Être donneuse d’ovocytes en France

La donneuse d’ovocytes est la femme qui décide de céder ses gamètes à une autre femme pour que celle-ci puisse débuter un traitement de procréation médicalement assistée qui lui permettra de devenir mère.

Il s’agit d’un acte de solidarité, puisque le don d’ovocytes permet à d’autres femmes ou couples d’obtenir une grossesse et d’exaucer leur vœu de devenir parents.

En France le don doit être volontaire, gratuit et altruiste tel que stipulé par la loi de bioéthique du 29 juillet 1994, dont la dernière modification date du 7 juillet 2011. Toute rémunération étant interdite, la donneuse pourra uniquement recevoir une compensation pour les frais occasionnés par le don, le transport ou les pertes de revenus liées au travail, éventuellement.

Le don est aussi anonyme, c’est pourquoi la donneuse ne connaîtra pas les récepteurs et ceux-ci ne pourront pas disposer d’informations personnelles sur elle. Le futur enfant ne connaîtra pas non plus l’identité de la mère qui a cédé ses ovocytes.

Conditions pour être donneuse d’ovocytes

La loi française de bioéthique citée plus haut établit les conditions de base pour les femmes qui souhaitent devenir donneuses d’ovocytes:

  • Avoir entre 18 et 37 ans
  • Etre en bonne santé physique et mentale
  • Consentement du conjoint

Depuis 2011, et grâce à une modification de la loi de bioéthique, la condition d’avoir eu au moins un enfant a été supprimée. Les nullipares pourront ainsi devenir donneuses d’ovocytes.

Cette réforme est destinée à lutter contre la pénurie d’ovocytes que nous connaissons en France pour ainsi réduire les listes d’attente. Cependant, le décret d’application de la loi n’a pas encore été approuvé, c’est pourquoi on ne peut pas encore dire que ceci est possible.

La candidate doit subir une série d’examens physiques et psychologiques pour évaluer son aptitude en tant que donneuse d’ovocytes.

Tout d’abord, elle doit subir un bilan préalable et un entretien avec un psychologue, qui constituent l’étape de préparation du don.

Une fois toutes les informations recueillies, on entamera le processus de stimulation ovarienne et la ponction folliculaire qui permettent d’obtenir des ovocytes pour les employer dans le traitement de procréation assistée de la réceptrice.

Don d’ovocytes et implications éthiques

Un ovocyte est une cellule sexuelle féminine. Celui-ci porte la moitié de de la charge génétique qui définira le nouvel être humain engendré par l’union avec le spermatozoïde pendant un processus appelé la fécondation.

Donner des ovocytes implique de donner des informations génétiques propres à la donneuse et ceci est compliqué du point de vue éthique. Il est crucial que les donneuses comprennent le don d’un point de vue éthique et moral pour éviter les possibles regrets et dilemmes postérieurs.

Pour être donneuse, il faut comprendre et accepter qu’on n’aura aucun droit ni obligation par rapport au futur enfant.

La donneuse doit comprendre que la charge génétique n’est pas le seul élément qui définit la maternité et que celle-ci implique en plus de la charge génétique, le fait d’éduquer l’enfant, d’être responsable de lui, etc.

Procédure pour obtenir les ovocytes

Une fois qu’il est clair que la donneuse remplit toutes les conditions et que celle-ci est prête physiquement et émotionnellement, on entame le processus. Celui-ci comporte principalement deux étapes:

  • Stimulation ovarienne : la donneuse reçoit le traitement hormonal pour stimuler la maturation des ovocytes. La donneuse doit s’administrer ce traitement elle-même par voie sous-cutanée (injections) pendant une période de 6 à 12 jours environ.
  • La ponction folliculaire : c’est une intervention chirurgicale pendant laquelle on prélève les ovocytes. Il s’agit d’une opération simple, réalisée sous anesthésie et qui dure de 20 à 30 minutes. Elle est effectuée par voie transvaginale sous contrôle échographique.

Bien que peu probables, les risques associés au don d’ovocytes doivent être connus de la donneuse. Ceux-ci sont principalement dérivés de l’utilisation de l’anesthésie et de la stimulation ovarienne. Vous trouverez plus d’informations sur le post dédié aux risques du don d’ovules .

4 commentaires

  1. usuario
    Marine

    Je pense que les donneuses apportent beaucoup de bonheur aux futures mamans et papas. J’ai moi même fait un don par le passé et j’en suis très fière, j’aime me dire que quelque part il y a un enfant qui est né grâce à moi et que j’ai pu aider des personnes à accomplir leur rêve ! Une grande fierté 🙂

    • avatar
      Emna MzahConseillère en fertilité

      Bonjour Marine,

      Félicitations pour ta décision, espérons que grâce à des volontaires comme toi les listes d’attente pour un don d’ovocytes se réduisent pour que les parents puissent y accéder dans un délai moindre, puisque ça reste le problème principal dans le cas de la France.

      Merci pour ton courage !

  2. usuario
    Syline

    Où puis-je donner mon ou mes ovules en France?

    • avatar
      Virginie SinapinConseillère en fertilité

      Bonjour Syline,

      Il y a peu de dons pour de plus en plus de demandes et je vous félicite pour votre démarche.
      Vous pourrez donner vos ovocytes dans des centres spécialisés en France. Il y en a dans toute la France et vous pourrez trouver la liste sur ce site: https://www.dondovocytes.fr/ou-sadresser/les-centres-specialises/
      Vous passerez une batterie de tests pour savoir si vous êtes apte à pouvoir donner vos ovocytes et vous verrez directement avec eux à quel moment vous pouvez commencer.

Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.   Accepter