Effet flare-up des analogues de la GnRH

Les analogues de la GnRH sont des molécules créées en laboratoire. Elles sont synthétisées de façon à les faire ressembler au peptide naturel GnRH, afin d’en obtenir l’effet, qui consiste en la libération des gonadotrophines FSH et LH de la part de l’hypophyse.

Mais ce médicament n’est pas fabriqué de façon exactement semblable à la molécule naturelle: certains composants en ont été modifiés afin d’augmenter l’affinité avec les récepteurs GnRH.

Au moment de l’union de l’analogue de la GnRH avec son récepteur a lieu une libération massive des hormones FSH (hormone folliculo-stimulante) et LH (hormone lutéinisante); c’est ce qu’on appelle l’effet flare-up. Il prolonge en outre le temps de réponse de la cellule.

Action des analogues de la GnRH

La libération des gonadotrophines (FSH et LH) se produit de manière endogène, autrement dit, l’hypophyse ou glande pituitaire, située dans le cerveau, synthétise et libère ces hormones dans le sang.

L’effet flare-up survient approximativement durant les deux premiers jours après l’administration des analogues de la GnRH.

Une fois ce temps écoulé, l’hypophyse se désensibilise à l’effet initial de l’analogue de la GnRH et la synthèse des gonadotrophines se bloque.

Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.