Don et accueil d’embryons surnuméraires: définition et taux de réussite

L’adoption d’embryons ou accueil d’embryons est le traitement de procréation médicalement assistée (PMA) par lequel un couple recherche une grossesse par le biais du transfert d’embryons restants (embryons surnuméraires) du traitement de fécondation in vitro (FIV) d’un autre couple qui a décidé de les donner de manière anonyme et altruiste. C’est pour cette raison que cette technique est aussi appelée don d’embryons, car un couple les donne et un autre les adopte.

Ainsi, nous pourrons parler de:

  • Don d’embryons, du point de vue de la personne ou couple qui donne ses embryons restants afin d’aider d’autres couples.
  • Adoption d’embryons, du point de vue de la personne ou couple qui reçoit les embryons d’autres patients dans le but d’obtenir une grossesse.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Embryons restants du traitement de FIV

Lorsqu’un couple se soumet à un traitement de fécondation in vitro (FIV), la femme reçoit un traitement hormonal qui favorise la production de l’ovaire. Ainsi, les spécialistes obtiennent un plus grand nombre d’ovules de qualité, ce qui augmente les probabilités de grossesse.

Parmi tous les embryons obtenus, ils sélectionnent ceux de meilleure qualité pour le transfert dans l’utérus de la future mère, en attente d’obtenir la grossesse.

Le plus commun est le transfert d’un ou deux embryons, bien que la loi permette le transfert de 3 maximum. Le reste des embryons qui présentent une bonne qualité, aussi appelés les embryons restants ou embryons surnuméraires, seront cryoconservés grâce au processus de congélation connu comme vitrification des embryons.

Le couple doit choisir ce qu’il souhaite faire avec les embryons cryoconservés qui n’ont pas servi lors de leur traitement. Voici quelques options que permet la loi:

  • Cryoconservation dans le cadre de futurs traitements.
  • Don à des fins reproductives, don d’embryons surnuméraires pour le traitement reproductif d’autres couples.
  • Don d’embryons pour la recherche scientifique.
  • Destruction d’embryons: cette option sera utilisée uniquement lorsque la vie reproductive de la femme est terminée.

En général, la première option choisie est de les cryoconserver pour de futurs traitements. Cependant, lorsque le couple décide qu’il ne souhaite plus de descendance, l’option de donner leurs embryons à d’autres personnes peut être une autre solution.

Dans ce cas-là, les embryons sont décongelés et transférés dans l’utérus de la receveuse.

Avantages de l’adoption d’embryons

Le don d’embryons à des fins reproductrices est un traitement de procréation assistée auquel ont recours de plus en plus de patientes.

Pour un couple qui rencontre des problèmes pour concevoir après plusieurs échecs d’insémination artificielle (IA) ou de fécondation in vitro (FIV), la possibilité d’adopter des embryons est très avantageuse:

  • Absence de liste d’attente: l’accès au traitement est relativement direct, même s’il est nécessaire que l’embryon partage une série de caractéristiques avec les parents, groupe sanguin, RH, caractéristiques du phénotype…
  • Préparation endométriale: la femme n’a pas besoin de stimulation ovarienne, une simple préparation de l’endomètre suffit. La manière d’administrer le traitement est simple: patchs ou capsules et comprimés vaginaux de progestérone. À travers une échographie, on observe le moment idéal pour le transfert.
  • Visites à la clinique: la préparation de l’endomètre est plus simple, moins de visites sont nécessaires qu’avec une stimulation pour une FIV.
  • Frais: le coût de ce traitement de procréation est plutôt mineur en comparaison à d’autres qui ont besoin de plus de temps en laboratoire. De plus, la quantité de médicaments est réduite.
  • Temps: durant la même année, la patiente peut réaliser tout le traitement et avoir son bébé. Une fois que le transfert est programmé, selon l’état de l’endomètre de la réceptrice, la dévitrification des embryons et le transfert de ces derniers sont réalisés en un jour. Et après deux semaines d’attente, la femme réalise déjà le test de grossesse.

Si vous cherchez une clinique pour bénéficier d’un don d’embryons, nous vous conseillons de remplir notre formulaire : Devis personnalisé de don d’ovocytes et traitements.

C’est gratuit et sans engagement et vous pourrez être mis directement en contact avec des cliniques qui pourront vous prendre en charge et vous expliqueront tout le protocole de façon personnalisée.

Taux de réussite

Le taux de réussite du traitement d’adoption d’embryons donnés par un autre couple dépend en grande partie de leur qualité.

Les caractéristiques de la femme receveuse ne sont pas les plus importantes dans le cas du don d’embryons.

La décongélation des embryons montre des taux de réussite très importants, car la vitrification permet la récupération des embryons dans environ 90% des cas. Malgré cela, il est important de souligner que les embryons employés proviennent eux-mêmes de couples présentant des problèmes de fertilité, et que donc le pourcentage de réussite n’est pas très élevé. Il oscille entre 20 et 30%.

Nous devons prendre en compte qu’il existe la possibilité que les embryons adoptés proviennent de patients qui ont eux-mêmes employé des ovocytes et/ou spermatozoïdes de donneurs pour leur traitement de FIV. Dans ce cas de figure, la probabilité de gestation augmente.

D’un autre côté, avant d0accepter de réaliser ce type de traitements, le couple doit être sûr de sa décision sur le fait que le bébé de partage pas les mêmes gènes, en plus de comprendre tous les aspects bioéthiques et moraux que ce processus suppose.

Qui peut bénéficier du don d’embryons en France?

