Don de gamètes en France: définition, prix et conditions

Le don d’ovocytes et de sperme permet à beaucoup de couples rencontrant des problèmes de fertilité d’obtenir une grossesse grâce aux techniques de procréation médicalement assistée comme l’insémination artificielle (IA) ou la fécondation in vitro (FIV).

L’idéal serait de pouvoir concevoir avec ses propres gamètes (ovocytes et spermatozoïdes), il existe des situations d’infertilité qui rendent impossible la conception et, dans ce cas de figure, le recours au don peut être une solution.

Mis à part le don de gamètes, il existe le don d’embryons, aussi appelé accueil embryonnaire ou adoption d’embryons. Il se produit lorsqu’un couple décide de donner les embryons surnuméraires de son traitement de FIV afin qu’une autre personne ou couple puisse les recevoir à leur tour.

Tous les actes de don en procréation assistée sont anonymes, et le choix des donneurs revient aux cliniques de fertilité. Les futurs parents ne connaîtront pas l’identité des donneurs, ni les donneurs ne connaîtront la leur. La coordination entre donneurs et receveurs est réalisée par la clinique selon les caractéristiques physiques et la compatibilité immunologique.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Avantages et inconvénients du don

Comme toutes les procédures, le don de gamètes et d’embryons présente des avantages et des inconvénients.

D’une manière générale, il y a deux inconvénients principaux:

Dans le cas du recours au don d’ovocytes, de spermatozoïdes et d’embryons, les futurs parents ne partagent pas l’information génétique de leurs enfants. Cette filiation peut être partielle, lorsqu’un des deux gamètes provient d’un don et l’autre appartient à l’un des futurs parents, ou complète, dans le cas d’un don d’embryons ou don des deux gamètes. Cette dernière option est connue comme le double don.

Vous pourrez trouver plus d’informations sur cet article: Le double don.

Bien que le don de sperme, d’ovocytes et d’embryons soit un acte altruiste, le processus de don a un certain coût que devront assumer les futurs parents. Malgré ces inconvénients, le grand avantage du don est son résultat: la grossesse. Pour la majorité, ce procédé est la seule alternative pour avoir des enfants.

Quand a-t-on recours au don?

Plusieurs pathologies ou troubles de la fertilité peuvent conduire au recours au don afin que le traitement reproductif soit efficace et aboutisse en grossesse.

Voici quelques situations d’infertilité:

  • Trouble génétique qu’on ne souhaite pas transmettre à la descendance
  • Mauvaise qualité des ovocytes et/ou spermatozoïdes
  • Âge maternel avancé
  • Réserve ovarienne faible
  • Échecs répétés de FIV avec gamètes des parents
  • Fausse couches à répétition

Même s’il ne s’agit pas proprement d’infertilité, l’absence de partenaire masculin est une situation commune pour laquelle on a recours au don, et concrètement au don de sperme.

Si vous cherchez une clinique à l’étranger qui puisse s’adapter à vos besoins, nous vous conseillons de remplir notre formulaire : Devis personnalisé de don d’ovocytes et traitements.

C’est gratuit et sans engagement et vous pourrez être mis directement en contact avec des cliniques qui pourront vous prendre en charge et vous expliqueront tout le protocole de façon personnalisée.

Le don d’ovocytes

Le don d’ovocytes est un processus par lequel une femme fait don de ses ovocytes pour qu’ils puissent être employés par une autre femme ou couple lors d’un cycle de FIV.

Pour extraire les ovocytes de la donneuse, celle-ci doit se soumettre à un traitement hormonal de stimulation ovarienne et à une intervention chirurgicale appelée ponction folliculaire.

Vous pourrez trouver plus d’informations sur cet article: Devenir donneuse.

Pour devenir donneuse, il est important d’être en bonne santé physique et émotionnelle, ne pas avoir d’antécédents de maladies génétiques et avoir une réserve ovarienne adéquate.

Quant à la receveuse, la femme qui cherche à être enceinte par don d’ovocytes, elle doit seulement suivre un traitement hormonal de préparation endométriale. Grâce à ce traitement, l’endomètre (couche utérine) acquiert l’aspect et l’épaisseur adéquats pour favoriser l’implantation des embryons transférés dans l’utérus.

