Par Zaira Salvador (embryologiste), Dr. Carmen Ochoa Marieta (gynécologue) et Dr. Ana Mª Villaquirán Villalba (gynécologue).
Dernière actualisation: 01/10/2018

L’utérus est, avec les ovaires, l’organe le plus important de l’appareil reproducteur féminin. Il est capable de répondre aux hormones sexuelles qui interviennent dans le cycle menstruel et il est chargé d’accueillir le bébé pendant 9 mois.

Il peut présenter des troubles de morphologie ainsi que de fonctionnement, ce qui donne lieu à une cause de stérilité féminine.

Selon la gravité ou le type de malformation, certaines complications peuvent survenir pour obtenir une grossesse ou la maintenir, et obligent parfois la patiente à renoncer à son rêve de devenir mère.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Causes utérines d’infertilité

Les problèmes d’utérus de la femme peuvent apparaître à la naissance en raison d’anomalies génétiques lors du développement, ou se déclarer à l’âge adulte.

Dans tous les cas, il existe un problème de stérilité qui empêche la grossesse. Il est également possible que l’utérus permette la nidation de l’embryon mais que la femme connaisse des fausses couches répétées à mesure qu’avance la grossesse.

Les problèmes utérins peuvent se diviser ainsi:

Malformations utérines

Elles sont dues à des anomalies pendant la formation de l’utérus lors de l’étape foetale, entre la semaine 8 et la semaine 17 de la grossesse.

Elle sont également appelées malformations müllériennes, car l’origine de ces malformations provient du développement et/ou de la fusion des canaux de Müller chez les bébés de sexe féminin.

Les canaux de Müller sont des structures embryonnaires qui donnent lieu à l’utérus, aux trompes de Fallope, au col de l’utérus et à une partie du vagin pendant le processus de l’embryogenèse.

Voici comment se classent les malformations utérines que présentent les petites filles dès leur naissance à cause de problèmes de développement embryonnaire:

Agénésie müllérienne
absence d’utérus car les canaux de Müller ne se sont pas développés. On l’appelle le syndrome de Mayer-Rokitansky-Kuster-Hauser.
Utérus septé ou arqué
il s’agit d’une altération de la fusion latérale des canaux de Müller. L’utérus présente une paroi qui le divise, qui commence sur la partie supérieure et peut s’étendre jusqu’au col de l’utérus.
Utérus unicorne
un seul des deux canaux de Müller se développe et par conséquent, l’utérus atteint la moitié de sa taille normale et a seulement une trompe de Fallope.
Utérus bicorne
la fusion des canaux de Müller est incomplète. Le résultat est un utérus en forme de coeur.
Utérus double ou didelphe
les canaux de Müller se développent mais ne fusionnent pas. Il est donc composé de deux cavités utérines indépendantes, avec deux cols de l’utérus et deux vagins.

En général, les femmes présentant des malformations utérines congénitales ne s’en rendent pas compte jusqu’à leur première échographie lors d’une visite chez le gynécologue. Il n’est pas fréquent de présenter des symptômes, mais il est possible que certaines femmes ressentent une douleur pelvienne, une dysménorrhée ou une absence de menstruation.

Synéchies utérines

Il s’agit d’adhérences ou lésions sur les parois de l’utérus qui provoquent une altération de la morphologie.

Cette pathologie est appelée Syndrome de Asherman et voici les causes qui la provoquent:

  • Curetage utérin qui laisse des cicatrices sur la paroi utérine
  • Hémorragie après une césarienne ou accouchement par voie basse
  • Myomectomie ou extraction d’un myome
  • Endométrite infectieuse

Contrairement aux malformations müllériennes, le syndrome de Asherman est une altération acquise.

Tumeurs

L’utérus peut parfois présenter des tumeurs qui sont normalement bénignes. Voici les plus importantes:

Myomes
tumeurs formées sur la couche musculaire de l’utérus, le myomètre. Les tumeurs sous-muqueuses peuvent déformer la cavité utérine et provoquer l’infertilité.
Adénomyose
invasion de tissu endométrial jusqu’à l’intérieur du myomètre.
Polypes utérins
tissu endométrial qui ressort de la cavité utérine et empêche la nidation de l’embryon dans l’utérus.

Causes d’origine endométriale

L’endomètre est la couche interne de l’utérus sur laquelle se produit la nidation de l’embryon.

Il est de nature proliférative, il subit des changements en fonction des niveaux hormonaux d’oestrogènes et de progestérone, et augmente son épaisseur à mesure qu’avance le cycle menstruel. Il est enfin détruit avec les règles si la grossesse ne s’est pas produite et, commence ensuite à se régénérer.

