Par Sara Salgado (embryologiste).
Dernière actualisation: 25/09/2017

De plus en plus de femmes choisissent d’être mères célibataires et se demandent comment faire un bébé toutes seules. En France, l’accès aux techniques de procréation médicalement assistée (PMA) n’est pas autorisé pour une femme seule.

Pour obtenir une grossesse, elle doit avoir recours à une clinique à l’étranger et utiliser du sperme de donneur, par insémination artificielle ou par fécondation in vitro. Dans certains cas, on peut également utiliser des ovocytes de donneuse ou recourir à l’accueil d’embryons.

Selon les résultats du bilan de fertilité de la patiente, le spécialiste décidera du traitement adapté à chaque cas.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Insémination artificielle artisanale

L’insémination artisanale consiste à réaliser une insémination chez soi, grâce au sperme d’un donneur que la patiente a acheté dans une banque de sperme. Il s’agit d’une méthode très populaire parmi les femmes célibataires.

Il est important de savoir qu’il ne s’agit en aucun cas d’une technique de procréation médicalement assistée, car elle n’est pas médicalisée.

Par conséquent, les chances de grossesse sont très similaires à celles des rapports sexuels. Pour augmenter les possibilités de succès, il est recommandé de contrôler le cycle ovarien afin de réaliser l’insémination au milieu du cycle (14 jours après le premier jour des règles), au moment de l’ovulation.

Insémination pour femmes seules

Tomber enceinte sans partenaire masculin est possible grâce au don de sperme, mais pas en France. C’est ce qu’on appelle l’insémination artificielle avec sperme de donneur (IAD).

La législation française restreint l’assistance médicale à la procréation (AMD ou PMA) aux seuls couples hétérosexuels en âge de procréer présentant une incapacité à concevoir ou une contre-indication médicalement démontrée, comme le spécifie la loi nº 2004-800 de bioéthique du 6 août 2004.

Les femmes qui veulent avoir un enfant toutes seules devront donc se tourner vers des pratiques non autorisées ou partir à l’étranger pour suivre un traitement de PMA.

Nous vous conseillons de calculer la somme approximative de votre traitement en remplissant notre formulaire : Devis personnalisé.

C’est gratuit et sans engagement. Les cliniques étrangères vous contacteront pour vous proposer le traitement le plus adapté.

Vous pouvez consulter à ce sujet notre article: Tourisme procréatif.

Pour pouvoir se soumettre à une insémination, il est indispensable que la patiente présente une bonne réserve ovarienne et que ses trompes de Fallope soient perméables pour permettre aux spermatozoïdes de féconder l’ovule.

Voici les étapes de l’insémination:

  • Stimulation ovarienne douce par traitement hormonal
  • Échographies et analyse des oestrogènes pour évaluer la maturation des ovules
  • Déclenchement de l’ovulation par traitement hormonal
  • Introduction du sperme dans l’utérus à l’aide d’une canule

Selon la destination, le sperme peut provenir d’un donneur anonyme, par exemple en Espagne, ou d’un donneur connu, comme en Belgique. Le centre de PMA se charge de choisir un donneur dont les caractéristiques physiques et immunologiques soient les plus proches possibles de celles de la mère.

Vous pourrez trouver plus d’informations sur ce lien: Qu’est-ce que l’insémination avec sperme de donneur?

Fécondation in vitro avec don de sperme

Quand l’insémination artificielle n’est pas une option envisageable ou après plusieurs échecs, la femme peut tenter de devenir maman sans partenaire masculin grâce à la fécondation in vitro. Voici le procédé à suivre:

  • Stimulation ovarienne par traitement hormonal
  • Échographie et analyse des oestrogènes pour évaluer la maturation des ovocytes
  • Ponction folliculaire ou ovarienne pour extraire les ovocytes matures de l’ovaire
  • Décongélation du sperme de donneur
  • Fécondation des ovocytes par le sperme du donneur
  • Culture d’embryons en incubateur
  • Préparation de l’endomètre par traitement hormonal
  • Sélection des embryons de meilleure qualité et transfert dans l’utérus

Tout comme pour l’insémination artificielle, le donneur peut être anonyme, comme c’est le cas de l’Espagne, ou connu, comme en Belgique.