Le don de sperme

Lorsqu’on a recours au don d’ovocytes, la technique appliquée est nécessairement la FIV. Cependant, le sperme de donneur peut être utilisé aussi bien dans un processus d’insémination artificielle que dans un processus de fécondation in vitro.

Le don de sperme est un processus bien plus simple que le don d’ovocytes. Le donneur doit simplement déposer l’éjaculat dans un flacon stérile. L’échantillon s’obtient par masturbation après une période d’abstinence de 3 à 7 jours.

Il ne précise ni de traitement hormonal ni de bloc chirurgical, même s’il est essentiel d’avoir une excellente qualité séminale et que le sperme soit apte à survivre à la congélation puisque tous les échantillons de sperme sont congelés pendant 6 mois minimum.

Cette période de temps est nécessaire pour confirmer l’absence d’infections comme le VIH.

Tout comme pour les donneuses d’ovocytes, le don de sperme exige de remplir certains critères: avoir entre 18 et 40 ans, être en bonne santé physique et émotionnelle, ne pas avoir d’antécédents de maladies héréditaires et, comme nous l’avons commenté auparavant, une qualité séminale supérieure à la normalité considérée par l’OMS.

Le don de sperme a permis l’émergence de nouveaux modèles de famille. Grâce à la procréation assistée avec sperme de donneur, de nombreuses femmes ont pu réaliser leur rêve de devenir mères célibataires. Les couples lesbiens peuvent également avoir des enfants grâce à ce processus.

Si vous êtes intéressé par le don de sperme, voici des informations complémentaires: Devenir donneur de sperme.

Le don d’embryons

Ce don est réalisé par les couples qui après un traitement de fécondation in vitro (traditionnelle ou ICSI), possèdent des embryons surnuméraires cryopréservés en vue d’un usage ultérieur. Si le couple décide qu’il ne souhaite plus d’enfants, il peut les donner à la clinique afin que d’autres couples puissent les adopter et deviennent parents à leur tour.

De plus en plus de femmes seules ou de couples optent pour cette technique de procréation assistée, le principal avantage étant qu’il s’agit déjà d’embryons et donc le taux d’échec est moindre.

De plus, le prix de ce traitement de procréation assistée est avantageux comparé à des techniques comme la FIV, puisqu’il ne suppose que la préparation endométriale et le transfert d’embryons dans l’utérus.

Son inconvénient principal est probablement que le futur bébé issu d’un don d’embryons puisse avoir un frère génétique au sein d’une autre famille, bien qu’il ne le connaisse pas.

Vous pourrez trouver plus d’informations sur cet article: L’accueil d’embryons.

Prix

Lorsqu’une femme seule ou un couple a besoin de recourir au don de sperme et/ou d’ovocytes pour obtenir une grossesse, le coût des traitements augmente significativement.

Dans le cas de sperme de donneur il est plus économique que le don d’ovocytes, car il s’agit d’un processus beaucoup plus facile, comme on l’a déjà commenté.

L’insémination artificielle avec sperme de donneur (IAD) est la technique la moins chère et la plus utilisée chez les femmes seules, couples lesbiens sans problèmes de fertilité ou couples dont l’homme souffre d’infertilité masculine. Son prix en France oscille entre 900 et 1.500€.

Le don d’ovocytes pour les femmes dans l’impossibilité de tomber enceintes grâce à leurs propres ovocytes, a un prix plus coûteux, qui oscille entre 4.500 et 9.000€.

Enfin, il existe la possibilité de réaliser une FIV avec double don, ovocytes et sperme de donneur. Ce processus est sensiblement plus cher et atteint les 5.000 à 9.500€.

La France rembourse les frais d’une FIV sous certaines conditions: avoir moins de 43 ans le jour de la ponction folliculaire, et 4 tentatives maximum. C’est une spécificité française car à l’étranger, bien que le traitement soit moins cher, il n’est souvent pas remboursé.

Les dépassements d’honoraire et les examens complémentaires restent à la charge du patient.

Vos questions fréquentes (FAQ)

Le don de sperme est-il rémunéré?

