Lors d’un processus de fécondation in vitro (FIV) le cycle ovarien de la femme est stimulé afin d’obtenir un grand nombre d’ovocytes. De cette manière, les chances d’avoir des embryons viables et par conséquent de tomber enceinte, sont plus élevées.

En raison du grand nombre d’embryons obtenus et de la limite de 3 embryons maximum à transférer, établie par la Loi espagnole sur les Techniques de Procréation Humaine Assistée (LTRHA), le nombre d’embryons restants est élevé. Que doit-on faire avec ces embryons ?

Destination des embryons surnuméraires

Les embryons de bonne qualité non transférés dans l’utérus maternel sont généralement cryoconservés en attendant que les parents décident ce qu’ils veulent en faire. Les patients peuvent opter pour l’un de ces quatre options :

  • Usage propre pour de futurs traitements de procréation, soit pour avoir un enfant frère du premier, soit en raison de l’échec du premier cycle de FIV.
  • Don pour la recherche.
  • Don à des fins de procréation, c’es-à-dire donner les embryons pour les transférer à une autre femme.
  • Destruction ou arrêt de la conservation, possible seulement une fois la vie reproductive de la femme terminée.

Quand un couple choisi de donner ses embryons à d’autres couples, survient alors ce que l’on appelle le don d’embryons, également connu sous le nom d’adoption d’embryons puisque un couple les donne et un autre les « adopte ».

Adoption d’embryons surnuméraires

Le traitement suivi en cas d’adoption d’embryons est simple et indolore.

Il faut simplement préparer l’endomètre, pour cela un traitement hormonal est administré à la femme pendant environ 14 jours sous forme de patchs ou de comprimé oral.

Dès que l’endomètre présente un aspect adéquat (aspect trilaminaire et grosseur de 8mm environ), les embryons sont décongelés puis transférer en espérant qu’ils s’implantent et provoque une grossesse.

Le don d’embryons est une option pour laquelle peut opter toute personne ou couple désirant concevoir et/ou souffrant de problèmes d’infertilité. Toutefois, il est particulièrement indiqué en cas de :

  • Problèmes d’infertilité chez les deux membres du couple.
  • Échec d’implantation à répétition.
  • Fausses couches à répétition.
  • Altération génétique susceptible d’être transmise à la descendance.
  • Femmes célibataires.
  • Couples lesbiens.

Avantages du don d’embryons

Le don d’embryons permet de réduire la durée et la complexité du traitement puisque les processus de stimulation ovarienne et de prélèvement des ovocytes ne sont pas nécessaires.

Il comporte toutefois des inconvénients. Le principal inconvénient est que les futurs enfants ne porteront pas la charge génétique de leurs parents. Cela peut être frustrant pour de nombreux pères, c’est pourquoi certains d’entre eux ont besoin d’aide psychologique pour pouvoir assumer le besoin de recourir à l’adoption d’embryons.

Les gamètes utilisés pour l’adoption d’embryons peuvent provenir du couple qui les donne après son traitement de FIV ou bien de donneurs, car le couple qui les donne peut avoir eu recours à un don d’ovocytes et/ou de sperme pour son traitement.

En fonction de la qualité des gamètes desquels proviennent les embryons et, en fin de compte, de l’évolution de ces derniers et de leur capacité de survie après la décongélation, l’adoption d’embryons peut être plus ou moins fructueuse.

Enfin, le don d’embryons comporte un autre avantage qui est celui du prix du traitement, généralement moins cher qu’une FIV avec don de gamètes.

Un commentaire

  1. usuario
    maho

    Est-ce que le couple qui donne ses embryons doit remplir une série de conditions, comme les donneurs ? C’est-à-dire si, par exemple, une femme de plus de 40 ans a fait une FIV avec don de sperme, est-ce que ses embryons pourront être transférer à une autre femme ?

Les cookies nous permettent de vous offrir des publicités personnalisées et de recueillir des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre politique de cookies.