Par conséquent, toutes les malformations que subit l’endomètre peuvent influencer la nidation de l’embryon et conduire à l’infertilité. Voici certaines de ces malformations:

Endométrite
inflammation systématique de l’endomètre en raison d’infections provoquées par des micro-organismes comme la Chlamydia, le Mycoplasme, le Gonocoque ou le Streptocoque.
Atrophie endométriale
l’endomètre est plus fin voir absent en raison du manque d’oestrogènes. La cause peut être une insuffisance ovarienne primaire ou secondaire.
Hyperplasie endométriale
augmentation de l’épaisseur endométriale en raison d’une surstimulation due à l’excès d’oestrogènes. La cause provient également du mauvais fonctionnement des ovaires et de la présence de cycles anovulatoires.

L’épaisseur adéquate à chaque moment du cycle est capitale pour pouvoir tomber enceinte.

Vous pourrez trouver plus d’informations sur ce lien: Qu’est-ce que l’endomètre?

Traitement

Face à un cas de stérilité féminine due à un facteur utérin, le médecin devra tout d’abord évaluer si la fertilité peut être récupérée à l’aide d’un traitement pharmacologique ou chirurgical.

Dans le cas où un traitement médicamenteux ne pourrait pas être appliqué ou après une opération, le couple ou la femme célibataire n’aura pas à avoir recours à la procréation assistée pour avoir un enfant.

Traitement pharmacologique

Les infections qui provoquent l’endométriose aigüe ou chronique sotn souvent traitées avec des antibiotiques en fonction d’une étude bactériologique.

Dans les cas de troubles trophiques de l’endomètre, le traitement hormonal à base d’hormones sexuelles féminines avec des oestrogènes, de la progestérone ou la FSH est efficace pour récupérer l’épaisseur endométriale adéquate.

Intervention chirurgicale

Il s’agit souvent de la première option pour traiter les cas de malformations müllériennes. Voici les différentes interventions nécessaires dans les cas suivants:

Hystéroscopie
pour corriger les utérus septés ou les parois de l’utérus. Elle est également utilisée pour extraire les myomes sous-muqueux de petite taille et les synéchies.
Laparoscopie
elle est utilisée dans les mêmes cas mais elle présente une plus grande difficulté. Elle évite souvent l’ablation totale de l’utérus (hystérectomie) par la résection des cornes déformées.
Chirurgie gynécologique
dans les cas où il n’est pas possible d’appliquer des techniques endoscopiques, par exemple lors d’un myome sous sereux de grande taille.

Dans la majorité des cas, une fois éliminée la pathologie utérine par intervention chirurgicale, le taux de réussite pour obtenir la grossesse est augmenté de façon naturelle ainsi que par des techniques de PMA.

Techniques de PMA

S’il est nécessaire d’avoir recours à un traitement de fertilité pour obtenir une grossesse, le spécialiste devra évaluer s’il est possible de réaliser une insémination artificielle (IA) ou si au contraire, il faut avoir recours directement à une fécondation in vitro (FIV):

Insémination artificielle
elle consiste à introduire le sperme préparé en laboratoire à l’intérieur de l’utérus. La femme aura été soumise au préalable à une stimulation ovarienne légère.
Fécondation in vitro
la patiente est stimulée à l’aide de médicaments hormonaux pour récupérer plusieurs ovules matures en même temps. Ensuite, ces derniers sont fécondés en laboratoire avec les spermatozoïdes du conjoint ou d’un donneur anonyme. Les embryons obtenus sont transférés à la femme après plusieurs jours de développement.

Le recours à une technique ou à une autre va dépendre de facteurs comme la cause de l’infertilité, l’âge de la femme, la qualité séminale de l’homme, la réserve ovarienne, etc.

Si vous devez faire un traitement de fécondation in vitro pour devenir maman, nous vous recommandons d'utiliser le Rapport sur la fertilité. En 3 étapes simples, qui vous permettra de connaître les cliniques à l’étranger qui répondent à nos critères de qualité rigoureux. En outre, vous recevrez un rapport contenant des conseils utiles avant de réaliser des visites dans les cliniques.

Gestation pour autrui (GPA)

La gestation pour autrui, aussi connue comme technique des mères porteuses, est la seule technique de procréation médicalement assistée possible pour les femmes qui ne possèdent pas d’utérus ou dont les malformations sont si graves qu’elles empêchent totalement une grossesse.

Grâce à la GPA, une autre femme (la mère porteuse) sera chargée de mener à bien la grossesse et d’accoucher du bébé des parents d’intention.

Si la future mère est capable d’apporter les ovules car elle possède encore ses ovaires, le bébé né par GPA sera sont fils biologique. Si ce n’est pas possible, il est nécessaire d’avoir recours aux ovules d’une donneuse. On n’utilise jamais les ovules de la mère qui portera l’enfant.

Étant donné que la GPA n’est pas autorisée en France, les parents d’intention qui y ont recours doivent voyager dans des pays où la loi l’autorise.

Vos questions fréquentes

Si je veux avoir des enfants, quel est le meilleur traitement pour la myomatose ?

Par Dr. Carmen Ochoa Marieta (gynécologue).

En médecine reproductive, l’attitude vis-à-vis des fibromes est généralement assez conservatrice, mais il faut d’abord chercher à savoir de quelle taille ils sont et s’ils envahissent ou non la cavité utérine.