Le don de sperme en France, contrairement à l’étranger, se fait de façon gratuite et anonyme, dans une démarche d’aide aux couples ou aux personnes seules. Le donneur peut se rendre en clinique ou dans une banque de sperme, institution spécialisée dans cette démarche. En France, tous les centres publics autorisés à recueillir et à redistribuer des paillettes de spermatozoïdes sont regroupés au sein du CECOS (Centre d’étude et de conservation des œufs et du sperme humains). Il faut savoir que cette confédération permet de garantir aux personnes souhaitant avoir recours à un don d’être encadrées de façon légale dans leur démarche.

Quelles conséquences peut avoir le don d’ovocytes sur les enfants? Affecte-t-il leur développement émotionnel?

De nombreuses études indiquent que le fait d’être né par don d’ovocytes n’a aucune conséquence négative sur le développement intellectuel ou affectif de l’enfant. Si les parents vivent le traitement de manière naturelle et n’élèvent pas leur enfant en fonction de leur lien génétique, il n’y a aucune raison pour que l’enfant grandisse ou se développe différemment.

Quel est le prix d’une FIV en France?

Le coût moyen pour la Sécurité Sociale d’un cycle de FIV complet est d’environ 4100 € et se décompose de la façon suivante: traitement de stimulation, comprenant l’achat des médicaments et l’intervention des infirmières à domicile, surveillance hormonale et échographique, partie biologique, hospitalisation pour la ponction et transfert.

Ce coût ne comprend pas l’arrêt de travail, qui est au minimum de trois jours, et ne tient pas compte des cycles annulés qui représentent environ 15 % des cycles de FIV.

La France fait figure d’exception car la Sécurité Sociale prend en charge totalement quatre cycles complets, c’est-à-dire se terminant par un transfert d’embryons. À l’étranger, la FIV n’est pas remboursée.

Quel est le nombre de tentatives minimum pour garantir le succès du don?

Il n’existe pas de nombre de tentatives exact. Tout dépend de la situation de chaque personne ou couple. Certains ont besoin d’une seule tentative et d’autres de 3 ou 4 traitements pour pouvoir obtenir un test de grossesse positif. Il y a aussi des patientes qui n’arrivent jamais à être enceintes car leur problème est utérin et non ovarien.

Dans tous les cas, le recours au don d’ovocytes augmente les chances de grossesse car les ovocytes proviennent de jeunes femmes saines, et sont donc de bonne qualité.

Le double don de gamètes est-il plus efficace que l’accueil d’embryons?

Les deux techniques sont utilisées. Elles seront simplement plus indiquées selon les cas, et possèdent chacune des avantages et des désavantages.

Par exemple, le don d’embryons a un prix plus économique. Cependant, les embryons proviennent d’un traitement de FIV, ce qui signifie que la qualité des gamètes peut ne pas être excellente. Il se peut que ces mêmes embryons proviennent de gamètes de donneur, et donc n’affecte pas la qualité des embryons.

En revanche, lors d’un double don, les embryons proviennent de gamètes de bonne qualité, ce qui augmente le taux de réussite.

La détermination de la technique la plus adéquate, après avoir étudié les pour et les contre des deux techniques, se fera en fonction des caractéristiques de chaque patient et de situation d’infertilité.

La rédaction vous recommande

En France, la loi concernant le don de gamètes et d’embryons est relativement stricte. Elle n’autorise que le don totalement anonyme. Vous trouverez ici des informations sur: La législation française sur le don de gamètes.

Nous avons évoqué au préalable le prix d’un processus de FIV avec don d’ovocytes, et commenté la particularité française du remboursement des traitements sous conditions. Voici plus d’informations au sujet du tarif et du système de remboursement: Coût du don de gamètes.

Pour les femmes qui malgré le don de gamètes ou d’embryons ne pourraient pas tomber enceintes à cause entre autres de problèmes utérins, il existe d’autres solutions, bien qu’elles ne soient pas autorisées en France. Une d’entre elle est la gestation pour autrui, qui consiste à faire appel à une mère porteuse pour porter votre bébé. Nous vous recommandons de lire cet article: La gestation pour autrui.

Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.   Accepter