura besoin des ovocytes d’une autre femme pour pouvoir tomber enceinte. Elle deviendra donc receveuse d’ovocytes. Le traitement qu’elle reçoit est très simple puisqu’il consiste seulement à préparer son utérus pour le transfert et l’implantation des embryons.

L’endomètre est la couche utérine où s’implantent les embryons. L’endomètre doit avoir un aspect trilaminaire et une grosseur d’environ 8 mm afin que les embryons puissent s’y accrocher. Pour cela, la receveuse devra s’administrer un traitement hormonal par voie vaginale ou en patchs.

La préparation endométriale est contrôlée par échographie et le transfert des embryons aura lieu quand l’endomètre sera prêt. Normalement la patiente reçoit le traitement hormonal (œstrogènes et progestérone) pendant 10 jours, en commençant le premier jour de ses règles.

En cas de don d’ovocytes, la loi grecque sur l’application des techniques de procréation assistée (Loi 3305/2005) limite à deux le nombre d’embryons à transférer.

Quant à la donneuse, elle sera soumise à une ponction ovarienne pour extraire ses ovocytes. Afin d’augmenter le nombre d’ovocytes obtenus, la donneuse recevra un traitement de stimulation ovarienne contrôlée pendant 10 à 12 jours, après quoi la ponction ovarienne pourra être réalisée.

Vous avez besoin d’un don d’ovocytes pour réaliser votre rêve d’être mère ? PMA Fertilité peut vous envoyer une estimation des coûts détaillée et vous obtenir des prix spéciaux de cliniques internationales de fertilité.

Remplissez juste le questionnaire suivant pour obtenir un rapport personnalisé : Calculateur de coût pour une FIV avec don d’ovocytes.

Durée du traitement

Étant donné que seuls la préparation endométriale et le transfert ne sont nécessaires, la durée du traitement ne dépassera pas 10 à 15 jours. De plus, si les patients vont en Grèce pour réaliser la FIV avec don d’ovocytes, certaines cliniques leur permettent de commencer le traitement médicamenteux dans leur pays d’origine, ce qui réduit considérablement la durée de leur voyage.

  • Don d’ovocytes frais : si les ovocytes donnés sont frais, il faudra alors synchroniser le cycle ovarien de la donneuse et de la receveuse, ce qui peut légèrement rallonger le temps de séjour. Il est important que la receveuse se trouve dans le pays au moment de la ponction. Il est même recommandé qu’elle y soit un ou deux jours avant, afin d’améliorer la synchronisation et d’éviter les imprévus.
  • Don d’ovocytes congelés : si les ovocytes de la donneuse ont été congelés (vitrifiés) après la ponction, la receveuse ne devra se rendre à la clinique que le jour de la fécondation et du transfert. La durée de séjour dépendra de si le traitement est réalisé avec du sperme frais ou congelé et du stade de développement embryonnaire pendant lequel se fera le transfert.

Un commentaire

  1. usuario
    Sylvianne

    Merci pour cet article ! J’ai fait plusieurs tentatives de FIV ici en France sans aucun résultat positif… J’ai 43 ans, donc pourquoi pas tenter ma chance en Grèce sachant que je lis souvent qu’ils ont des taux de réussites assez élevés !

Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.