Par Andrea Rodrigo (embryologiste).
Dernière actualisation: 03/11/2015

Le don d’ovocytes est un traitement de procréation assistée qui permet aux femmes ne pouvant pas avoir d’enfants de réaliser leur rêve de fonder une famille.

Les États-Unis offrent la possibilité aux donneuses d’ovocytes de rester anonymes, semi-anonymes ou d’être connues. Dans les trois cas, chaque femme souhaitant être donneuse devra remplir toutes les conditions requises par la Société Américaine de Médecine Reproductive (ASRM).

La ASRM limite à 25 le nombre d’enfants par donneuse pour une zone de 800 000 habitants environ.

Quand le don d’ovocytes est-il nécessaire ?

Les raisons qui peuvent pousser une femme à avoir recours à un don d’ovocytes sont les suivantes:

  • Insuffisance ovarienne ou baisse de la réserve ovarienne
  • Atteinte de maladie génétique
  • Échecs répétitifs de FIV
  • Âge avancé de la mère

L’insuffisance ovarienne renvoie à la perte d’activité de l’ovaire lors de l’ovulation. Le dysfonctionnement ovarien peut être congénital, comme dans le cas de ménopause précoce, d’anovulation, d’absence d’ovaires, d’insuffisance ovarienne précoce, etc., ou bien contracté, comme c’est le cas des femmes à qui l’on a retiré les ovaires suite à une maladie ou qui ont subi un traitement oncologique comme la chimiothérapie.

Lorsqu’une femme souffre ou est atteinte d’une maladie génétique grave susceptible d’être transmise à ses futurs enfants, elle peut avoir recours à un don d’ovocytes afin d’avoir des enfants en bonne santé, qu’elle ait ou pas des problèmes de fertilité.

Il est également fréquent qu’une femme ait recours au don d’ovocytes lorsqu’elle ne réussit pas à tomber enceinte sans en connaître la cause exacte, et ce même après plusieurs tentatives de FIV. Il s’agit de cas d’avortements répétés ou d’échec d’implantation qui ne sont pas causés par des problèmes utérins.

L’âge de la mère est également un facteur important. Plus la mère prend de l’âge et plus la quantité et la qualité de sa réserve ovarienne diminue. À partir de 40 ans, on remarque une augmentation significative de la probabilité de modifications génétiques des embryons.

La FIV avec don d’ovocytes est le traitement qui génère le plus de déceptions et de doutes. La transparence est l'un de nos critères rigoureux lors de la recommandation de cliniques. Vous pouvez utiliser le Rapport sur la fertilité pour filtrer les cliniques qui répondent à nos critères de sélection et obtenir également un rapport avec tous les détails pour résoudre vos doutes et éviter les mauvaises surprises.

Comment sont sélectionnées les donneuses ?

Pour qu’une femme puisse être donneuse elle doit répondre à un certain nombre de critères. Elle devra donc:

  • Être en bonne santé
  • Réussir les tests psychologiques réalisés par des professionnels de la santé mentale
  • Être majeure, de préférence entre 21 et 34 ans. Si elle est âgée de moins de 21 ans elle devra passer par un entretien personnalisé. Si elle est âgée de plus de 34 ans, elle devra en informer la receveuse dans le formulaire de consentement.
  • Remplir un dossier médical personnel et sexuel afin d’exclure toute donneuse susceptible de souffrir du VIH ou de toutes autres maladies sexuellement transmissibles (MST).
  • Bien que préférable, il n’est pas nécessaire que la donneuse ait déjà des enfants.
  • Être soumise à une série de tests génétiques basés sur l’historique familial qui confirmera l’absence de tout antécédent de maladie héréditaire.
  • Si les ovocytes de la donneuse sont destinés à plus d’une patiente (partage d’ovocytes), la donneuse devra donner son accord dans le formulaire de consentement.
    • Passer une série d’examens médicaux spécifiques: caryotype, sérologie, bilan biochimique, analyse génétique, échographie, etc.
    • Le personnel du centre de procréation assistée (propriétaire, directeur du laboratoire, praticiens ou tout autre personne intervenant dans la procédure) ainsi que tout professionnel de la banque d’ovules ayant un intérêt financier ne pourront pas être donneur.

    Outre ces particularités, il est important de savoir que la future candidate sera exclue si elle est dans l’une de ces situations:

    • Prise de drogue à des fins non médicales au cours des 5 dernières années.
    • Atteinte d’hémophilie ou tout autre trouble de la coagulation sanguine.
    • Avoir eu au cours des 5 dernières années des rapports sexuels avec des hommes ayant eu une liaison avec un autre homme ou contre de l’argent. Les femmes ayant eu des rapports sexuels ou ayant eu des contacts avec risque de transmission avec des hommes atteints du VIH, Hépatite B ou C, au cours des 12 derniers mois, seront également exclues.
    • S’être fait tatouée ou percée au cours des 12 derniers mois dans de mauvaises conditions d’hygiène.
    • Voici les raisons les plus fréquentes d’exclure une femme du don même s’il en existe d’autres que vous pourrez retrouver de manière plus détaillée sur le site de la Société Américaine de Médecine Reproductive, de même que les examens médicaux demandés aux donneuses.

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Auteurs et collaborateurs

 Andrea Rodrigo
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) d'un Master Universitario en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée, par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Diplômée comme Expert en Génétique Médicale. Plus d'informations
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.

2 commentaires

    1. dorispersanie

      Témoignage

      L’enfant est le plus beau cadeau et la meilleure chose dans la vie d’un couple. Mon mari et moi avons vécu plus de 13 ans sans avoir d’enfants parce que j’étais stérile, puis j’ai commencé à contacter les mères porteuses pendant 3 ans sans résultat et après avoir dépenser beaucoup d’argent.

      À ma grande surprise je suis tombée sur une mère porteuse qui m’a beaucoup plu car elle se faisait accompagner par des professionnels, j’ai constaté qu’elle était très pro et disposais de tous les papiers nécessaires (les démarches ont été longues et onéreuses (près de 50 000 euros)), mais comme on dit, la patience est un chemin d’or ! À la naissance de notre petit Antoine, la maman biologique nous a immédiatement proposé de prendre notre fils dans les bras… Nous étions tous très émus. Le moment fatidique était arrivé : nous étions enfin parents ! La venue d’un enfant dépasse tout fantasme. Aujourd’hui, notre petit Antoine est légalement accepté grâce au travail des hommes de droit de cette femme (avocat, magistrat et juriste qui travaillent avec elle) et nous sommes heureux d’avoir pris cette décision. J’ai jamais cesser de parler de cette merveilleuse femme qui a changé ma vie et d’ici quelques mois je vais la recontacter pour notre deuxième enfant.

      Je peux vous jurer sur la tête de mon Antoine que cette femme est une référence à qui vous devez faire appel malgré qu’elle soit cher, parce qu’un enfant n’a pas de prix et elle peut vous faire une réduction si vous lui expliquez votre problème.

      Bon courage à tous ceux qui se lancent dans cette aventure pour avoir un bébé par GPA !!

      Son mail: **************

    2. Chantal

      Je crois savoir qu’en France, quand on est en couple, le conjoint doit donner son consentement au moment du don d’ovocytes. Est-ce également le cas aux États-Unis?