L’obésité influe-t-elle sur l’adénomyose ?

Par Dr. Ana Mª Villaquirán Villalba (gynécologue).

L’adénomyose, également connue comme l’endométriose interne, est une pathologie de l’utérus où le tissu de la couche interne de l’utérus (endomètre) se retoruve sur la couche musculaire de celui-ci (myomètre).

Les causes de cette pathologie ne sont pas clairement connues, bien que l’on sache que cela dépend des oestrogènes, et parmi les facteurs de prédisposition on retruve le fait d’avoir déjà eu une grossesse préalable et des chirurgies utérines (césariennes, curetages, hystéroscopies, etc)
L’adénomyose est également liée à l’âge, et surtout après 40 ans. Par conséquent, dans certains cas, on l’appelle familièrement le vieillissement utérin.

Certaines adénomyoses ne sont détectées que par des techniques spéciales telles que l’échographie 4D ou par résonance magnétique. Pour les cas peu prononcés, il existe très peu de traitements ayant une efficacité manifeste et il n’a pas été entièrement démontré que la pathologie ait un effet négatif sur les taux de grossesse des patientes. Cependant, les cas les plus graves tels que les utérus en forme de T nécessitent une chirurgie correctrice par une hystéroscopie.

Puis-je avoir une grossesse avec un utérus bicorne uni cervical ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

L’utérus bicorne résulte d’une anomalie survenue au cours du développement embryonnaire. Les canaux de Müller composent les voies génitales doubles de l’embryon lors du stade indifférencié du développement génital. Ils participent à la différenciation des sexes et, le cas échéant, à la formation des voies génitales féminines.

Certaines femmes parviennent heureusement à tomber enceinte et à mener une grossesse à terme. La fausse couche n’est pas une fatalité. D’ailleurs, certaines femmes ne découvrent cette malformation que lors d’un accouchement par césarienne. Néanmoins, les grossesses menées dans ce cadre font l’objet d’une surveillance médicale accrue, car elles présentent davantage de risques.

Quelles sont les conséquences d’un utérus à fond arqué ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Si certains le considèrent une variante de l’utérus normal, d’autres le considèrent une variante de l’utérus cloisonné. La différence réside dans le fait que le septum ou paroi est beaucoup moins accentué mais plus large. C’est pour cette raison, que dans les cas moins prononcés, la morphologie est très proche de celle de l’utérus normal.

C’est une anomalie assez fréquente. Elle n’est habituellement pas cause d’infertilité, mais peut dériver en difficultés pour le bon déroulement de la grossesse. Dans le cas de fausses-couches répétées, une chirurgie peut être envisageable.

Qu’est-ce qu’un utérus inversé ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

L’utérus inversé est une anomalie utérine qui peut être congénitale ou acquise. Elle consiste à varier la position de l’utérus, de sorte qu’il soit dirigé vers l’arrière (vers l’intestin) au lieu de vers l’avant (utérus situé à l’avant).

Au début, les femmes présentant un utérus inversé n’ont pas de problème d’infertilité même si elles peuvent subir des gênes pour évacuer ou pendant les rapports sexuels.

Les malformations utérines sont-elles compatibles avec le stérilet ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

La forme anormale de l’utérus peut empêcher le stérilet de remplir correctement sa fonction car il est pensé pour un utérus normal. Il faudra consulter au cas par cas avec le gynécologue pour savoir si le stérilet est un moyen de contraception indiqué.

La rédaction vous recommande

Lorsqu’une femme cherche à tomber enceinte, il est essentiel d’avoir un utérus fonctionnel. Mais il est également important d’avoir une réserve ovarienne optimale et une bonne qualité ovocytaire. Si vous souhaitez plus d’informations, nous vous recommandons la lecture de: Qu’est-ce que la réserve ovarienne?

Si vous souhaitez avoir plus d’informations sur les traitements de fertilité existants, adaptés selon les cas, suivez le lien: Les techniques de PMA.

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Auteurs et collaborateurs

 Zaira Salvador
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) et embryologiste spécialiste en Médecine Reproductive, Master en Biotechnologie de la Procréation Assistée par l'Universidad de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Plus d'informations
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 3185-CV
Dr. Carmen Ochoa Marieta
Diplômée en médecine de l'Université du Pays basque, avec un doctorat en médecine et chirurgie de l'Université de Murcie. Il dirige actuellement l'Unité de reproduction assistée du Centre d'études sur la reproduction (CER SANTANDER) à Santander et l'Unité de diagnostic de la médecine de reproduction à Bilbao. Plus d'informations
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 484805626
Dr. Ana Mª Villaquirán Villalba
Diplômée en médecine de l'Universidad del Valle en Colombie, avec une spécialité en obstétrique et gynécologie, et une maîtrise en reproduction humaine de l'Université de Valence et de l'IVI. Actuellement, elle est directrice médicale de la clinique de fertilité de Tahe. Plus d'informations
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 303007571
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.