Le don d’embryons est destiné aux couples ne pouvant concevoir d’enfant par eux-mêmes, le plus souvent en raison d’une double infertilité. Le double don de gamètes (ovocytes + spermatozoïdes) étant interdit en France, le don d’embryon est l’unique solution pour ces couples d’avoir une grossesse. Le don d’embryon peut aussi être proposé en cas de risque de transmission d’une maladie génétique à l’enfant.

Pour être éligible au don, le couple receveur doit lui aussi suivre une procédure bien précise : examens médicaux, bilans biologiques, rencontre avec un psychologue. Leur demande d’accueil d’embryon doit être validée par le Tribunal de Grande Instance qui, pour statuer, peut ordonner une enquête afin de s’assurer que le couple est en mesure d’offrir un environnement favorable à un enfant. Cette autorisation est valable 3 ans et peut être renouvelée une fois.

La loi en France

La loi de bioéthique de juillet 1994 a régulé de manière très stricte les conditions du don d’embryon. Tout comme pour le don d’ovocytes, un ensemble de vérifications génétiques (caryotype) et infectieuses (HIV, hépatite B, EBV, CMV, HTLV1 et 2, syphilis, rubéole, toxoplasmose) sont imposées au couple donneur.

Pour les couples receveurs, une acceptation du don doit être faite soit devant notaire soit auprès du Tribunal de Grande Instance. Cette acceptation équivaut à une adoption et interdit par la suite toute démarche d’exclusion de maternité ou de paternité (comme pour le don de gamètes).

Le don est strictement anonyme. Il y a impossibilité totale pour les couples donneurs de connaître le devenir de leur don et réciproquement pour les couples receveurs et les enfants issus du don d’avoir accès à l’identité du couple donneur.

Par contre, l’accès à des informations d’ordre médical est possible, sous couvert d’un anonymat et sous la responsabilité des médecins ayant pratiqué le don.

Pour les couples donneurs, un consentement doit être signé par les deux conjoints.

Pour en savoir plus, vous trouverez des informations ici: Loi sur le don de gamètes en France.

Vos questions fréquentes (FAQ)

Les caractéristiques physiques sont-elles importantes lors du don d’embryons?

Oui, dans les cas de dons de gamètes (ovules et spermatozoïdes), ainsi que dans les cas de don d’embryons, la compatibilité des donneurs et receveurs est prise en compte afin de respecter les ressemblances physiques.

Puis-je recourir à l’accueil d’embryons lors d’un cycle naturel?

Oui, même si ce n’est pas le plus répandu. Généralement, la femme reçoit un traitement hormonal afin de favoriser la croissance de l’endomètre et ainsi augmenter la probabilité d’implantation et donc de grossesse.

On emploie toujours des embryons congelés ou aussi des embryons frais?

Techniquement, il serait possible d’utiliser des embryons frais bien que cela implique de synchroniser les cycles menstruels de la donneuse et de la receveuse.

La receveuse recevra un traitement hormonal pour préparer l’endomètre, tandis que la donneuse d’ovocytes recevra celui de la FIV: stimulation ovarienne, ponction et préparation pour le transfert.

Cependant, même si c’est possible, on emploie beaucoup plus les embryons congelés car la donneuse refuse souvent de les donner tant qu’elle-même n’est pas tombée enceinte.

Il est commun de conserver les embryons pour un usage propre pendant une période, et si le couple ne souhaite plus de descendance, il pense alors au don pour aider d’autres couples à concevoir.

La grossesse par don d’embryons est-elle une grossesse normale?

Une fois la grossesse lancée, elle se déroule exactement comme une grossesse naturelle ou une grossesse par FIV ou insémination artificielle.

Quelles sont les formalités à accomplir? Quelles sont les étapes du don ?

Les couples ayant des embryons cryoconservés reçoivent chaque année du CECOS un courrier leur demandant ce qu’ils souhaitent pour leurs embryons : poursuite de la conservation, destruction, don à la recherche, ou don à un couple stérile. S’ils cochent cette dernière case, un rendez vous avec un médecin du centre où leurs embryons sont conservés leur sera proposé. A cette occasion, le médecin vérifie les sérologies- une prise de sang sera parfois prescrite- et réalise une enquête génétique, l’objectif étant d’éviter de transmettre une maladie d’origine génétique connue. Une consultation avec le psychologue du centre leur est également systématiquement proposée.

Au terme de ces entretiens, le couple signe un formulaire de consentement, dans lequel la règle de l’anonymat réciproque est clairement énoncée. Il devra ensuite confirmer sa décision par un courrier, adressé au moins 3 mois après ces entretiens. A partir de là, les formalités sont terminées pour lui.

La rédaction vous recommande

Connaissez-vous le diagnostic préimplantatoire? Le diagnostic génétique préimplantatoire, aussi appelé DPI, est une technique de prévention qui s’utilise en procréation médicalement assistée afin de détecter des anomalies génétiques sur les embryons et pouvoir ainsi sélectionner ceux qui sont génétiquement normaux pour les transférer dans l’utérus.Pour en savoir plus, cliquez ici: le DPI.

Pour bénéficier d’un don d’embryons, le traitement passe par la congélation et la vitrification. Ce sont deux techniques différentes employées en procréation assistée pour la cryopréservation d’ovocytes, spermatozoïdes et embryons. L’objectif des deux procédés est le même: préserver les cellules intactes pour usage postérieur. Tout savoir sur la vitrification, c’est par ici: Congélation des embryons.

Parfois, les couples doivent recourir à d’autres techniques de procréation asisstée, comme la GPA. La définition de gestation pour autrui implique qu’une femme, connue comme gestatrice ou mère porteuse, accepte de porter l’enfant d’une autre personne ou couple. Les futurs parents du bébé sont des parents d’intention. Voici des informations: La gestation pour autrui.