Vous pourrez trouver plus d’informations sur ce lien: La FIV avec don de sperme.

FIV avec don d’ovocytes et de sperme

Lorsque la qualité des ovules est faible, que la patiente ne produit pas d’ovules ou après plusieurs échecs de FIV avec ses propres ovules, une femme seule peut recevoir un don d’ovocytes, c’est-à-dire une FIV double don, aussi appelée FIV-DO pour être mère célibataire dans les cas suivants :

Les étapes du processus sont les mêmes que pour une FIV classique, à l’exception de la stimulation ovarienne, contrôle de la maturation des ovocytes et ponction folliculaire, qui sont pratiquées sur la donneuse. Voici la procédure pour la receveuse:

  • Préparation de l’endomètre par traitement hormonal
  • Décongélation du sperme du donneur
  • Décongélation des ovocytes ou ponction folliculaire des ovocytes frais de la donneuse
  • Fécondation des ovocytes de la donneuse avec le sperme du donneur
  • Culture des embryons en incubateur
  • Sélection des embryons de meilleure qualité et transfert dans l’utérus

Le sperme n’est jamais utilisé frais et sera automatiquement congelé. En revanche, les ovules de donneuse peuvent être frais ou congelés. S’ils sont utilisés frais, le médecin devra synchroniser les cycles de la donneuse et de la receveuse.

Les donneurs peuvent être ou non anonymes, selon le centre de PMA et le pays choisis, et sont sélectionnés selon les caractéristiques physiques et immunologiques de la receveuse.

Vous trouverez plus d’informations sur cet article: La FIV avec double don.

La PMA, comme tout traitement médical, exige que vous fassiez confiance au professionnalisme des médecins et de la clinique que vous avez choisis. Évidemment, tous ne sont pas identiques. "Le Calculateur" sélectionne les cliniques les plus avantageuses pour vous selon nos critères de qualité rigoureux. De plus, le système effectue une comparaison des prix et des conditions offertes par les différentes cliniques afin de faciliter votre prise de décision.

L’accueil ou adoption d’embryons

L’accueil ou l’adoption d’embryons est un traitement de procréation assistée par lequel on utilise les embryons qui n’ont finalement pas été utilisés par d’autres femmes ou d’autres couples lors de leur propre traitement de PMA. Les embryons doivent expressément faire l’objet d’un don de la part de ces personnes, dans le but d’aider les autres dans leur projet de maternité.

Cette technique est plus économique que la précédente puisque le traitement hormonal de stimulation, la ponction folliculaire et la fécondation en laboratoire des ovocytes par le sperme de donneur ont déjà été réalisées.

Les embryons sont vitrifiés dans de l’azote liquide et devront simplement être décongelés et transférés dans l’utérus. Voici le processus:

  • Préparation de l’endomètre par traitement hormonal
  • Décongélation des embryons
  • Transfert embryonnaire dans l’utérus de la femme

Selon la destination, le don d’embryons est anonyme ou non, tout comme le don de gamètes.

Pour la femme qui adopte un embryon, il s’agira de suivre le traitement hormonal pour la préparation de l’endomètre et de recevoir le transfert embryonnaire, après décongélation préalable des embryons vitrifiés.

Vous souhaitez tout savoir sur ce sujet? Suivez le lien: L’accueil d’embryons.

Que dit la loi française?

En France, au jour d’aujourd’hui, la PMA est encadrée par les dispositions du Code de la santé publique (articles L2141-1 à L2141-12).

