Effets des antagonistes de la GnRH

Les antagonistes de la GnRH sont un médicament utilisé dans les traitements de procréation assistée tels que la fécondation in vitro conventionnelle et l’ICSI. Il permet d’accroître la production d’ovules au sein d’un même cycle menstruel, augmentant ainsi les probabilités de grossesse.

L’effet principal de son administration est le blocage des récepteurs de GnRH.  Il s’unit à ceux-ci et empêche ainsi la GnRH de se lier aux récepteurs (blocage compétitif).

Les récepteurs de la GnRH sont situés à la surface des cellules gonadotrophiques de l’hypophyse. L’hypophyse est une glande située à la base du cerveau, dont la fonction est de sécréter et de réguler les niveaux de différentes hormones. Certaines des hormones produites par l’hypophyse interviennent dans le cycle menstruel de la femme.

Action des des antagonistes de GnRH

Les antagonistes de la GnRH, en plus de bloquer les récepteurs de GnRH de l’hypophyse, présentent d’autres qualités bénéficiaires et sont donc recommandés dans de nombreux cas.

  • Ils empêchent la synthèse de gonadotrophines (FSH et LH) par l’hypophyse en bloquant les récepteurs de la GnRH.
  • Leur action est immédiate.
  • Ils ne produisent pas l’effet flare-up qu’engendrent les agonistes de la GnRH.

L’effet flare-up consiste en une libération massive d’hormone FSH (hormone folliculo-stimulante) et LH (hormone lutéinisante), ce qui est contreproductif et peut occasionner des problèmes à cause d’un excès de ces deux hormones.

Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.