Comment savoir si l'on a le syndrome des ovaires polykystiques ?

Par Rebeca Reus .
Dernière actualisation: 27/08/2018

Pour détecter cette maladie, il faut effectuer quelques tests et analyser les antécédents cliniques de la patiente. Généralement, ces tests sont un examen physique centré sur la zone pelvienne. Ils visent à détecter l’inflammation des ovaires ou du clitoris.

En plus de cela, on mesure l’indice de masse corporelle (IMC) de la personne, son poids et la taille de son abdomen. Évidemment, les prises de sang sont aussi très importantes pour savoir si la patiente souffre de SOPK et détecter les hormones responsables.

La rédaction vous recommande: Syndrome des ovaires polykystiques: quel est le traitement?.

Embryologiste
Diplômée en Biologie humaine (Biomédecine) de l'Universitat Pompeu Fabra (UPF), Master en Laboratoire d'Analyses Cliniques de l'UPF et Master sur la Base Théorique et Procédures de Laboratoire en Procréation Assistée de l'Universidad de Valencia (UV).
Embryologiste. Diplômée en Biologie humaine (Biomédecine) de l'Universitat Pompeu Fabra (UPF), Master en Laboratoire d'Analyses Cliniques de l'UPF et Master sur la Base Théorique et Procédures de Laboratoire en Procréation Assistée de l'Universidad de Valencia (UV).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies propres et de tiers pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur les cookies.