La PMA est actuellement réservée aux couples hétérosexuels. Cependant, elle n’est pas accessible à l’ensemble de ces derniers mais uniquement aux couples dont l’un des membres est victime d’une infertilité médicalement constatée. Elle est également ouverte aux couples dont l’homme ou la femme présente une maladie grave susceptible d’être transmise à l’enfant.

Les demandeurs doivent être un couple marié ou en concubinage depuis au moins 2 ans. Les couples séparés ne sont donc pas concernés. Les deux membres doivent être en vie (la PMA est impossible en cas de décès de l’un d’eux) et en âge de procréer.

La PMA n’est pas accessible aux couples homosexuels et aux femmes célibataires en France.

La PMA pour toutes en 2018

Le président Emmanuel Macron s’est dit favorable à l’ouverture de la PMA aux couples de femmes homosexuelles et aux femmes seules. Une loi pourrait ainsi être votée sous son quinquennat afin d’élargir les conditions d’accès à la PMA.

Dans un rapport rendu public le 27 juin 2017, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis majoritairement favorable à l’ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules. Une partie minoritaire du comité s’est toutefois prononcée pour le statut quo juridique, en tenant notamment compte des conséquences pour l’enfant.

Dans une déclaration faite le 12 septembre 2017, la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a annoncé qu’un texte légalisant la PMA pour les couples de femmes homosexuelles et les femmes célibataires serait bientôt proposé au Parlement.

Cette mesure serait votée dans le cadre de la révision de la loi bioéthique. Le texte pourrait être débattu en 2018 pour un vote au début de l’année 2019.

Prix

L’accès à la PMA pour les femmes seules étant interdit en France, les femmes souhaitant être mères célibataires doivent passer par un centre de PMA à l’étranger. Les coûts peuvent varier selon le pays et la clinique, ainsi que selon le traitement choisi.

Une insémination artificielle avec sperme de donneur à l’étranger oscille entre 900 et 2 000€, tandis qu’une FIV avec sperme de donneur oscille entre 3 500 et 6 500€.

Un traitement avec don d’ovocytes devra être réalisé grâce à un double don, et le prix sera donc plus élevé.

Vos questions fréquentes

Une femme seule peut-elle être remboursée par la Sécurité sociale pour son traitement de PMA ?

Par Sara Salgado (embryologiste).

La PMA pour les femmes seules est illégale en France. Celles qui se décident malgré tout doivent soit pratiquer le tourisme procréatif soit recourir à des pratiques non autorisées, en dehors d’un contrôle médical légal. Elle ne peuvent en aucun cas être prises en charge par la Sécurité sociale française.

Si l’insémination artificielle ou la FIV ne fonctionnent pas avec ses ovules, une femme seule doit-elle obligatoirement utiliser ceux d’une donneuse ?

Par Sara Salgado (embryologiste).

En cas d’échecs répétés de la FIV, les deux options possibles sont la FIV double don et l’accueil d’embryons.

Le double don de gamètes entraîne plus de frais de que la FIV avec don de sperme. Il faut compter les frais du traitement hormonal de la donneuse d’ovocytes, les frais de cryoconservation et de stockage (dans le cas où ils sont conservés dans une banque d’ovocytes). En contrepartie, l’avantage est la bonne qualité des gamètes. Les embryons auront donc une haute probabilité de nidation.

L’adoption ou accueil d’embryons est plus économique puisqu’on emploie les embryons restants de traitements de PMA d’autres couples ou femmes, qui ont décidé d’en faire don.

L’insémination à domicile est-elle fiable pour une femme seule ?

Par Sara Salgado (embryologiste).

Si la femme achète les paillettes de sperme à une banque de spermatozoïdes, l’absence d’une maladie génétique ou infectieuse est garantie. En effet, les donneurs doivent surmonter de rigoureux critères de sélection qui incluent des tests médicaux et psychologiques exhaustifs.

En revanche, si l’échantillon ne provient pas d’un organisme certifié, le sperme n’a peut-être pas été vérifié et les risques d’être contaminée par une maladie sexuellement transmissible (MST) ne sont pas à exclure.

Pour une femme célibataire, l’IAD en clinique est-elle préférable à l’insémination dite artisanale ?

Par Sara Salgado (embryologiste).

L’insémination artificielle avec sperme de donneur (IAD) dans un centre de procréation assistée offre des taux de réussite plus élevés que l’insémination non médicalisée à domicile. En effet, la femme reçoit un traitement de stimulation hormonale, contrôle son cycle et la croissance des follicules dans un cadre professionnel, et, de plus, le sperme est déposé directement dans l’utérus au lieu du vagin.

Malgré tout, l’IAD garantit de bons résultats pourvu que la femme ne souffre pas de problèmes de fertilité et soit suffisamment jeune.

La rédaction vous recommande

Nous avons expliqué comment devenir mère célibataire, mais savez-vous si les couples lesbiens peuvent être mères également? Suivez le lien: Techniques de PMA pour couples lesbiens.

La méthode de la FIV est la plus répandue pour devenir mère célibataire car son taux de succès est élevé. Quelles sont les méthodes et les étapes? Vous trouverez plus d’informations ici: La FIV.

L’une des étapes essentielles avant une FIV ou une insémination artificielle est la ponction ovarienne. Elle sert à extraire les ovules de l’ovaire de la patiente. Nous vous expliquons ici en quoi elle consiste: La ponction ovarienne.

En partageant cet article, vous nous aidez

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Auteurs et collaborateurs

 Sara Salgado
Embryologiste
Diplômée en Biochimie et Biologie Moléculaire de l'Universidad del País Vasco (UPV/EHU), avec un Master en Procréation Médicalement Assistée de l'Universidad Complutense de Madrid (UCM). Titre d'expert universitaire en Techniques de Diagnostic Génétique de l'Universidad de Valencia (UV). Plus d'informations
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.

5 commentaires

  1. Top commentaires
    Karo42

    Bonjour,
    Je viens d’avoir 43 ans. je souhaite avoir recours à la PMA à l’étranger. J’ai commencé à me documenter mais j’ai beaucoup de questions et j’espère avoir des réponses.
    Dois je faire une IAD ou une FIV? Dans quel pays et quel prix? Le prix comprend quels actes médicaments, (frais d’hospitalisation, transfert d’embryons…) et combiens d’interventions comprend ce prix?
    Le gynécologue français doit-il être au courant de cette démarche sachant qu’en France les femmes célibataires n’ont pas le droit à la PMA ?
    Les médicaments de stimulation ovarienne (et autres besoins jusqu’au transfert de l’embryon)sont-ils prescrits par la clinique située à l’étranger ou le gynégologue en France?
    Comment s’effectue le suivi médical quand le gynécologue en France n’est pas au courant de la démarche ou n’est pas consentant?
    Je vous remercie de m’apporter des explications .
    Faut-il faire des examens médicaux avant de se lancer dans l’aventure de la PMA.
    J’espère avoir des réponses.
    Merci.

    • Isabelle Gutton

      Bonjour Karo42,

      Le choix de l’IAD ou de la FIV avec don de sperme dépend de l’état de santé et des chances de réussite. Ce sont les spécialistes du centre de fertilité qui vont vous recommander une technique ou l’autre en fonction de votre situation personnelle. Sachez que la réserve ovarienne et la qualité des ovocytes commencent à baisser à partir de 35 ans, il est donc probable qu’on vous recommande la FIV ou même la FIV avec don d’ovocytes (FIV-DO). Tout va dépendre des résultats des examens médicaux qu’il faut effectivement réaliser avant tout traitement de fertilité, et ce, précisément pour vous orienter ver le traitement le plus adapté.

      Vous trouverez plus d’informations à ce sujet dans notre article : Bilan de fertilité chez la femme.

      Les médicaments et examens sont prescrits par la clinique de fertilité étrangère, mais le traitement peut être réalisé en coordination avec votre gynécologue. Beaucoup de médecins français acceptent de se charger du suivi d’un traitement à l’étranger pour une femme célibataire. Je vous conseille donc d’en toucher un mot à votre gynécologue pour voir s’il serait disposé à vous rendre ce service. S’il ne désire pas le faire, vous pouvez soit vous adresser à un autre spécialiste, soit vous limiter aux médecins de la clinique choisie. Cependant, dans le cadre d’un traitement à l’étranger, il est préférable d’avoir un spécialiste prêt de chez soi : c’est plus rapide et pratique en cas de doute ou de complication.

      Quant aux prix et aux protocoles, ils varient fortement selon le traitement adopté (une FIV est nettement plus chère qu’une IAD car elle requiert une intervention chirurgicale et une culture d’embryons en laboratoire), mais aussi selon le pays et la clinique. Je vous suggère de remplir notre formulaire pour entrer en contact avec différentes cliniques dans le monde. Vous pourrez comparer les prix et demander des informations au sujet des délais et protocoles. Suivez le lien : Coût des traitements de PMA et de don d’ovocytes.

      À bientôt, n’hésitez pas à revenir vers nous si vous avez d’autres questions.

  1. Patricia2000

    Bonjour,

    Je suis âgée de 27 ans et mon désir d’être mère se fait déjà ressentir depuis plusieurs années, le problème est que je n’ai toujours personne dans ma vie et les années passent, l’horloge biologique tourne, oui je sais vous me direz que je ne suis pas vieille d’accord mais ma plus grande peur est de me retrouver dans quelques années toujours dans la même situation et peut etre qu’il sera trop tard et que je ne pourrai plus etre maman.

    je voulais savoir si c’était légal en tant que femme célibataire d’avoir recours à la banque de sperme???

    • Jessica Escudero

      Bonjour Patricia,

      En France malheureusement pour l’instant, l’accès aux techniques de procréation médicalement assistée (PMA) n’est pas autorisé pour une femme seule.

      Pour obtenir une grossesse, elle doit avoir recours à une clinique à l’étranger et utiliser du sperme de donneur, par insémination artificielle ou par fécondation in vitro.

      L’accès aux banques de sperme est donc réservé pour le moment aux couples hétérosexuels. En revanche, de nombreuses cliniques étrangères peuvent vous aider à devenir mères. Je vous recommande de remplir ce formulaire afin que les cliniques puissent vous contacter directement: Devis personnalisé pour un traitement de PMA.

      Bon courage,

  2. SophieC

    Je comprends très bien le désir de beaucoup de femmes d’avoir un bébé, mais je trouve quand même dommage que l’enfant grandisse sans avoir un papa. Je ne parle pas de questions morales, je trouve que les couples homosexuels élèvent leurs enfants aussi bien que les autres (et parfois mieux!).
    Je veux juste dire qu’être deux permet de mieux s’organiser, d’alterner les moments où l’on s’occupe de l’enfant, surtout quand il est tout petit et a besoin d’une attention constante: les nuits blanches, l’emmener à la crèche, à l’école, s’occuper des devoirs, être à l’écoute… Pouvoir déconnecter et se reposer l’un sur l’autre dans le couple est la meilleure garantie d’une vie familiale équilibrée, saine et heureuse.
    Personnellement, je ne m’imagine pas élever un enfant toute seule. Je sais que c’est le lot de beaucoup de femmes qui ont vécu une rupture et que la plupart s’en sortent très bien, mais ce n’est pas une situation que je provoquerais délibérément.
    Où peut-être si j’étais riche, pour pouvoir payer la nounou, ou si mes parents vivaient près de chez moi. Mais ce n’est pas le cas.
    Voilà, c’est juste mon opinion.